Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 02:39

 

 

 

Sandy et Bambou

 

 

Vendredi, 01 Juillet 2011 13:57

L’affaire Faustin Bambou et Cyrus Emmanuel Sandy, respectivement Directeurs de publication des journaux « Les Collines de l’Oubangui » et « Médias + » contre le Ministère public a été une fois une nouvelle fois renvoyée au mercredi 06 juillet pour ouverture de débats. La décision a été annoncée ce vendredi 1er juillet 2011, lors d’une audience  tenue au Palais de Justice de Bangui.

Le Président du Tribunal a tranché ainsi quant à la procédure légale qu’il faut employer pour juger cette affaire. Il a finalement opté pour la procédure du Code pénal. Il a ainsi laissé de côté la Loi sur le code de la presse en République Centrafricaine. De ce fait, les exceptions citées par la défense au cours de l’audience du 26 juin dernier se fondant sur une situation de délit de presse, ont donc été rejetées en bloc par la Cour.

Me Mathias Morouba, l’un des Avocats des prévenus, commente : « le président a évité de faire application de la loi sur la liberté de la communication, mais, ce n’est que partie remise. La défense est déçue et entend interjeter appel. La défense espère voir au procès la présence du plaignant Jean-Francis Bozizé, ministre délégué à la défense, pour justifier des accusations qu’il a portées contre mes clients, afin de rétablir la vérité ».

A l’audience du 26 juin dernier, la défense des prévenus avait qualifié la procédure de viciée. Et l’irrégularité proviendrait selon elle du Procès-verbal présenté  par le Ministère public.

Faustin Bambou et Cyrus Emmanuel Sandy, ont été accusés d’avoir publié dans leurs journaux respectifs des articles mettant en cause le Ministre délégué à la défense Francis Bozizé dans une affaire de détournement des fonds destinés aux militaires et gendarmes retraités. Selon le plaignant, ces articles sont une « incitation à la révolte et à la haine ». Ce que contestent les deux journalistes. Ces derniers demeurent en détention préventive.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse