Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 15:34

 

 

 

 

Logo-Presse.jpg

 

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 22 Juin 2011 13:09

Les procès de Faustin Bambou et Cyrus Emmanuel Sandy, respectivement Directeurs de publication des quotidiens « Les Collines de l’Oubangui » et « Médias + », sont reportés au 29 juin prochain. Il devait se tenir ce mercredi 22 juin. La défense des prévenus a estimé ne pas être suffisamment imprégnée du fond de dossier concernant l’affaire Sandy. Elle a ainsi sollicité auprès du Parquet le renvoi du jugement à un autre jour.

Il s’agit là d’un 2e report car initialement prévu pour le 14 juin dernier, il a été renvoyé à ce jour 22 juin pour complément  d’enquête dans le cas Sandy.

Au rang des raisons évoquées par la défense des prévenus en vue d’obtenir ce nouveau report, il y a également l’absence de 2 autres Avocats considérés comme des poids lourds dans les rangs de la défense. Il s’agit notamment des Maitre Hyacinthe Zoumaldé et Mathias Morouba absents du pays.

Cependant, les avocats des prévenus se sont étonnés du que ce soit le Procureur de la République qui avait ordonné séance tenante à l’audience du 14 juin dernier, l’arrestation de Cyrus Sandy de Médias+, qui, pour insister sur la tenue du procès ce mercredi même, fondait son argumentation sur la liberté des deux journalistes emprisonnés à la prison de Ngaragba.

Faustin Bambou et Cyrus Emmanuel Sandy sont accusés d’avoir publié dans leurs journaux respectifs des articles mettant en cause le Ministre délégué à la défense Francis Bozizé dans une affaire de détournement des fonds destinés aux militaires et gendarmes retraités. Selon le plaignant, ces articles font l’objet d’incitation à la révolte et à la haine.

 

NDLR : Ces deux journalistes croupissent arbitrairement en prison pour crime de lèse-majesté et non d’incitation à la révolte et à la haine comme on le prétend. Que le pouvoir de Bozizé et son fils qu’il prépare pour lui succéder, tire leçon de l’exemple du journaliste Moussa Kaka du Niger que le président Mamadou Tandja a fait arbitrairement embastiller et  refuser de libérer malgré les interventions du monde entier. AU finish, c’est Tandja qui a été chassé du pouvoir et Moussa Kaka a repris tranquillement son métier. A bon entendeur, salut !

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Droits de l'Homme et Liberté de Presse