Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 15:10




 

Suite à l’attaque et à la brève prise de contrôle jeudi dernier de la ville de Ndélé par les éléments de la CPJP de Charles Massi, le pouvoir de Bangui est manifestement à recherche de boucs émissaires. C’est ainsi que le colonel Guy-José Galloty vient d’être mis aux arrêts de rigueur. On veut lui faire payer son refus de regagner Birao chef de la préfecture de la Vakaga à l’extrême Nord-Est du pays afin de prendre le commandement de cette région militaire.

Galloty avait exigé, compte tenu de l’éloignement de Birao de la capitale et des mauvaises conditions de transport et de communication avec la capitale, qu’un certain nombre de conditions soient préalablement réunies, notamment qu’il soit doté d’un minimum d’hommes de troupes, d’armement et munitions en qualité et en quantité, de moyens de communications appropriés et autres avant de rejoindre son poste. Faute d’avoir été entendu par sa hiérarchie, il est resté depuis à la maison à Bangui s’occuper de son business personnel.

Le colonel Galloty venait de rentrer au pays après avoir suivi une année un stage à l’Ecole de guerre à Paris en 2008/2009 où il avait succédé au colonel Thierry Lengbé. Cette mise aux arrêts du colonel Galloty cache mal le profond malaise qui couve au sein d’une armée nationale centrafricaine dont le ministre de la défense n’est autre que le fils aîné du président Bozizé lui-même, récemment élevé de façon fantaisiste et ubuesque au grade de colonel sans avoir mis pied dans une quelconque académie militaire et de ce fait, n’a aucun numéro matricule dans les Faca, un véritable « inconnu au bataillon » comme on dit. Et dire qu’on prête encore à son père l’intention de le nommer bientôt général de brigade.

Pour revenir à l’attaque de Ndélé, Bozizé qui s’était rendu hier à la mosquée centrale de Bangui à l’occasion de la fête de la tabaski, a clairement fait part aux imams de son exaspération et de sa fatigue par rapport aux attaques rebelles dans l’arrière pays. Il leur a demandé en outre, de prier pour que les anges puissent résoudre ce problème et  ramener la paix dans le pays.  S'il compte tant sur les anges, pourquoi achète-t-il autant d'armes ?    

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique