Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 02:14

 

 

Bozize-investiture.jpg

 

 

BANGUI, 14 avril (Beafrika Sango) -- Le second mandat du président François Bozizé s’annonce mal. A peine a-t-il prêté serment qu’il a commencé à s’écarte de ses engagements. Demain 15 avril 2011, voilà un mois jour pour jour que le président réélu a prêté serment, mais n’arrive pas à choisir un premier ministre ni mettre en place le nouveau gouvernement, preuve que la récréation n’est pas terminée.

« La récréation est définitivement terminée », disait-il pourtant dans son discours d’investiture le 15 mars dernier au complexe sportif Barthélemy Boganda à Bangui. Mais la situation sociopolitique que traverse le pays en ce moment revoit les Centrafricains au bout du désenchantement.

Lorsque le Président François Bozizé avait annoncé que la récréation était terminée, le public avait crié et sauté de joie, croyant qu’il brûlait d’envie d’entamer rapidement la mise en œuvre de son projet de société.

 Erreur d’appréciation ! Depuis un mois rien ne bouge, le pays est sans gouvernement. Toujours pas de Premier ministre. Cela dure, tout est bloqué, le pays tourne au ralenti. Le choix d’un premier ministre peut-il prendre tout un mois ?

En tout cas, c’est la GRANDE RECREATION, dirait-on au contraire.

« Pour ce quinquennat, il n’aura donc pas place ni pour les agitateurs, ni pour les fossoyeurs de la République, ni pour les corrupteurs et corrompus, ni pour les paresseux », avait annoncé François Bozizé.

Serait-il coincé dans et dans le choix du nouveau Premier ministre et des futurs membres du gouvernement ? Parce qu’il rêverait d’un gouvernement composé « d’hommes et de femmes de bonne volonté, compétents, ayant la passion de l’intérêt général » pour traduire dans les faits les projets de société ?

Serait-il encore en quête de l’homme idéal ou des hommes idéaux ? Des hommes intègres ? Ou cherche-t-il encore les moyens de se débarrasser des « agitateurs » ? Réserve-t-il des surprises désagréables aux agitateurs du KNK ?

L’inquiétude grandissante est qu’il ne dit même mot pour rassurer la population qui commence à s’interroger. Cette attitude du Président Bozizé fait croire que son second mandat démarre mal. Il faut éviter la grande récréation

 

 

NDLR : La vérité est qu’il n’y a rien à attendre des premiers ministres et gouvernements de Bozizé. C’est la logique des choses dans un régime démocratique qui voudrait qu’après en principe l’investiture d’un vrai président de la République démocratiquement élu à l’issue d’élections transparentes donc aux résultats non contestables qui confèrent la légitimité à un candidat, qu’on doit s’attendre à la désignation d’un premier ministre et celle des membres de son gouvernement pour la gestion des affaires du pays, comme c’est le cas actuellement du Niger.

En Centrafrique, un mois environ après le hold-up électoral, les diplomates des pays qui comptent et décident en réalité de l’avenir du pays, en sont à aller tirer les oreilles de celui qui a fait décréter qu’il a gagné l’élection présidentielle dès le premier tour alors qu’il n’a fait que bourrer les urnes, au sujet des entraves faites au droit et à la liberté de circulation des personnes sur le territoire national et vers l’étranger ainsi que des nombreux cas de violations de droits de l’homme et d’arrestations et détentions arbitraires de citoyens.

Bozizé a été averti des risques de sanctions et de mise sous quarantaine qu’il fait courir à son pays du fait de son hold-up électoral maintenant avéré, de sa mauvaise gouvernance bref, du grave déficit démocratique de son régime à l’heure actuelle avec les incessants agissements de ses tristement célèbres lieutenants et capitaines Gbaya ainsi que les exactions de sa soldatesque au quotidien à travers le territoire national qui ne sont plus un secret de polichinelle et que les diplomates n’hésitent plus à lui mettre sous le nez. Contrairement à ses allégations, Bozizé est donc toujours en récréation !  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique