Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 04:17

 

 

joseph_kony_lra.jpg

 

 

Source: Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires - Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN)


NAIROBI, 27 mai 2010 (IRIN) - Des milliers de personnes déplacées de leurs foyers en République centrafricaine (RCA) ne peuvent être atteintes par les travailleurs humanitaires en raison de l'insécurité causée par la Lord Resistance ougandais de l'Armée (LRA) et d'autres milices armées, a dit une fonctionnaire de l’ONU.

"Les principaux défis humanitaires liés à la protection civile et l'accès humanitaire", Jean Sébastien Munie, chef du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) en RCA, a expliqué à IRIN. "Il ya des poches de conflit."

Au moins 20.000 personnes ont fui leurs maisons dans les régions du nord et du sud-est depuis Janvier, portant le nombre total de personnes déplacées à l'intérieur du pays (PDI) dans le pays à environ 180.000, a déclaré Munie.

Les attaques de la LRA ont déplacé 12.000 personnes au cours des six dernières semaines dans la préfecture de Mbomou. Mbomou se trouve au nord de la région touchées par la LRA Uele en République démocratique du Congo (DRC.

«Les gens ont vidé les villages dans le sud le long de la frontière entre la RDC et cherchent refuge dans les grandes villes", a ajouté Munie.

Malgré les opérations anti-LRA conjointement par les gouvernements du Soudan, l'Ouganda et la RDC, la LRA, qui a éclaté en plusieurs groupes, a continué à brutaliser et enlever des civils.

Munie dit que les attaques de la LRA ont directement touché environ 25.000 personnes en République centrafricaine au sud-est, y compris les personnes nouvellement déplacées, anciens déplacés et réfugiés de la RDC. «La présence de rebelles de la LRA est de quitter les résidents qui n'ont pas ou l'accès [] précaire pour les domaines", a-t-il ajouté. "Il s'agit d'un souci humanitaire.

Les Nations unies pour l'enfance (UNICEF) ont réitéré les dangers dans l'est et le nord, en [20 rapport de mai

http://www.reliefweb.int/rw/RWFiles2010.nsf/FilesByRWDocUnidFilename/VDUX-85MLPF-full_report.pdf/ $ File / full_report.pdf ].

"Fournissent l'aide à la région du Nord reste limité en raison des affrontements entre groupes armés et les forces gouvernementales ainsi qu'entre les éleveurs et les populations locales, il ya aussi un risque permanent de banditisme routier», il a déclaré.

Récemment, le gouvernement centrafricain déployé quelque 250 soldats pour protéger les populations déplacées et les convois humanitaires de la LRA.

La pression des États-Unis

La LRA a terrorisé les civils dans la région depuis plus de deux décennies. Le 24 mai, le président américain Barack Obama a promulgué la loi sur le désarmement de la LRA et l'Ouganda du Nord Recovery Act de 2009, qui exige que les États-Unis pour développer une stratégie globale et multilatérale pour protéger les civils en Afrique centrale contre les attaques de la LRA et prendre des mesures pour arrêter définitivement les rebelles «la violence. Il invite également les États-Unis à accroître l'aide humanitaire aux pays touchés par la LRA.

groupes de droits de dire [ http://www.hrw.org/en/news/2010/05/24/us-act-end-lord-s-resistance-army-violence-central-africa ] Obama devrait mettre en œuvre rapidement la législation.

"Si rien n'est fait, la direction de la LRA continuera de tuer et d'enlever toute l'Afrique centrale, menaçant la stabilité dans quatre pays et risque de compromettre le référendum au Sud-Soudan. La LRA est une menace manifeste pour la paix et la sécurité internationales", a déclaré John Prendergast, co-fondateur du projet Enough. "Les Etats-Unis est désormais chargé de diriger un effort mondial pour mettre fin à cette menace une fois pour toutes."

Alors que la menace de la LRA a considérablement diminué dans le nord de l'Ouganda, il y a un 350.000 personnes déplacées dans les zones touchées par la LRA en RDC, et des milliers d'autres en République centrafricaine et le Sud-Soudan, a noté un [25 mai déclaration http://www.usaid.gov/press/speeches/2010/ty100525.html ] Par l'administrateur américain adjoint pour l'Afrique Moore Franklin.

La violence en RCA a également entraîné des retards dans les élections. Le 29 avril, le président centrafricain François Bozizé CAR reporté les élections nationales prévues pour le 16 mai à une date encore non annoncées. «Ce retard est principalement dû aux activités des rebelles [] et le manque d '[une] liste précise des élections. Trois semaines à compter de la date de vote," a dit un humanitaire et le développement de partenariat pour l'équipe Bulletin 26 avril au 3 mai.

[http://www.reliefweb.int/rw/RWFiles2010.nsf/FilesByRWDocUnidFilename/SKEA-85FGPU-full_report.pdf/ $ File / full_report.pdf ]

Parlement de la RCA ont voté pour prolonger Bozizé terme, à échéance le 11 Juin jusqu'aux élections.

Accès

Selon Munie d'OCHA, l'accès humanitaire dans la région extrême nord-est de Birao demeure très faible. OCHA récemment consulté Birao, en compagnie d'une mission de DDR dans la Communauté économique des escorte centrafricaine forces des États, six mois après sa dernière mission. La région avait été coupé par des bandits et des groupes armés, at-il dit. Deux expatriés ont été enlevés en Novembre 2009 et publié en Mars.

Birao est l'un des domaines dans lesquels la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) a

[ http://www.un.org/en/peacekeeping/missions/minurcat/mandate.shtml # ] Été autorisé à prendre toutes les mesures nécessaires pour améliorer la sécurité.

Toutefois, le Conseil de sécurité le 25 mai voté le retrait de la mission avant le 31 Décembre. Plus tôt, deux renouvellements techniques (résolution 1913 du 12 Mars de renouveler le mandat de deux mois, et la résolution 1922 du 12 mai pour deux semaines) ont été réalisés.

Le personnel militaire de la MINURCAT sera réduit à 2.200 - 1.900 au Tchad et 300 en République centrafricaine - avec le retrait initial devrait être mis en œuvre avant le 15 Juillet. En date du 28 Février, la MINURCAT avait 3.814 personnels en uniforme, y compris 3 351 soldats, 24 observateurs militaires et 259 officiers de police.

Tchad sera responsable de la sécurité des réfugiés et personnes déplacées à l'Est, avec des évaluations mensuelles de la situation il ya la protection des civils. La MINURCAT a été créée en 2007 en réponse à des tensions autour de milliers de réfugiés du Darfour et déplacés tchadiens et centrafricains et les attaques transfrontalières.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire