Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 01:41

Marie-Reine-Hassein.jpg

 

Bien qu’obligée de quitter précipitamment le pays pour se mettre à l’abri en France, elle qualifie cela de "convalescence psychologique" après que son domicile banguissois fût l’objet de mitraillage à la Kalachnikov dans la nuit du 8 au 9 juin dernier par un commando inconnu d’hommes armés, Mme Marie Reine Hassen, ancienne ministre déléguée auprès du ministre d’Etat au Plan à l’Economie et à la Coopération Internationale, chargé de la Coopération Internationale  et ex-ministre déléguée à la Présidence de la République chargé du développement régional continue de faire l’objet d’un harcèlement de la part des autorités de Bangui, on ne sait trop pour quelles raisons.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est le président Bozizé en personne qui envoie un officier de la garde présidentielle au domicile Marie Reine Hassen récupérer ses véhicules de fonction. Elle n’a opposé aucune résistance et a remis les clés des véhicules au militaire qui lui s'est même permis de lui passer un interlocuteur sur son téléphone portable qui n’était autre que Bozizé en personne qui, sans scrupule, confirme avoir dépêché effectivement l’officier.

Quelques jours après, Marie Reine est reçue en catastrophe au palais présidentiel par Bozizé qui cherche à s’enquérir auprès d’elle de l’évolution du projet des pôles de développement dont la ministre a la charge. Celle-ci ne se démonte pas et fait comprendre à Bozizé qu’après l’attaque armée de son domicile quelques jours plus tôt, elle n’avait pas la tête à lui parler du dossier des pôles de développement. Depuis que ce département lui a été confié, malgré ses nombreuses tentatives, Marie Reine n'a jamais pu être reçue par Bozizé pour pouvoir l'en entretenir. Ne voit pas Bozizé qui veut, même ses propres collaborateurs ! Ce dernier feint de n’être pas au courant de ce qui lui était arrivé. Ils en resteront là et Marie Reine qui a clairement pris la mesure du danger auquel elle s’expose désormais en restant à Bangui, décide de prendre l’avion pour se mettre au vert à Paris.  

Habitant seule dans sa maison, elle débranche tous les appareils électriques, frigos, télé, chauffe-eau, chaîne hi-fi...etc …comme elle le fait d'habitude avant de partir. Seuls deux ampoules au néon pour l’éclairage extérieur autour de la maison et sur un bâtiment annexe au fond de la cour arrière se trouvent à portée de main des gardiens. A son départ, la dernière facture venait d'être réglée. Vivant seule chez elle et souvent en déplacement,  ses factures d’électricité ne volent habituellement pas bien haut et tournent généralement autour de  20.000 à 25.000 francs CFA tous les deux mois.

Bizarrement, depuis qu’elle est partie de Bangui, sa maison est manifestement sous surveillance policière. « Pourquoi, puisque je ne suis pas là »?, s’interroge aujourd’hui l’ex-ministre.

Entre temps, on lui signale qu’une étrange facture d'environ 380.000 francs CFA a été remise au voisin à qui elle a confié une certaine somme d'argent pour régler les factures pendant son absence. « Qu'est ce qui peut justifier que deux ou trois mois après mon départ, ma facture habituelle se soit subitement multipliée par 14 ou 15 ? Ai-je installé une usine en mon absence? Sinon par quel miracle ma facture s'est-elle ainsi multipliée au lieu de se trouver réduite du fait de mon absence? », telles sont les questions que se pose à présent Marie Reine.

« Ils ont immédiatement procédé à la coupure, sans aucun avertissement et sans aucune explication » ajoute –t-elle tout en poursuivant : « Début décembre, une autre facture est remise à mes gardiens, d'un montant cette fois-ci de 500.000 FCFA. Comment expliquer cette fois-ci le miracle qui a gonflé ma facture, alors que mon domicile est plongé dans le noir depuis septembre, époque à laquelle l'ENERCA a interrompu ma fourniture d'électricité ? ».

Pour l’ancienne ministre de Bozizé, « il est très clair que c'est du harcèlement, et les manoeuvres d'intimidation continuent malheureusement, mais dans quel but? Se demande-t-elle. On cherche à m'empêcher de rentrer en RCA pour mener ma campagne pour l’élection présidentielle où je voudrais me présenter ? Je ne suis pourtant pas à craindre, puisque candidate indépendante, et ne faisant pas partie des ténors. Peut-on alors parler en RCA de la promotion des femmes......Le concept genre est agité pour "faire bien", mais en fait, comme pour tout le reste, il est foulé du pied. »

S'il est vrai que le commando qui avait mitraillé sa villa dans la nuit du 8 au 9 juin 2009 avait abandonné sur les lieux de son forfait des tracts dans lesquels on pouvait lire : « Voilà le sort réservé aux amis de l’Occident, de la France et de la Libye. », on est bien obligé de se demander si d'autres raisons plus inavouables par Bozizé et sa clique ne justifient pas cet inqualifiable acharnement contre une cette brave fille du pays qui a renoncé à des situations plus confortables ailleurs et n'aspire qu'à vivre en paix et oeuvrer pour le développement de la RCA qu'elle aime tant.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique