Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 00:44

 

 

 

Willybiro Sako

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 23 Mai 2011 13:53

Les étudiants de la Faculté des Sciences de l’Université de Bangui sont descendus dans la rue ce 23 mai 2011 dans la matinée. Ils revendiquent du gouvernement, des matériels de laboratoires et des nouvelles salles de classe. Une situation qui selon eux ne  favorise pas un confort d’étude. Ils ont barricadé la route pour prouver ce mécontentement.

Malgré une pluie torrentielle qui s’est abattue sur la ville de Bangui pendant plus de 2 heures, ces étudiants ont bravé cette pluie pour réclamer « de meilleures conditions d’études ».

Ils ont cassé le vieux laboratoire de leur faculté et vidé son contenu dans la rue. « Aujourd’hui on parle de la Faculté des sciences à l’Université de Bangui, mais il n’y a rien de scientifique » a affirmé Flerry Pabandji, le vice-président de l’Association nationale des étudiants de Centrafrique (ANECA).

Il a ajouté que « des étudiants qui commencent à la première jusqu’à la 4e année à la Fac des Sciences n’arrivent pas à faire des cours pratiques. Nous avons marre des théories et nous rompons ce silence. Nous voulons maintenant que des solutions nous soient trouvées ».

Jean Ouilibiro Sako, le nouveau ministre de l’enseignement supérieur a fait une descente sur les lieux. Il a rassuré les grévistes que « le gouvernement a pris bonne note et fera tout pour y remédier ».

Une déclaration qui a calmé seulement à moitié les grévistes qui promet de « revenir à l’action si la promesse ne sera pas tenue ».

Depuis la création de la Faculté des Sciences, le laboratoire n’a vraiment pas été outillé d’équipements qui répondent aux normes des enseignements universitaires. Et depuis quelques décennies déjà, le laboratoire souffre d’un crucial problème de matériels et n’est pas tellement utilisé. Il est dépourvu de tous produits et autres réactifs de test pour les expériences scientifiques.

 

NDLR : C’est le baptême de feu pour le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur qui débarque à la tête de ce département comme un cheveu sur la soupe et sans s’y attendre. Celui-ci doit sans doute regretter son poste douillet d'ambassadeur à Paris ou même son dernier portefeuille de ministre chargé de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation qu'il a dû quitter non sans un certain grincement de dents, selon nos informations.    

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation