Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 16:10

 

 

 

 

centrafrique

 

 

Bouar panse la plaie de son drame

Radio Ndéké Luka Vendredi, 24 Juin 2011 13:48

La population de Bouar (Nord-ouest) accepte de tourner la page du drame qu’elle a connu en début de cette semaine. « Le pardon et la paix », tel est le message apporté le 23 juin 2011, aux autorités locales ainsi qu’à la jeunesse de la ville de Bouar par le Chef d’Etat-Major des Forces armées centrafricaines (FACA), André Mazi.

André Mazi, porteur du message des autorités centrafricaines, intervenait au cours d’une réunion organisée à la Mairie de Bouar. « L’Armée existe dans le souci de sécuriser le peuple et de défendre le pays, et ne doit pas devenir son bourreau » a affirmé le Chef d’Etat Major de l’Armée centrafricaine. André Mazi a conclu en promettant que « les auteurs de ces actes odieux doivent répondre devant la justice ».

Les responsables de la jeunesse déplorent le mauvais comportement de certains éléments du 4e Bataillon d’Infanterie du Territoire (BIT4) de la ville de Bouar, « qui ne sont pas au 1er forfait ». Cependant, ils plaident pour la paix et redonne confiance aux FACA de « ne faire que leurs travails ».

Quant aux autorités locales de la ville de Bouar, elles demandent au Chef d’Etat-Major des FACA « d’installer un service de police militaire dans la ville afin de barrer la route aux bavures de certains de ces soldats véreux »

Toutes les entités de la société civile qui ont assisté à cette rencontre ont accepté de tournée la page des évènements et de tourner vers une paix durable, mais ont demandé aux militaires par contre de changer de comportement.

Le dimanche 19 juin, une simple bagarre avait dégénéré et entrainé le meurtre d’un jeune homme de 24 ans, tué par un militaire. Ce dernier avait assommé la victime avec une barre de fer. La population s’était alors soulevée. Pour disperser la manifestation spontanée qui avait suivi l’incident, des militaires avait tiré à balles réelles sur la foule. Bilan 3 morts et 2 blessés graves.

 

Un jeune blessé par balle à Bangui

Radio Ndéké Luka Vendredi, 24 Juin 2011 13:50

Incident en plein centre-ville à Bangui dans la journée du 23 juin. Un jeune commerçant a été atteint en pleine poitrine par une balle perdue tirée par un soldat.  La scène s’est déroulée devant le Tribunal de Grande Instance au moment où des prisonniers de la prison centrale de Ngaragba étaient conduits pour nettoyer les locaux. Un des prisonniers avait tenté de s’enfuir.

Selon des témoignages recueillis ce 24 juin par Radio Ndeke Luka, la balle n’a pas atteint directement la victime. « Le militaire, un élément de la garde républicaine, a cherché seulement à empêcher le fuyard de s’évader en tirant à balle réelle. La balle a atteint un vieux bâtiment et a fait un ricochet pour toucher le jeune homme en pleine poitrine », a affirmé un témoin de l’évènement.

La victime a été aussitôt transférée à l’hôpital communautaire de Bangui, pour y recevoir des soins. Le prisonnier qui tentait de s’évader, a été finalement arrêté par les passants puis reconduit à la prison. Le militaire a quant à lui été mis sous les verrous et transféré dans les locaux de la gendarmerie pour audition.

 

NDLR : Pendant que le chef d’Etat-major des FACA tente d’éteindre le feu à Bouar, un autre incendie se déclare après lui à Bangui où il faut aussi une Police militaire pour s’occuper de tous ces soldats délinquants qui font n’importe quoi avec leur Kalachnikov en bandoulière dans la ville parmi la population.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation