Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 01:38

 

 

Ziguele-pt.JPG

 

 

Suite à la date des élections présidentielle et législatives fixées à la hussarde et unilatéralement par Bozizé, le président du MLPC et son candidat à la présidentielle, Martin Ziguélé, exprime sa réaction sur Radio France Internationale au micro de Carine Frenk. Il déplore le fait que Bozizé ait fait les choses à l’envers car il a fixé tout seul la date du scrutin pendant que les différentes parties prenantes étaient encore en train de se concerter avec la commission électorale pour proposer un calendrier consensuel, créant ainsi artificiellement une controverse comme à son habitude.

  Rédaction C.A.P

 

RFI AFRIQUE : éditions de 20 h 30 et 00 h 30, heure de Paris du mardi 3 août 2010

 

Sonia Rolley RFI : Le principal parti d’opposition centrafricain le MLPC accepte le nouveau calendrier électoral mais reproche tout de même au président François Bozizé d’avoir décidé unilatéralement la date des élections. Ecoutez l’ancien Premier Ministre Martin Ziguélé le candidat du MLPC à cette élection présidentielle.

Martin Ziguélé : La procédure a été inversée et c’est cela que nous reprochons au pouvoir mais sinon nous prenons acte de la date et nous pensons qu’à partir du moment où nous avons un repère, les craintes que nous avions sont résolues, il faut absolument que le processus se fasse de manière consensuelle jusqu’aux élections.

Carine Frenk RFI : Plus question de boycotter cette élection ?

Martin Ziguélé : Le MLPC n’a jamais évoqué de boycott des élections. Nous avions dit que nous ferons acte de candidature aussi bien aux législatives qu’aux présidentielles dès que nous aurions l’assurance que le processus est crédible. Nous demandons 1°) : un recensement électoral intégral. 2°) Si la volonté de la majorité est d’informatiser les listes électorales, il faut qu’elles le soient suite à un appel d’offre ouvert. 3°) Il faut que sur le processus de la sécurité, nous avancions suffisamment pour que et les candidats et les électeurs puissent se déplacer et aller aux urnes sur toute l’étendue du territoire national. Nous voulons des élections à la fois crédibles, à la fois nationales et à la fois sécurisées.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique