Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 01:13


Elois-Anguimat-.jpg

 

Quid de la population centrafricaine en 2010 et pourquoi les élections ne doivent pas avoir lieu maintenant malgré les gesticulations du gouvernement. Le peuple centrafricain et la communauté internationale doivent savoir. Les chiffres accusent.

  1. De la population et du décret n° 10.049 du 12 mars 2010

Hypothèse moyenne avec un taux de croissance de 2,5 %.

Méthode : Interpolation linéaire.

Période 2003 à 2010 soit 7 ans. 

Source RGPH 2003

 

ANNEE

2003 / RGPH

2010

Décret N°10.049 du 02.03.10

ECARTS (1) et (2)

 Bangui

622 771

748 977

531 763

91 008 / 218 214

Ombella-Mpoko

356 725

410 242

304 025

52 700 / 106 217

Lobaye

246 875

283 912

214 137

32 738 / 69 775

Mambéré Kadéï

364 795

419 523

289 688

75 107 / 129 835

Nana Mambéré

233 666

268 721

184 794

47 872 / 83 927

Sangha Mbaéré

101 074

116 238

89 871

11 203 / 26 367

Ouham Péndé

430 506

495 093

325 567

104 939 / 179 526

Ouham

369 220

424 621

280 772

88 448 / 143 849

Kémo

118 420

136 185

98 881

18 539 / 37 304

Nana Gribizi

117 816

135 491

87 341

30 475 / 48 150

Ouaka

276 710

318 223

224 076

52 634 / 94 147

Bamingui Bangoran

43 229

49 714

38 437

4 792 / 11 277

Haute Kotto

90 316

103 866

69 514

20 802 / 34 352

Vakaga

52 255

60 095

37 595

14 660 / 22 500

Basse Kotto

249 150

286 529

203 887

45 263 / 82 642

Mbomou

164 009

188 615

132 740

31 269 / 55 875

Haut Mbomou

57 602

66 244

38 184

19 418 / 28 060

Total

3 895 139

4 512 281

3 151 272

743 867 / 1 361 009

 

 

 

 

 

 

LE RGPH de 2003 définitivement validé et rendu public dénombre 3.895.139 habitants en Centrafrique. Le décret n° 10.049 du 02 mars 2010 donne le chiffre de 3.151.272.  L’écart entre les deux chiffres est de 743.867. Du RGPH de 2003 et du gouvernement, qui détient le bon chiffre ? Le Gouvernement peut-il nous donner sa source ?

 

Avec un taux officiel de croissance annuel de 2.5 %, de 2003 à 2010 soit au bout de 7 ans, la population centrafricaine doit avoisiner les 4.512.281. L’écart entre cette projection et le chiffre retenu par le gouvernement est de 1.361.009. Alors que la République Centrafricaine n’a pas connu de cataclysme majeur ou un très important exode, on est en droit de se demander ce que sont devenus ces million trois cent soixante et un mille neuf Centrafricains au nombre desquels on peut abusivement compter les cent trente huit mille cent soixante quatre (138 164) réfugiés au Tchad, au Cameroun et au Soudan dénombrés par le haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés ? A quoi donc ont servi les résultats du Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) qui a nécessité d’importantes mobilisations humaine et financière ?

  

Le peuple centrafricain souverain et la communauté internationale sont en droit d’exiger du gouvernement des explications sur ces importants écarts et surtout sur la provenance des chiffres par lui utilisés dans le Décret n° 10.049 du 02 mars 2010 portant découpage des circonscriptions électorales pour les élections législatives.

 

  1. Des électeurs :

Dans une récente interview par lui accordée aux media, le porte-parole du gouvernement a lâché le chiffre de 1.200.000 électeurs. Quand on sait que des rumeurs persistantes ont fait état de ce que le gouvernement aurait procédé avec l’aide de certains chefs de quartier et de village à sa solde à l’enrôlement des électeurs, doit-on déduire que le Ministre porte-parole du gouvernement rend ainsi public le résultat du travail fait en catimini ? Quelle garantie accordée à ce chiffre ?

Ici encore, les chiffres issus du RGPH et de la projection sur la base du taux de croissance de 2.5 % de la population centrafricaine nous édifient autrement :

Tranche d’âge

Population 2003

Taux

Population 2010

Ecart

0 – 4 ans

644 732

16,55 %

771 511

 

5 – 9 ans

572 161

16,66 %

672 989

 

10 – 14 ans

468 062

12 %

549 972

 

15 – 19 ans

439 884

11,30 %

516 863

 

20 – 24 ans

364 383

9,35 %

428 150

 

25 – 29 ans

301 036

7,73 %

352 717

 

30 – 34 ans

253 392

6,50 %

297 735

 

35 – 39 ans

213 300

5,47 %

250 527

 

40 – 44 ans

173 117

4,44 %

203 412

 

44 - 49 ans

130 496

3,35 %

153 332

 

50 – 54 ans

99 796

2,56 %

117 260

 

55 – 59 ans

71 921

1,85 %

84 507

 

60 – 64 ans

61 128

1,60 %

71 825

 

65 – 69 ans

41 424

1,06 %

48 673

 

70 – 74 ans

32 528

0,83 %

38 220

 

75 – 79 ans

15 256

0,40 %

17 925

 

80 ans et plus

13 523

0,35 %

15 889

 

Total

3.895.139

100 %

4 512 281

 

 

En partant de la tranche des 20 ans, le nombre d’électeurs en 2003 est supérieur à un million sept cent soixante onze mille deux cents quatre vingt dix sept (1 771 297). En 2010, le nombre des électeurs doit être équivalent à deux millions cinq cent soixante dix sept mille soixante (2 577 060).

Chiffre du gouvernement : 1 200 000 électeurs

Ecart avec le chiffre du RGPH de 2003 : 571 297

Ecart avec la projection de 2010 : 1 377 060.

Le gouvernement ignore-t-il vraiment ces chiffres officiels ? N’y a-t-il pas volonté de sa part de frauder ou de faire capoter le processus électoral dont l’issue lui est défavorable ?

 

Les chiffres accusent.

 

Au gouvernement de la République Centrafricaine d’apporter à la veille de ce scrutin capital la preuve de sa bonne foi en rendant publiques ses sources d’informations er en laissant la CEI faire son job selon l’esprit des textes et du consensus en vigueur.

 

Les démocrates et les amis de la communauté internationale doivent rester vigilants et veiller au grain.

Elois ANGUIMATE



NDLR : Toutes ces grossières et sacndaleuse anomalies laissent Bozizé et sa clique de marbre. Ils s'en fichent éperdument et poursuivent imperturbablement leur chemin et leur logique de faire fi d'une préparation consensuelle des élections. C'est ainsi que Bozizé met directement la pression sur Serge Singa le repsonsable d'un établissement privé, Newtech Institut à qui il a donné suffisament de moyens financiers et informatiques pour la révision des listes électorales découvertes comme par enchantement au quartier Combattant par le vrai faux pasteur Joseph Binguimalé. Selon nos informations, les listes révisées devraient être publiées le 22 mars prochain nous dit une source bien informée à Bangui ayant requis l'anonymat. De même, toujours selon notre source, Bozizé a également attribué de gré à gré à un opérateur économique de la place proche de lui, le marché de confection des cartes d'électeurs dont l'impression s'effectue actuellement en parallèle avec la révision des listes électorales du vrai faux pasteur Binguimalé.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique