Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 00:43

 

 

vote d'une femme en Afrique

 

 


BANGUI 20/12/2010 (Xinhuanet) -- Certains représentants de partis politiques et candidats aux élections de la République centrafricaine ont exprimé vendredi leur inquiétude sur le "non-respect des délais" qui, selon eux, rendrait impossible la tenue des élections présidentielle et législatives prévues le 23 janvier 2011.

Ils ont fait cette remarque lors d'un séminaire d'appropriation des textes électoraux et traitement des contentions électoraux.

A 37 jours des scrutins, les listes électorales ne sont pas publiés et la localisation des bureaux de vote reste inconnue, selon les participants du séminaire, tandis que le code électoral dispose que ces informations devraient être connues 60 jours avant le délai de la campagne électorale.

Organisé par l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le séminaire vise à harmoniser les compréhensions et éviter des ambiguïtés génératrices de divergences, de contradiction, de conflits de lectures et de compétence, au sein des institutions concernes par l'organisation des élections : la Commission électorale indépendante (CEI), le Haut conseil de la communication (HCC) et la Cour Constitutionnelle (CC).

Les participants du séminaire ont recommandé la simplification du processus de dépouillement, la mise en place d'un cadre de concertation permanente entre les organes concernés par l'organisation des élections, et le paiement des soldes des agents recenseurs et des commissaires.

© Copyright Xinhuanet

 

NDLR : Le bon déroulement de ces élections constitue un élément critique du processus de reconstruction et de pacification de notre pays. Des élections crédibles seraient un pas de plus vers cet objectif. Malheureusement, à la veille de ce scrutin capital pour l’avenir de notre pays, force est de constater que de nombreux problèmes techniques et logistiques demeurent non résolus. Le recensement et les inscriptions sur les listes électorales sont loin d’avoir été convenablement menés sur toute l’étendue du territoire national. On est donc loin de réunir toutes les garanties d’élections libres, régulières, transparentes et crédibles. Manifestement le  constat est clair que ces élections ne peuvent raisonnablement avoir lieu à la date prévue du 23 janvier 2011. Il faut impérativement s’accorder sur un report de l’échéance électorale. Il s’agit de ne pas céder à la précipitation  et de donner toutes les chances à notre fragile démocratie. La démocratie n’est jamais décevante quand elle sait se donner le temps de son accomplissement. Nous demandons à toutes les parties prenantes de la communauté internationale de bien vouloir tirer les leçons de la triste expérience ivoirienne qui se déroule encore sous nos yeux et de soutenir ce nouveau calendrier et d’apporter toute l’aide nécessaire pour la tenue d’élections dignes de ce nom et crédibles.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique