Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 02:36

 

 

Joseph Binguimalé

 

 

 AFP 03/04/2010 | Mise à jour : 15:09

La date de clôture des candidatures aux élections présidentielle et législatives du 16 mai en Centrafrique, a été reportée du 3 au 9 avril, selon communiqué de la Commission électorale indépendante (CEI) lu aujourd'hui à la radio nationale.

La CEI "informe les candidats aux élections présidentielle et législatives, que la date de clôture des candidatures initialement prévue pour le 3 avril 2010 est reportée au vendredi 9 avril 2010 à minuit, délai de rigueur", selon le communiqué. Les raisons du report n'ont pas été indiquées.

Le général Bozizé, 63 ans, au pouvoir depuis son coup d'Etat en mars 2003 et élu en mai 2005, est candidat à sa succession. Ses plus grands rivaux devraient être l'ancien président (1993-2003) Ange-Félix Patassé, qu'il a renversé en 2003, et l'ex-Premier ministre (2001-2003) Martin Ziguélé.

L'ex-ministre et opposant Eloi Anguimaté, chef de la Convention nationale (CN), ainsi que la ministre déléguée à la Décentralisation Marie Reine Hassen (indépendante) complètent la liste actuelle des candidats déclarés.

Les élections présidentielles et législatives en Centrafrique, prévues le 25 avril, ont été reportées au 16 mai, selon un décret présidentiel lu le 3 mars à la radio nationale.

L'opposition demande un report à une date plus éloignée: "Toutes les conditions ne sont pas réunies au plan sécuritaire, au niveau du recensement ou de la révision de la liste électorale. Il est irréaliste d'aller aux élections le 16 mai", estime Me Henri Pouzère, coordonnateur de l'Union des forces vives de la nation (UFVN, principale coalition de l'opposition).

NDLR : Toutes ces gesticulations font partie de la panoplie des moyens de pression qu'utilise le vraix faux pasteur et corrompu Joseph Binguimalé pour se donner de l'allure. Il sait bien que ses jours à la tête de la CEI sont comptés et qu'il lui faut donner l'impression de bien servir à quelque chose. On ne peut contraindre les candidats à une élection dont les dates sont contestées et font encore l'objet de débats, de déposer leurs dossiers de candidature. Tout cela n'est pas très sérieux ni légal. Binguimalé est un malfrat récusé par l'opposition car n'inspirant confiance à personne. Plus vite on le démissionnera, plus vite la CEI retrouvera sa sérénité et une crédibilité pouvant lui permettre de conduire le processus électoral à son terme normal. En attendant, il doit arrêter de semer la confusion.   

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique