Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 02:33


Bozize171108275-copie-1.jpg

Joseph Binguimalé


 

 La démarche entreprise par les Nations Unies à travers le BINUCA de Mme Sahle Work Zewde et appuyée par les ambassadeurs de France, des USA et du Délégué de l’Union Européenne, vis à vis des autorités de Bangui pour leur demander de reporter les élections compte tenu de l’impréparation de celles-ci, n’a visiblement pas été du goût de Bozizé et sa clique. Ils sont littéralement paniqués et interprètent l'action de la communauté internationale comme une connivence avec l'opposition.

 

Selon des informations crédibles émanant d’informations crédibles émanant d’une source ayant requis l’anonymat proche du ministère des Affaires étrangères, le ministre de l’Administration du Territoire Elie Oueifio, vient d’adresser à son collègue des Affaires étrangères, le général Antoine Gambi, une lettre dans laquelle il lui fait injonction de convoquer les Ambassadeurs de France et de l’Union Européenne pour les rappeler à l’ordre.

 

Toujours d’après nos informations, le président Bozizé et son premier ministre Touadéra sont ampliateurs de la lettre d’Elie Oueifio ce qui signifie clairement que les instructions et l’initiative d’écrire ce courrier ainsi que l’idée même du rappel à l’ordre des diplomates, proviennent directement de Bozizé lui-même. Estimant que les bailleurs de fonds de la communauté internationale lui posent beaucoup de conditions au décaissement du financement promis pour l’organisation des élections, Bozizé se targue d’avoir cassé lui-même sa tirelire et que dès lors, il n’a plus à obéir aux fantaisies de ladite communauté internationale. C’est un peu trop fastoche comme raisonnement.

 

Par ailleurs d’autres sources d’informations font état de ce que le dimanche dernier 23 mars, un avion cargo immatriculé WTA 146 s’est posé à 13 h30 à l’aéroport Bangui-M'poko. Ses soutes contenaient  plus de 6 tonnes  de fret constitués de 25 palettes de cartes d'électeurs qu'ils ont commandées à Lomé (Togo) et plusieurs ordinateurs adaptés, sans doute destinés à fabriquer sur place de fausses cartes d’électeurs en vue du hold-up que préparent fébrilement Bozizé et son complice le vrai faux pasteur Joseph Binguimalé de la CEI.  C'est l'imprimerie Médiaprint qui est à la manoeuvre. Bozizé a clairement marqué sa préférence pour le hold-up électoral à la togolaise. Là-bas, on a vu le résultat de l'exploit que les ordinateurs pré-équipés de logiciels de fraude électorale ont permis.

 

En provenance de Brazzaville également, sont arrivées à Bangui il y a quelques jours, des urnes et des lampes tempêtes. Ce mercredi, Elie Ouefio a déposé la candidature aux présidentielles de François Bozizé On le voit, Bozizé qui a préparé activement « son » élection et sa « réélection » dans le dos de l’opposition pourtant représentée au sein de la coordination nationale de la commission électorale mais dont il n’en arien à foutre, et de la communauté internationale, n’a plus qu’un seul problème qui est la fixation de la date de ces élections.

Ce qu’il feint d’oublier est que personne ne peut accepter qu’il y ait des élections sans un vrai recensement du corps électoral car c’est un véritable souci majeur pour l’opposition ainsi que la communauté internationale. Pour que les élections soient crédibles, il faut bien qu’on détermine le nombre des électeurs et qu’on les munisse de cartes d’électeurs dignes de ce nom.

Or, Bozizé et Binguimalé refusent absolument que la Commission électorale procède au recensement électoral car cela ne leur faciliterait pas la réalisation de leur magouilles et fraudes. Ils tiennent à rester maîtres du processus électoral frauduleux sur toute la ligne en gérant eux-mêmes le bourrage des urnes via la distribution de fausses cartes d’électeurs. C’est eu égard à la gravité de cette inadmissible situation que le Collectif des Forces du Changement tiendra le jeudi 25 mars 2010 à 10 H 30 mn à l'hôtel SOMBA à Bangui, une conférence de presse sur le processus électoral en cours en Centrafrique.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique