Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 03:25

 

 

RCA-decoupage-electoral.jpg

 

Trahi par sa scandaleuse lettre au général d’opérette Ouandé lui demandant la « conduite à tenir » suite au dépôt de candidature du président du MLPC Martin Ziguélé, Joseph Binguimalé aura achevé de faire la preuve de son manque total d’indépendance, de son incompétence crasse et de sa fourberie en tant que président de la coordination de la CEI. En vérité, cette CEI n’a jamais été indépendante mais bien au contraire, elle était totalement inféodée via son président à Bozizé qui n’est qu’un candidat, dictait allégrement ses quatre volontés. Du fait de cette subordination, Bozizé, tout autant que sa femme et sa progéniture ainsi que Binguimalé, s’est enrichi lui aussi avec les scandaleux marchés de gré à gré non exécutés de plus de 500 millions de F CFA que Binguimalé leur honteusement a attribués.

A cause de leur cupidité et la très mauvaise gestion du processus électoral par Bozizé et Binguimalé, le feu couve actuellement et risque de prendre en RCA. A présent, la seule question qui vaille la peine d’être posée est bel et bien de savoir si à travers le fameux Comité de pilotage des élections qui regroupe les représentants de la Communauté Internationale tels que le  BINUCA (Nations Unies), l’Union Africaine et l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), ainsi que les illustres ambassadeurs de l'Union Européenne, de la France et des USA, ses partenaires et parties prenantes au processus électoral qui assurent de manière déterminante le financement de ces élections avec l’argent des contribuables de leurs pays,  laisseront se dérouler jusqu’au bout une grossière farce d’élections. Jusqu’à quand continueront-ils de fermer les yeux et boucher les oreilles sur le plan de hold-up que Bozizé est en train de mettre en place pour s’autoproclamer vainqueur.  

Alors même que sa gestion partisane de la commission électorale n’en finit pas de le montrer du doigt comme un malhonnête et un fourbe incompétent qui s’est mis exclusivement au service du candidat président François Bozizé, l'inénarrable vrai faux pasteur Binguimalé s’est précipité pour transmettre déjà le vendredi 12 novembre à la Cour constitutionnelle les noms de ceux des candidats dont la CEI avait retenu les dossiers de candidatures parce que prétendument déposés dans les délais, version Binguimalé. C’est tout simplement de la fuite en avant et tout cela est parfaitement illégal.

Il ne serait pas non plus surprenant que dans quelques jours, la Cour constitutionnelle de Bangui dont on connaît le degré d’aplatissement et de subordination à Bozizé, emboîte le pas à Binguimalé pour déclarer recevable les candidatures en question pour les élections présidentielles. Les Centrafricains ont aujourd’hui l’impression d’assister à la répétition du même scénario  qui a précédé la électorale de 2005 où Bozizé s’était servi de la même Cour constitutionnelle aux ordres présidée par son parent Marcel Malonga pour écarter gratuitement les dossiers de sept fils du pays sur les onze qui avaient fait acte de candidature.

 En 2005 en effet, on se souviendra que c’était suite au tollé général déclenché par la volonté politique d’exclusion de Bozizé via cette même et indigne Cour constitutionnelle qui fait honte avec ses membres pantouflards qui se tournent les pouces et sont grassement rétribués, qu’à la faveur de l’intervention énergique de feu le Président Omar  Bongo Ondimba appelé d’urgence à la rescousse par les recalés, Bozizé a dû battre en retraite et permettre le repêchage de six des sept candidats à l’exception de l’ex-président Patassé dont personne ne voulait de la candidature. Cinq ans après, l’histoire politique de la RCA est donc hélas en train de se répéter.

Cinq ans après, force est de constater que le candidat Bozizé renoue avec la tentation, comme en 2005, de choisir lui-même ses adversaires électoraux, en éliminant sous de fallacieux prétextes ceux qu'ils jugent dangereux pour lui dans la compétition, en particulier Martin Ziguélé. Un seul débat est également à l’ordre du jour dans le contexte actuel crée par le duo Bozizé – Binguimalé, celui de l’utilité de la présence des représentants des formations politiques de l’opposition au sein de ce machin qu’on appelle CEI. Me Crépin Mboli-Goumba avait déjà envoyé un électrochoc par sa fracassante démission qui aurait dû être immédiatement suivie de celles des autres membres de l’opposition qui ne servaient que de faire valoir à Bozizé et son Binguimalé pour duper l’opinion publique. Maintenant il faut les laisser à découvert car leur masque est tombé. Tout le monde sait qu’ils sont les seuls responsables de l’enlisement du processus électoral et de tout ce qui pourrait advenir. Qu’ils continuent de s’entêter… !    

Rédaction C.A.P

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique