Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 02:03

 

 

Binguimale2 0

 

 

Appel pathétique du président de la CEI à l'APRD pour qu’elle restitue les listes électorales confisquées dans l’Ouham

Le vrai faux pasteur incompétent et corrompu président de la Commission électorale Joseph Binguimalé, a été rattrapé par cette dure réalité du terrain que vivent les populations centrafricaines qu’il a toujours fait semblant jusqu’ici d’ignorer. A présent, il est contraint de reconnaître son impuissance face à la complexité et l’ampleur des difficultés difficilement contournables auxquelles il est confronté.  

Suite à la confiscation par l’APRD des listes électorales dans plusieurs localités de la préfecture de l’Ouham d’après le compte rendu fait par sur les antennes de Radio Centrafrique  ce jeudi 22 avril par un certain Moussa Djarrab, représentant de l'UFR au sein de la CEI et en même temps coordonnateur de la 13è mission de supervision des opérations de révision des listes électorales dans l'Ouham, Binguimalé a dû se lamenter et prier l’APRD de restituer les listes de la CEI.

D’après Moussa Djarrab, il n’a pas été possible de faire quoi que ce soit dans les localités et villages de l’Ouham depuis Nana-Bakassa, Kouki en passant par Boguila, Markounda, Maitikoulou jusqu’à Batangafo, en raison du refus catégorique des éléments de l’APRD qui ne voulaient pas entendre parler de révision de listes électorales ni de recensement de la population. Ils ont arraché et confisqué tous les documents. Dans quelques rares villages où il a été possible de faire quelque chose, le membre de la CEI a été obligé de recenser plutôt la population car il n’avait pas de liste à réviser sous la main.

Après ce pathétique compte rendu en direct sur Radio Centrafrique, le vari faux pasteur s’est vu obligé de prendre la parole pour supplier le président de l’APRD Jean Jacques Demafouth, l’exhortant en substance à « prendre ses responsabilités s’il aspire à diriger un jour ce pays, pour demander à ses éléments de restituer à la CEI ses listes électorales qu’ils ont confisquées ». Ensuite selon nos informations d’une source proche de la CEI, lors d’une réunion qui a regroupé la CEI et le comité de pilotage des élections, le vrai faux pasteur est franchement passé aux aveux pour déclarer qu'il est impossible de tenir les délais pour le scrutin du 16 mai et qu’il s'en remet, comme Ponce-Pilate, "aux politiques".

Toujours selon notre source, Binguimalé considère que l’initiative en cours des femmes de l’OFCA qui recherchent la tenue d’une table-ronde des politiques afin d’un accord consensuel sur le calendrier des élections, lui coupe l’herbe sous les pieds et que devant toutes ces difficultés et l’impossibilité de tenir les élections le 16 mai, il se propose de demander à Bozizé de reporter une nouvelle fois celles-ci. Il faut espérer pour lui qu’il fasse effectivement ce qu’il dit, ce serait la voie de la sagesse qu’il aurait dû emprunter depuis longtemps.

Aux dernières nouvelles, une autre mission de la CEI dirigée par un certain Mbaigoto a quitté encore Bangui pour retourner dans l’Ouham dans l’espoir de récupérer les fameuses listes électorales confisquées par les éléments de l’APRD.  La preuve est ainsi faite, pour ceux qui en doutaient encore, que le contrôle de plus de la moitié du territoire centrafricain  échappe bel et bien au pouvoir de Bozizé. Comment peut-on tenir des élections dans un pareil contexte sans désarmement préalable ni recensement du corps électoral ? S'il en est ainsi de l'Ouham, qu'en est-il de la situation des villes, villages et localités des autres préfectures comme l'Ouham-Pendé, la Nana-Gribizi, le Bamingui-Bangoran, la Vakaga et autres ? Binguimalé se déclarait pourtant il y a 48 heures à peine, être "très heureux" et "satisfait" que l'opération de révision des listes électorales se soit bien déroulée. Il a même eu le culot et la prétention d'affirmer que l'opération de révision des listes électorales"s’était effectuée dans tous les quartiers et villages du pays". Malheureusement pour lui, il avait parlé trop tôt !

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique