Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 10:42

 

 

Tiangaye

 

 

 

Jusqu’où s’arrêtera François Bozizé ? Il vient de faire confisquer le passeport de Me Nicolas Tiangaye rentré au pays le mercredi dernier après un bref séjour en France. En effet, le passeport diplomatique de Me Tiangaye avec lequel il a fait les formalités de police à son retour de Paris mercredi 9 juin a été retenu au commissariat de police de l’aéroport Bangui Mpoko et après plusieurs tentatives et démarches pour le récupérer, on lui signifie ce samedi qu’il est confisqué sur instructions des autorités supérieures parce que Me Tiangaye est désormais interdit de quitter le territoire centrafricain.

Après un certains nombre de personnalités qui ont été victimes de ce fait du prince et de l’arbitraire de Bozizé dont Martin Ziguélé récemment, voici venu le tour de Nicolas Tiangaye, porte parole du Collectif des Forces du Changement d’être fait aussi prisonnier chez lui. La République centrafricaine et sa capitale Bangui en particulier, est devenue une prison à ciel ouvert où tous ses fils doivent subir les caprices et humeurs de sa Majesté qui ne dit pas nom : Bozizé 1er de Bézambé.

Il est clair que Me Tiangaye paie sa participation à la réunion de la section France du Collectif des Forces du Changement où en tant que porte parole de cette structure lors de son récent séjour en France. Les pseudos services de renseignement de Bozizé, avant même que Me Tiangaye ne soit de retour à Bangui, avaient commencé à faire de la désinformation à son sujet prétendant qu’il était venu en France préparer le renversement du régime Bozizé.

Me Tiangaye est un démocrate et un patriote. Il est président d’un parti politique, la Convention Républicaine pour le Progrès Social (CRPS), porte parole du  Collectif des Forces du Changement, qui lutte à visage  découvert et pacifiquement pour les idéaux et la cause des libertés et de la démocratie en République centrafricaine. Il n’est pas un chef rebelle. Qu’est ce qui peut bien justifier l’acharnement de Bozizé contre lui qui a pourtant été dans le passé, l’avocat de Bozizé lorsqu’il fut victime du régime du général André Kolingba qui l’avait fait kidnapper du Bénin pour le jeter en prison.

Il y a quarante huit heures à peine, juste avant de s’envoler pour l’ouverture du mondial de football en Afrique du Sud, Bozizé a ordonné à son procureur Firmin Feindiro de faire arrêter le bâtonnier de l’ordre des avocats Me Balembi et Jean Daniel Dengou ; gérant de l’entreprise ADMN et vice président du Conseil Economique et Social, qu’ils accusent sans la moindre preuve d’être à l’origine de l’incendie qui a ravagé RAYAN, le supermarché du commerçant libano-centrafricain Ali Akhrass, membre par ailleurs du comité des sages du KNK.

Bozizé vient de franchir la ligne jaune en n’hésitant même plus à s’en prendre à une personnalité comme Me Tiangaye, dévoilant ainsi la véritable nature de son régime qui n’est autre qu’une vulgaire et hideuse dictature sanguinaire. Il est plus que temps qu’il soit arrêté dans son élan sanguinaire et sa volonté officiellement et publiquement affirmée de dépecer les opposants comme il a fait avec Charles Massi. Il faut que tous les Centrafricains se réveillent pour barrer la route à Bozizé désormais sans légitimité, dans ses funestes projets de destruction de leur pays. Il est devenu aujourd’hui le MAL ABSOLU pour la République centrafricaine.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique