Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 15:16


Bozize171108275.jpg

D’après des informations sûres d’une source proche de Bozizé qui a requis l’anonymat, les trois pays de la CEMAC à savoir le Tchad, le Gabon et la Guinée équatoriale qui n'avaient pas encore versé leur milliard de F CFA pour le financement du programme DDR en Centrafrique, viennent enfin de le faire. Il y a trois semaines, ces trois pays ont effectivement  effectué leur versement il y a trois semaines. Bozizé et sa clique disposent donc désormais de la totalité des huit milliards de F CFA, ou du moins ce qui en reste, que le sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la CEMAC tenu à Libreville en janvier 2009 en la présence du Président défunt, Omar Bongo Ondimba.

Jusqu’ici, seuls le Cameroun et le Congo Brazzaville avaient versé leur contribution soit deux (2) milliards auxquels il faut ajouter trois autres milliards de F CFA de la BEAC dont la convention de prêt avait été signé en avril 2009 à Bata en Guinée équatoriale par le ministre centrafricain des Finances et le Gouverneur de la BEAC, soit un total de cinq (5) milliards de F CFA mis à la disposition des autorités centrafricaines au siège national de la BEAC à Bangui.

On devait apprendre par la suite que le grand argentier de Bozizé, le tristement célèbre et  indéboulonnable ministre des mines Sylvain Ndoutingai, s’est personnellement rendu à BEAC pour retirer tout cet argent que lui et Bozizé auraient décidé, selon les propres confidences de Ndoutingai, de consacrer au remboursement de l’emprunt qu’ils auraient contracté pour organiser les obsèques de la mère de Bozizé décédée le 9 février 2009. Avec le reliquat de cet argent, ils se promettaient de réaliser un mausolée à cette dernière. Pourtant les Centrafricains avaient remarqué que les funérailles de cette pauvre dame avaient donné lieu à un fort élan de générosité notamment des éleveurs de bœufs et commerçants libanais de la place qui n’avaient pas lésiné sur les dons en nature et autres enveloppes  durant toute la durée de la place mortuaire.

Ayant manifestement détourné les premiers cinq milliards de F CFA de la CEMAC pour une autre utilisation, Bozizé a éprouvé jusqu’ici beaucoup de difficulté à justifier l’existence de cette manne. Devant les nombreuses et pertinentes accusations dont il fait l’objet, sa seule ligne de défense est de prétexter que cet argent susciterai beaucoup de convoitise et de s’en prendre aux gens de mauvaise foi tout en affirmant que l’argent se trouverait toujours dans les caisses de la BEAC et qu’il en avait les preuves. Mais jusqu’à présent il n’a jamais exhibé ces prétendues preuves. En tout état de cause, cet argent n’a pas vocation à moisir dans les caisses de la BEAC. Il doit être reversé au BONUCA qui est chargé de le gérer pour le compte du DDR ce que Bozizé a refusé de faire jusqu’ici.

Or le Conseil de sécurité des Nations unies vient de sommer les autorités centrafricaines de tout mettre en œuvre pour que le DDR aboutisse effectivement avant la tenue des élections en vue. Bozizé pourra-t-il continuer ainsi à se cacher indéfiniment derrière son petit doigt ? Comme vient de le faire le Conseil de sécurité, les pressions de la communauté internationale doivent se faire toujours plus fortes sur Bozizé qui a toujours besoin d’être mis au pied du mur. De ce point de vue, le corps diplomatique représentant à Bangui les grands pays comme la France, les USA, l’Union Européenne en particulier, doivent faire montre d’une grande fermeté à son égard, ce qui malheureusement n’est pas toujours le cas de l’ambassadeur de France Jean-Pierre Vidon, qui dans ses déclarations à la presse à l’issue de ses fréquents entretiens avec Bozizé, fait souvent preuve d’un optimisme excessif et consternant.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique