Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 15:32

 

 

 

Gilbert-Nengbi-Kovoungbo.JPG

 

 

 

La République Centrafricaine depuis l'assassinat du Fondateur Barthélémy Boganda, était condamné à voguer au gré des parvenus profito situationnistes opportunistes. Si le président Barthélémy Boganda avait survecu au delà de 1960, la RCA n'en serait pas là.


L'homme politique à l'époque aguerri, n'avait rien à envier à qui que ce soit sur le plan politique, économique, social, culturel et sportif.

Les cinq verbes: Eduquer, soigner, nourrir, vêtir et loger résumaient l'éssentiel du programme de devéloppement socio-économique du pays.

 

Pays de Zo Kwè Zo et de So ZO Là (philosophie prônée) est devenu aujourd'hui un champs de théatre où le chef de bande Mr François Bozize qui pense peut être qu'il disposait du titre foncier du térritoire Centrafricain, cultive la barbarie et la désolation.


Pour ce dernier, en occupant le fauteuil présidentiel il devient inammovible. Quelle illusion?

Dressant le bilan des deux dernières décennies, ce qu'il faudrait noter c'est les discours démagogiques des pseudo et prédateurs politiciens présumés politicars qui à mon humble avis n'ont laissé aucune trace, ni héritage moral digne des dignitaires Centrafricains à la nouvelle génération du troisième millénaire. Ou alors s'il faut avoir une visibilité sur les réalisations concrètes de l'ex-Empéreur Jean Bedel Bokassa et l'ex Président le Général d'Armée André Kolingba, on peut apprécier à juste titre et faire la balance combien ses illustres personnalités avaient comme vision claire et innovante de mèner à bien la destinée de ce beau et riche pays  comme la RCA dotée de toutes les richesses naturelles que Dieu avait donné gratuitement aux Centrafricains qui malheureusement n'ont pas de bons dirigeants (leaders politiques nationalistes) pour pouvoir attirer des investisseurs internationaux et étrangers.


Mais qu'est-ce qu'on regarde aujourd'hui après la Conférence de la Bool où le Multipartisme par le billet de la Démocratie qui ont pour conséquences et avantages de ce que nous vivons au quotidien en RCA?


Certes, les régimes qui se sont succèdés à la tête de l'Etat Centrafricain pendant les deux dernières décennies en occurence du feu Ange Félix Patassé et de Mr François Bozize, ont laissé un tableau sombre tendant à ternir l'image de la RCA et la réputation des Centrafricains au niveau national qu'international.


L'épisode va très bientôt terminer où l'histoire est en train de faire son cour et nous amène à dire: "Quel que soit ce que l'on sème, on doit également récolter". "quel que soit la longueur de la nuit, le jour apparaîtra".

En réalité, les erreurs commises par les prédécesseurs, est-ce que cela est faisable pour que les successueurs viennent répèter les mêmes choses?


On se demande est-ce qu'une malédiction ou alors c'est le Diable qui essai d'aveugler les gens?

Les problèmes des Centrafricains sont des équations si simples à resoudre, il suffisait d'être réaliste et de définir des priorités à court terme:


1. Le désarmement et la démobilisation des civils, militaires en vue de la réinsertion sociale pourquoi parce que la RCA est assise sur une poudrière d'où l'insécurité est grandissante.


2. La sensibilisation du peuple Centrafricain en vue d'une réconciliation nationale.


3. L'indemnisation des victimes des évènements militaro-politiques de 1996, 1997, 1998, 2002 et 2003.

4. La culture de respect de droit de l'homme.


5. Passer à l'audit des finances publiques suivant les périodes de 1993 à 2013 afin d'avoir une visibilité sur les enrichissements illicites des auteurs qui seront éventuellement traduits devant la justice.


6. Mettre en place une entité strictement indépendante pour gérer les affaires électorales en passant par les personnalités non souillées enfin d'éviter les tripatouillage et la corruption.


7. Susciter la confiance des Partenaires au développement bilatéraux, multilatéraux, des investisseurs étrangers à venir s'implanter, développer des entreprises et sociétés.


8. La reconstruction de la ville de Bangui ainsi que les routes nationales (voies de communications terrestres) de la RCA depuis Obo à Sibut, Birao en passant par Bamingui-Bangoran-Kaga bandoro-Sibut, Kobo-Batangafo-Kaga bandora-sibut. Et enfin Mambéré Kadei, Boda-Mbaiki.


9. Sensibiliser les pratiquants sur les méfaits (dangers) de la franc-maçonnerie, des sectes Vaudou, de la Rose Croix, l'îdolatrie etc. de pouvoir abandonner totalement parce que cela constitue des sources de bonheur éphémère après quoi c'est une perdition éternelle si la personne ne se répent ni ne confesse pas et ne demande pardon à Dieu pour cette ignorance.


En tout état de cause certaines personnalités ou dignitaires des régimes pensent qu'ils vont éviter la Cour Pénale internationale en faisant des concessions. S'il faut se rendre à l'évidence qu'en est-il le  sors de Mr François Bozize et ses boureaux sanguinaires qui ont causé des préjudices voir verser le sang des paisibles innocents Centrafricains qui continuent à crier devant Dieu pour ne citer entre autres:


- Le Colonnel Christophe Grelombet ex ministre de l'intérieur et de l'administration du térritoire et son fils nommé Martin Grelombet.


- Le Débuté parlementaire Théophile Touba (ancien sécretaire général du RDC).


- Maître Ngoungaï Ouanfio (ancien président de ligue centrfricaine de droit de l'homme et réprésentant de la fédération internationle des droits de l'homme).


- Le Colonnel charles Massi ex Ministre d'Etat, leader du parti politique FODEM remis par les autorités Tchadiennnes aux autorités Centrafricaines puis tué par Mr François Bozize.


- Le Sergent chef Augustin Kemba (retraité enlevé en pleine circulation au centre ville de Bangui pour être tué derrière les collines de Bas Oubangui et le corps jeté devant le portail du domicile de l'ex Ministre Olivier Gabirault situé à Pétevo dans le sixième arrondissement de Bangui.


- Les tentatives d'enlèvements des intermédiaires de la cour pénale internationale pour des exécutions sommaires et extra judiciaires en juillet 2010.


- l'enlèvements (arrestations arbitraires) et déportation  du personnel administratif de la société ADMN SYSTEMS et celui du Cabinet du Bâtonnier maître BALEMBI de Bangui 2000  à la base militaire présidentielle de Bossembélé puis incarcérés à GUATANAMO.

 

- Les massacres de la jeunesse de Paoua dirigée par la mission  du Lieutenant Ngaikosse qui a occasionné la fuite des populations vers le Tchad (réfugiés).

 

Cependant, ces dossiers si lourds  devant les juges de la CPI dont on exige les témoins à charge en complicité avec le chef de guerre Jean Pierre Bemba Gombo qui croupi dans les cellules de détention.


Bref même si la justice des hommes est corrompue mais la justice de Dieu demeure juste,  équitable et non manipulable.

 

Alors posons la question à l'histoire qui était à l'époque assumait les fonctions de Chef d'Etat major sous le régime de Ange Félix Patassé et qui avait distribué des treillis, armes aux hommes de troupe non conventionnelle du mouvement pour la libération du Congo?

 

L'heure de la récréation est terminée, le temps n'est plus à la diabolisation pour des intérêts égocentriques au détriment de l'intérêt général de la Nation Centrafricaine.

 

Enfin j'invite les Centrafricains et Centrafricaines dans un esprit de patriotisme même si vous êtes à l'étranger de rester dans l'unité, la dignité et le travail comme notre devise indique, cela est une richesse que le Président Fondateur Barthélémy Boganda nous avait légué. Cette politique qui consiste à diviser pour régner vient du diable que vous  soyez de l'Est, l'Ouest, Nord et du Sud nous sommes des Centrafricains d'une même Patrie.


Réflechissons sur qui désormais Dieu va le susciter pour conduire le Peuple Centrafricain?

A cette réponse seul le Bon Dieu fera le choix.

Vive la Démocratie Chrétienne.

Que Dieu vous bénisse.

 

Gilbert NENGBI-KOVOUNGBO

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion