Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 19:49

 

 

 

Gilbert Nengbi Kovoungbo

 


Depuis la création de la République Centrafricaine jusqu’ici, ce riche et beau pays a été considéré parmi tant d’autres au monde  comme la Suisse Africaine de par sa diversité transculturelle d’où le prix Nobel de la Paix Universelle lui avait été dédié au temps jadis .Mais qu’est ce qui se passe aujourd’hui ou on assiste à des phénomènes de tragédies, dépravations des mœurs et des violations de règles des droits humains qui à mon avis constituent des cycles de blocages dans processus du développement socio-économique durable des Centrafricains ? Supposons, à défaut des bons projets de sociétés bancables qui peuvent susciter, convaincre les Partenaires au développement, bilatéraux et multilatéraux qui fustigent ou alors c’est quoi ? D’aucun pense que le pouvoir de l’Etat c’est le commandement d’un chef coutumier auquel on reste là pour intimer des ordres traditionnels au lieu de faire tourner les méninges et la matière grise pour faire avancer le pays dont nous avons la responsabilité.

 

En dépit de ce qui a prévalu en RCA durant les décennies, nous pouvons dire  que certaines personnalités, autorités centrafricaines et des rebelles sont civilement et pénalement responsables des actes commis au lieu de voiler la face. Qu’on le veut ou pas la culpabilité est établie. Pourquoi ?


Nous réitérons ici selon le Droit, chaque individu peut par son comportement porter préjudice aux autres matériellement, moralement, ou physiquement :


-Le préjudice matériel c’est une atteinte aux droits patrimoniaux de la personne ; endommagement ou perte d’un bien dont elle est propriétaire des dépenses qu’elle a du engagées, perte des revenus par exemple.


-Le préjudice moral c’est une atteinte aux droits extra- patrimoniaux de la personne : à son honneur, à ses sentiments affectifs, à ses libertés.


-Le préjudice corporel c’est une atteinte à l’intégrité physique de la personne ; blessures et handicaps, traitements cruels et dégradants occasionnant la mort. Mais quels sont les liens de causalités ?


La faute est le comportement anormal qui a provoqué le dommage cela peut être :


-Un fait volontaire qui est un acte positif ou d’abstention dus à l’intention de nuire (élément intentionnel) ou nous pouvons qualifier cela comme étant un délit.


-Un fait involontaire par contre est un acte positif ou d’abstention dus à la négligence ou àl’ imprudence .C’est le quasi-délictuel.


-Un abus de droit (autorité) c’est le fait que le titulaire d’un droit peut en user librement, cependant s’il en use dans l’intention de nuire il commet une faute. D’où intervient la nécessité de réparer ou l’indemniser des préjudices subis.


Mais pourquoi encore des exactions sur le territoire de la RCA ? Etant donné que la population centrafricaine est totalement meurtrie, fatiguée, méprisée malgré ses multiples richesses dont regorge le sol et le sous sol n’arrive pas à deviner sa destinée ?


Pourrions-nous dire qu’il y a manque de volonté politique ? Mème si nous essayons de regarder la thésaurisation dans les banques étrangères par certaines personnalités Centrafricaines, on se demande pourquoi ne pas rapatrier ces fonds permettant la reconstruction de la RCA ? Etant donné que la source de l’enrichissement est illicite. Voilà nous sommes devant une situation catastrophique à laquelle interpelle une forte mobilisation des compétences et expertises techniques requises et la prise de conscience de tout un chacun à s’investir résolument afin de relever notre patrie du marasme économique.


Est-ce que la solution est celle d’importer les mercenaires Sud Africains, Ougandais, les braconniers, coupeurs de route  communément  appelés (zaraguinas), les djandjawids, zakawas du Tchad et du Soudan du Nord etc. afin de pouvoir mettre la RCA à feu et à sang ?


Considérant que la République Centrafricaine aujourd’hui est devenue Sodome et Gomorre est plongée dans un climat de psychose ou les protagonistes se regardent comme des chiens de faïence. Cette jungle se traduit par les actes de persécutions des Chrétiens, Chrétiennes Centrafricains qui constituent le Peuple de Dieu qui ne cessent d’intercéder pour la cause de la Nation Centrafricaine qui était baptisée : Centrafrique Pour Jésus. Or nul n’est sensé ignorer que ces derniers sont des oints et prunelles de Dieu. Mais osé toucher à ceux là c’est chercher à attirer la colère et la malédiction du Très Haut.


Cependant  que les rebelles de la coalition Séléka avaient remis, libéré les otages de guerre ou est-ce que Monsieur François BOZIZE a emprisonné les détenus politiques? Si les exécutions sommaires ont été effectuées au tant mieux informer les familles respectives et l’opinion nationale et internationale.


Pourquoi aujourd’hui des milliers des Centrafricains se sont refugiés dans presque des pays d’Afrique, d’Europe, des Etats Unis d’Amérique, etc. Cela est du au fait  de la politique d’exclusion, des conflits ethniques, tribaux etc. La paix qui était si précieuse et qui constituait une garantie pour le développement durable cela s’était volée en éclat faisant place aux désordres et à la dictature.


Pour sortir de ces crises à répétition dont le Gouvernement peut fixer certaines priorités à court terme ;


1-Promouvoir l’éducation civique, la culture de la paix durable, le respect et la liberté des droits de l’homme, de la presse etc


2-Procéder à l’indemnisation des victimes de 1996, 1997, 1998 dont les dossiers se trouvent sur Bureau de l’Association des Victimes de Mutineries (AVIMUT) en partenariat avec l’Union Européenne et la Banque Mondiale (Institution de Bretton Woods)


3-Création d’emplois massifs pour la jeunesse Centrafricaine pommée pour une auto-prise en charge


4-Remettre les tissus socio-économiques et industriels dévasté par les représailles du 4 au 5 janvier 1997 afin d’absorber le chômage des jeunes diplômés sans emploi.


5-Création d’une brigade anti-criminalité pour pouvoir contrôler les démons  sanguinaires (bourreaux tortionnaires) qui cherchent par tous moyens de verser et sucer le sang des Centrafricains. Cette fois si nous  leur ordonnons de quitter le territoire centrafricain au Nom précieux de Jésus au cas échéant c’est le Feu du ciel qui va les embrasé, consumé.


6-Assurer la protection des biens et des personnes et garantir la liberté d’aller et venir.

 

7-Renforcer la capacité  des structures sanitaires en RCA


En conclusion, j’encourage le Gouvernement d’Union Nationale que dirige Me Nicolas TIANGAYE Premier Ministre Chef du Gouvernement d’assumer la responsabilité tant bien que mal afin d’amener les Centrafricains au bon port. Chose que tout le monde attend de leur mission combien délicate. Tout compte fait nous devons mettre l’intérêt supérieur de la Nation en premier lieu après quoi viendront autres choses. Les statistiques du RGPH/RCA nous démontrent sur 100% de la population Centrafricaine, 90% sont des Chrétiens mais pourquoi alors injecter les esprits de guerre de religion ?


Longtemps les Chrétiens de Centrafrique sont domptés d’une cohabitation, cohésion sociale et la Coopération évangélique ce qui les ont amené à la fraternité, l’amour du prochain, l’hospitalité, la charité, la paix qui les caractérisent depuis les années d’indépendance. Par conséquent, outre les crimes, meurtres, viols, pillages, actes de vandalisme…..commis en RCA, nous prenons à témoin  la Communauté nationale et internationale ainsi que les parties prenantes à la signature des Accords de Libreville pour lesquels l’applicabilité pose toujours la problématique. Les hostilités se sont terminées. Dans le cas ou cela persiste nous allons procéder à la saisine internationale ou la Cour Pénale Internationale va mener des investigations  en vue  d’identifier des auteurs des violations de Droits l’Homme et du Droit International Humanitaire pour des sanctions pénales.

 


Gilbert NENGBI KOVOUNGBO   

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion