Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 01:00

 

 

 

 

 

Bozize-en-galante-compagnie-KNK.JPG

Bozizé et Monique en pleine prière

Monique-et-Francois.JPG

 

Alors que la plupart des chefs d’Etat africains, même dans la sobriété et en raison de la crise financière, prennent part dans leur propre pays à la commémoration de la proclamation de l’indépendance de leur pays, s’agissant de la République centrafricaine, de façon franchement surréaliste, François Bozizé aurait décidé de venir célébrer à Paris le 52èmeanniversaire de l’indépendance de la République centrafricaine proclamée le 13 aout 1960 avec la diaspora centrafricaine. On croirait à un gag ou un canular mais c’est une information vraie, tout ce qu’il y a de plus officiel. Peut-on imaginer le président français aller célébrer les festivités du 14 juillet à Bangui ? Cette comparaison donne une idée de l’incongruité et de l’aberration que cette idée saugrenue de Bozizé représente et de la dimension de fuite en avant qu’elle constitue.

Il serait attendu à Paris le vendredi prochain et la délégation officielle qui devrait le précédé dans la capitale française dirigée selon nos informations par le ministre de l’enseignement supérieur et ancien ambassadeur de Centrafrique à Paris, Jean Willybiro-Sako serait composée de plusieurs ministres actuels notamment celui de la communication, Alfred Tainga Poloko ainsi que du tout nouvel ambassadeur en France que Bozizé vient de nommer, un certain Emmanuel Bongopassi. Il y aurait aussi Maurice Ouambo alias Djento, le très controversé chargé de mission diaspora en France.

S’agissant de cette diaspora centrafricaine, quelle importance représente-t-elle, rapportée à la démographie centrafricaine pour que Bozizé puisse décider de venir célébrer avec elle les festivités de la proclamation de l’indépendance de la RCA. Cette diaspora doit saisir cette opportunité de la présence en France de Bozizé pour manifester et exiger plus fermement la délivrance au plus vite des passeports biométriques par les services consulaires de l’ambassade de la RCA à Paris car voilà un réel problème que le régime de Bangui est incapable de régler promptement.

L’argent  que ce déplacement totalement inutile va engager aurait pu être utilement été investi dans l’acquisition du kit de matériel nécessaire à la délivrance desdits passeports biométriques au lieu que Bozizé fasse encore appel aux services de ses « amis » libanais comme d’habitude. A un moment où une écrasante majorité de fils du pays crèvent de famine sur quasiment toute l’étendue du territoire national, meurent comme des mouches par l’absence cruelle de médicaments dans les formations sanitaires qui ne sont plus que de vrais mouroirs, Bozizé et son gouvernement viennent se pavaner à Paris. Le KNK France serait à la recherche d’une grande salle de fête à louer pour la circonstance. C’est une honte et un scandale.

Incapable de faire face aux nombreux problèmes auxquels sont confrontés les Centrafricains dans leur pays, Bozizé choisit de détourner les yeux pour ne point apercevoir la misère et la famine qui assaillent ses compatriotes. Il vient à Paris pour ne pas se rendre compte des nids de poule et des nombreux ponts cassés de la capitale ainsi que du manque d’eau potable et du courant électrique qui sont un véritable calvaire pour les banguissois notamment. Venu au pouvoir à l’issue d’une calamiteuse rébellion et d’un désastreux putsch, Bozizé a lamentablement échoué sur toute la ligne par rapport aux nombreuses promesses de « libération » des Centrafricains de la misère. C’est la vraie raison de sa fuite du pays le jour de la célébration de l’indépendance de la RCA.

Pourquoi Bozizé vient faire le guignol et le pitre à Paris le jour même où un compatriote, le Pr Gaston Nguérékata a choisi de venir tenir une conférence de presse à Paris pour prononcer le réquisitoire du régime de Bozizé et tenter de redonner un peu d’espoir à ses compatriotes et à ce pays sinistré par presque dix années de gestion désastreuse du même Bozizé et sa clique.

Empêtré dans d’inextricables contradictions avec les membres de son clan familial et ethnique tels que Sylvain Ndoutingaï, Firmin Findiro, Joel Sinfei Moidamsé, ceux-là mêmes qu’il a laissé accumuler de colossales fortunes indues et qui dès lors, ont sans doute pensé que leur heure était maintenant venue de succéder à leur bienfaiteur, Bozizé ne sait plus quoi faire et se rend de plus en plus compte que ses compatriotes ne veulent plus de lui, lui qui avait momentanément réussi à faire illusion au début de son pouvoir. L’arrachage de son buste du Jardin du Cinquantenaire lors des récentes émeutes des jeunes du 2 août en est une preuve patente qui doit l’inciter à méditer sur ce que les Centrafricains pensent de sa gouvernance.

La Rédaction

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique