Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 03:22

 

 

 

FACA drapeau

 


 

 

Bangui le 18 sept (CAP) - Décidément, le centre de formation militaire de Bouar tend à exterminer les jeunes recrues des forces armées centrafricaines (FACA) en formation depuis plus d’un mois. En effet, de source militaire on apprend qu’il ne se passe pas une seule semaine sans qu’un cadavre d’un jeune soit ramené à Bangui. Selon cette source, les formateurs congolais en auraient même marre des « futurs » militaires d’une nation comme la nôtre qui ignore tout du français et l’on ne pourra parler d’admis de test.

 

Le week-end dernier, les corps de deux autres jeunes ont été ramenés dans des circonstances non élucidées à l’hôpital communautaire de Bangui. L’un était mort depuis Bouar et l’autre souffre de l’appendicite et c’est sur la table de l’opération au bloc dudit centre hospitalier qu’il est décédé. Celui-là se trouvait être le beau-frère de Francis Bozizé, celui-là qui se charge de l’électricité du cabinet de Bozizé fils au camp Béal.

 

Ainsi, selon une autre source, il n’aurait passé ni test ni visite médicale mais son nom figurait sur la liste des « admis ». Or, le pauvre souffre d’une appendicite aigüe et a été dispensé des épreuves sportives ainsi que des dures corvées. C’est alors qu’il aurait reçu un coup de pied au bas ventre, ce qui a causé son décès.

Malheureusement, pour l’autre recru décédé depuis Bouar, son corps a été déposé a même le sol devant la morgue par les militaires qui l’ont amené à bord d’un pick-up armé.


Pis encore, aucun parent n’a le droit de demander des comptes au ministère de la défense sur les causes du décès de leur protégé dans ce camp de formation, mouroir pour ces jeunes. Toujours selon nos sources, d’autres corps sont parfois envoyés vers Bossangoa pour les protéger de Francis et Carnot pour ceux de la 2ème dame Bafatoro. Francis Bozizé doit des explications sur le sens de cette formation et l’hémorragie qu’elle ne cesse d’entraîner semaine après semaine.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société