Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 02:35






NDLR : Nous publions ci-dessous les principaux extraits de la copie d'un important courrier en date du 19 novembre 2009 adressé par le siège de la BEAC de Yaoundé au Directeur national centrafricain de cette institution au sujet d'un virement d'une somme de près de 26 milliards de F CFA qui vient d'être virée dans les caisses du Trésor centrafricain par le FMI via la BEAC. Une véritable manne destinée en principe à apurer les dettes de l'Etat auprès des banques de la place. Mais connaissant la cupidité de Bozizé et sa clique, on craint que cet argent ne prenne une autre destination. 



BANQUE DES ETATS

DE L’AFRIQUE CENTRALE


SERVICES CENTRAUX                                                 Yaoundé, le 19 novembre 2009

 

Boîte Postale 1917 - Yaoundé

République du Cameroun

TELEX - BANETAC 8344 KN - 88505 KN                      

Tél.  (237) 22 23 40 60 - 22 23 40 30

Fax: (237) 22 23 33 29 - 22 23 33 50

E-mail: beac@beac; prspr@beac.int

Site Web : www.beac.int

 

DIRECTION GENERALE DES ETUDES,

FINANCES ET RELATIONS INTERNATIONALES

 

Direction des Opérations Financières

N°___/DGEFRI/DOF/2009                                                 Monsieur le Directeur National

            Bangui - RCA

 

 Objet: Paiement de la contre-valeur de l’Allocation générale de DTS

 

            A la suite de la décision du Comité Ministériel du 28 octobre 2009 de procéder à la rétrocession intégrale du produit des allocations de DTS reçues du FMI le 28 août 2009, la BEAC et la RCA ont signé le 11 novembre 2009 une convention fixant les conditions de mise à disposition et d'utilisation des fonds alloués.

            Le montant crédité dans le compte courant du Trésor s'établit à 25 704454 177 F CFA après déduction des éléments présentés dans le tableau ci-après:

 

COMPOSANTES

MONTANTS

1 - Montant des Allocations de DTS (Art. 1 de la Convention) (A) (Soit 41290 DTS avec 1 DTS = 705.240626 F. CFA 2/11/09)

29 161 350 628

 

2 – Provision pour charges sur l’utilisation des Allocations de DTS (B) (Art. 2 al.2 de la Convention

-1 646 893 032

3 – Paiements à la BEAC (Article 3 de la Convention) (C)

-1 635 514 434

 

 

-          Arriérés d’intérêts au 30/09/09

(-1 084 333 107)

 - Provision pour échéance en intérêts du 4ème Trim. 2009

(-551 181 327)

4 – Différence de change sur Allocation de DTS (Art 6 de la Convention(D) (1 DTS= 702,014786 F CFA le 16/11/09

-174 488 985

5 – MONTANT DES ALLOCATIONS DE DTS A REVERSER A LA RCA (A+B+C+D)

25 704 454 177

 

L'enregistrement de la rétrocession a été comptabilisé tel que suit par la DOF:

             Au 31 décembre 2009, la comptabilisation des intérêts du 4èIlle trimestre 2009 devra se faire, dans les livres de la DN, en contrepartie du débit du compte 90.312701.0.3030.0 pour un montant strictement égal à 551 181 327 FCFA. Au cas où le montant réel des intérêts serait différent de 551 181 327 FCFA, je vous prie de contacter la Direction des Opérations Financières ou la Direction de la Comptabilité afin de solliciter conduite à tenir.

            En complément de l'écriture ci-dessus de règlement des arriérés d'intérêts, la DN Bangui doit enregistrer les écritures ci-dessous dans ses livres:

            La comptabilisation des pièces, dans les livres de la DN Bangui, devra être notifiée (date, journal et n° de séquence) à la Direction des Opérations Financières et à la Direction de la Comptabilité.

            Enfin, je vous prie de bien vouloir notifier le crédit du compte courant du Trésor aux Autorités de la RCA

 

            PJ:       Convention BEAC/RCA

 

            CC :    Le Gouverneur

                        Le Vice-Gouverneur

                        Le DC

                        Le DMCCB

                        Le DAJC

 

NDLR : Suite au Sommet du G20 de Londres en avril dernier sur la crise financière et économique mondiale, les principales puissances économiques de la planète ont décidé d'accroitre très significativement les ressources du FMI et de la Banque Mondiale, afin de juguler les effets de cette crise sur les pays en développement. Il a donc été décidé d’augmenter le volume de réserves dans l’économie mondiale.

Le FMI, en sa qualité de banque centrale des banques centrales, a reçu une dotation globale d'environ 2,5 milliards de dollars US et l'autorisation de céder sur le marché une quantité importante de ses réserves en or. Ainsi, il a été décidé que le FMI crée des DTS et qu’il les alloue aux pays membres en fonction de leur quota. C’est comme si le FMI a décidé de créer de la monnaie additionnelle. Pareille décision a été déjà prise en 1976 et 1988.

L'opération s'apparente dans les faits à une augmentation de capital social dans une banque primaire. Il s'agit dans le cas du FMI, d'augmenter les parts de chaque pays membre en nombre de Droits de Tirages Spéciaux DTS), c'est à dire en part du capital social du FMI. Les DTS constituent l'unité monétaire utilisée par le FMI et  est la moyenne d'un panier de devises.

Certains pays laissent leur DTS dans leur compte comme ressources pour les générations futures ou encore comme provision pour pallier à d’éventuelles déconvenues financières (retard de paiement des échéances du Fonds…). D’autres pays comme la RCA, ont décidé d’utiliser leur DTS. La BEAC agissant pour le compte du FMI déduit les intérêts sur le tirage, les échéances de dettes et autres frais et lui reverse le reliquat de la contre valeur en monnaie locale.

Il y a eu en août dernier une allocation générale de DTS et en octobre une allocation spéciale. Le DTS est une unité de compte et de réserve créée par le FMI. Chaque pays membre du FMI reçoit une allocation de DTS en fonction de son quota (poids économique). Le pays doit  tirer (utiliser) ses DTS pour acquérir des devises lorsqu’entre autres ses réserves extérieures sont insuffisantes.

Dans le cas d'espèce, les fonds mobilisés par le G20 et les produits de la vente d'une partie des réserves en or du FMI étant supérieure au capital social après augmentation, le surplus est reversé aux pays membres.

C'est ainsi que la RCA a eu droit à ce reversement de DTS de 25.704.454 177 F CFA. Le FMI a fait accompagner ce virement dans les comptes du Trésor centrafricain à la Banque centrale (BEAC) par un courrier demandant au gouvernement centrafricain d'utiliser cet argent pour éponger les dettes du gouvernement auprès des banques primaires locales qui s'élèvent à plus de 21 milliards de francs CFA.

Le silence du gouvernement sur la réception de cette manne et surtout sur la demande claire et pressante du FMI de l'utiliser pour solder les dettes de l'Etat auprès des banques primaires est source de toutes les interrogations. D'après nos informations, le FMI considère cette condition comme non négociable pour approuver le projet de budget 2010 que le Ministre centrafricain lui a soumis, dans le cadre du programme PPTE en cours. Bozizé prendra-t-il le risque de couler les banques avec une dette insurmontable pour elles qui resterait impayée. A qui le tour après la mise en administration provisoire de la CBCA ?

Le FMI se déjugera-t-elle en laissant  Bozizé utiliser cette manne pour des fins électoralistes, avec tous les risques de dérapage inflationniste ? Quelle sera la destination de ces ressources exceptionnelles ?

En principe ces ressources devraient servir à lutter contre les effets néfastes de la crise financière. Pour information, pour des raisons électoralistes, le gouvernement aurait l’intention de payer deux (2) mois de salaire aux fonctionnaires. Ce qui revient à dire que l’Etat va utiliser ses ressources pour rembourser des fonds qui ont été préalablement alloués par la communauté internationale et qui ont déjà été détournés, notamment l’enveloppe octroyée par la CEMAC pour le DDR (5 milliards de F CFA), les pensions (5 milliards de F CFA), la dette intérieure (les fournisseurs de l’Etat, 2 milliards F CFA).

Il est fort à craindre que les presque 26 milliards qui viennent d’être virés ne soient utilisés, soit pour honorer les dépenses régaliennes de l’Etat (salaires, bourses, retraites, …) à l’allure où vont les choses, soit constitue une manne pour la campagne électorale de Bozizé et de son KNK car il n’y a pas de différence entre l’exécutif et le nouveau bureau politique de KNK qu’il vient de constituer. Pour Bozizé, la fin justifie les moyens.

On suivra donc avec beaucoup d’attention le dénouement de cette nouvelle affaire de la manne de 26 milliards de F CFA où Bozizé comme à son habitude, cherchera à rouler la communauté internationale pour se constituer un trésor de guerre, en rééditant exactement les méthodes dilatoires qu'il a utilisées jusqu’ici avec succès pour s'approprier les fonds de la CEMAC destinés au DDR. Affaire à suivre…

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie