Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 18:46

 

 

 

 

Centrafrique-Cameroun-les-rebelles-sèment-l’insécurité

 


Douala (Cameroun) 2012-11-05 16:47:45 (APA) - Quatre Camerounais faits otages le 23 septembre 2012 à Garoua-Boulai dans la région de l’Est par des rebelles centrafricains, ont été libérés pendant le week-end, a appris lundi APA de sources concordantes.


Cette libération, ont rapporté des sources sécuritaires, est le résultat des négociations conjointement menées par les autorités camerounaises et centrafricaines, et dont personne ne dit si une rançon a été payée tel que les preneurs d’otages l’avaient exigé, au risque de tuer les otages.

Les responsables sécuritaires qui ont confirmé cette libération ont expliqué que les preneurs d’otages « ont d’abord libéré deux personnes samedi, puis, les deux autres ont été remises en liberté ».


Pour mieux comprendre les contours de la libération des otages, les autorités ont demandé à Antoine Ndssen, Daniel Songou, Dieudonné Itina et Justin Harmane qui venaient à peine de retrouver leurs familles, sains et saufs, après plus d’un mois de captivité, de se rendre directement à Yaoundé pour « un complément d’enquête ».


 Dans la nuit du 23 au 24 septembre dernier dans la localité de Garoua-Boulai, des rebelles centrafricains ont attaqué le poste de péage frontalier, tuant deux agents et occasionnant de nombreux blessés.


Les forces de l’ordre camerounais avaient riposté en tuant quelques rebelles, tandis que l’arrestation de certains d’entre eux, aurait favorisé l’identification des assaillants.


 Suite à cette attaque, les autorités camerounaises et centrafricaines avaient multiplié des concertions, d’où la décision de mener des opérations de ratissage en commun accord, la finalité étant de renforcer la sécurité à la frontière des deux pays.

 


 

NDLR : Les pseudos autorités de Bangui avaient dans un premier temps nié l’existence de rebelles centrafricains dans cette zone frontalière.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers