Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 01:24

 

 

Francis-Boziz-.jpg

 

                  Jean Francis Bozizé

  

Dans une de ses récentes parutions, Centrafrique-Presse avait relaté comment en vue des élections, Jean Francis Bozizé ministre délégué à la présidence chargé de la défense avait procédé au recrutement de plusieurs jeunes dans certains quartiers populaires de la capitale à qui on a distribué des téléphones portables afin qu’ils puissent faire du renseignement en épiant tous les leaders de l’opposition et au besoin, faire de la provocation en créant des troubles pour les impliquer pour les faire arrêter, bref le scénario classique. Tous les jeudis, une réunion regroupant ces jeunes doit avoir lieu au palais de la Renaissance sous la direction du chef de cabinet particulier de Bozizé, le général de police Joel Sinfei Moidomsé et un autre parent de Bozizé, un certain  Nico.

Cette fois-ci, le même Jean Francis Bozizé vient de monter une autre opération dénommée « Opération Ngaikoisset », du nom de ce tristement célèbre officier de la garde présidentielle qui doit être traduit à la CPI pour avoir commis en 2005 et 2006 sur ordre de Bozizé de nombreux massacres à Paoua et dans les villages avoisinants qu’on a fini par surnommer « le boucher de Paoua », comprenant 22 éléments de la garde présidentielle et d’ex-« libérateurs » sous l’encadrement de quatre officiers.

Tout ce beau monde est censé quitter Bangui dimanche 11 avril à 22 h, heure locale, pour faire le trajet Bossangoa, Boguila, Paoua, Bocaranga et Bozoum. But de l’opération : ouvrir le feu sur les équipes de campagne électorale de Martin Ziguélé et Ange-Félix Patassé qui s’aviseraient à se rendre dans les villes sus mentionnées pour battre campagne. Comme les manœuvres frauduleuses et illégales de l’homme de paille de Bozizé le vrai pasteur Binguimalé ont échoué au niveau de la CEI, le clan Bozizé passe carrément à la phase des menaces de mort et de l’intimidation.

Depuis en effet les villes de Boguila, Béboura, Bémal, Bétoko, Bédaya 2, Paoua, Pougol, Bocaranga, Bozoum, Ngaikoisset a gratuitement tué sous la responsabilité et les ordres de Bozizé, plusieurs milliers de personnes innocentes, assimilées à tort aux rebelles de l’APRD, ce qui lui a valu d’être épinglé dans toutes les enquêtes des Ong de droits de l’homme comme Human Rights Watch, Amnesty International et la FIDH.

Aujourd’hui, les exploits criminels du capitaine Eugène Ngaikoisset sont devenus un modèle du genre et une référence pour  qu’à la veille des élections, le clan Bozizé veuille les réitérer vis à vis des populations de ces régions de l’Ouham-Pendé qu’il accuse de ne pas aimer Bozizé donc ne votera pour lui. Depuis plus de deux mois déjà, un détachement de la garde présidentielle a été déployé à Paoua et y sème la panique.

Voilà donc comment Bozizé compte mener sa campagne électorale dans la préfecture de l’Ouham-Pendé. TUER, TUER, TUER ET TUER ET FAIRE COULER LE SANG DES CENTRAFRICAINS !!! Cela est d’une gravité dont doivent prendre conscience tous les Centrafricains et la communauté internationale. Nous sommes aux antipodes d’une élection crédible, libre et démocratique. BOZIZE VEUT RESTER AU POUVOIR PAR LA VIOLENCE ET LA FORCE DES ARMES. C’EST INADMISSIBLE !!!

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation