Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 19:17

 

 

 

 

Baghdadi-Mahmoudi2.jpg

                                    

                                           Baghdadi Mahmoudi

 

 

Béchir Essid : « La Tunisie ne pourra plus extrader Baghdadi Mahmoudi »

 Source : chawki.rouissi www.tunisienumerique.com5 février, 2012 à 15:13

Béchir Essid, avocat de Baghdadi Mahmoudi, ancien premier ministre libyen a annoncé vendredi, 3 février 2012, que son client vient d’obtenir le statut de réfugié politique par François Bozizé Yangouvonda, Président de la République Centrafricaine.

Ainsi, les autorités tunisiennes, officiellement informées du nouveau statut de Baghdadi Mahmoudi, ne pourront plus l’extrader vers la Libye.

Le président de la République Centrafricaine avait exprimé son intention d’affréter l’avion présidentiel pour ramener Baghdadi Mahmoudi en République Centrafricaine.

 

NDLR : Bozizé se cherche des problèmes. Après avoir tant joui et profité des largesses et de l’argent de Moammar Khadhafi, il fallait bien que l’actuel potentat centrafricain puisse manifester un minimum de reconnaissance aux ex-dignitaires du feu guide libyen. Cela dit, comment Bozizé va-t-il assurer la protection de cet illustre réfugié libyen à Bangui, lui dont la propre sécurité relève déjà 24 h sur 24 de militaires tchadiens mis à sa disposition par son parrain Idriss Déby. Cela porte à croire que c’est vraisemblablement le président tchadien dont on connaît au demeurant les liens naguère avec Kadhafi, qui aurait imposé à Bozizé d’offrir l’asile à  Baghdadi Mahmoudi.

Faut-il pour le reste rappeler à Bozizé, qui est déjà un gibier potentiel de la Cour Pénale Internationale, que celle-ci avait lancé un appel à tous les responsables de pays africains de ne point accueillir les ex-kadhafistes sur leur sol.

Enfin à notre connaissance, Yangouvonda ne dispose d’aucun avion présidentiel hormis la vielle épave du Hercules C 130 appelée « Air Bezambé » par les Centrafricains et qui se trouverait encore actuellement au Portugal pour d’interminables réparations.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers