Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 01:18

 

 

Bozize KNK

 

Le 16 septembre dernier, le Préfet de la Mambéré-Kadéi chef- lieu Berbérati, un certain Joël Paréfa est convoqué presque manu militari à Bangui par le dépeceur et est  introduit dans le bureau de Bozizé à la présidence. Ce dernier lui jette à la figure un rapport des services de renseignement du régime qui fait état de ce que la majorité des populations de Berbérati en particulier et de toute la préfecture en général ne font pas mystère de voter massivement pour le candidat du MLPC Martin Ziguélé.

Et Bozizé de poursuivre dans sa lancée pour proférer carrément des menaces de mort à l’encontre du malheureux Préfet en lui disant en substance ceci : « Si Martin Ziguélé est majoritairement choisi en Mambéré-Kadéi, je vais te tuer avant même la proclamation officielle des résultats des élections ».

De retour à Berbérati, le Préfet convoque tous les chefs de village et de groupements de sa préfecture pour leur traduire les menaces de mort qui pèsent désormais sur lui de la bouche même du président de la République.

Par ailleurs, selon nos informations de sources sûres, c’est en parfaite concertation avec Bozizé alors à New York que le porte-parole du gouvernement Fidèle Ngouandjika est allé lui-même donner lecture sur les antennes de la radio nationale son communiqué accusant Martin Ziguélé de terrorisme et d’être aussi chef rebelle de la CPJP. Une fois son communiqué lu à l’antenne, Fidèle Gouandjika a téléphoné au ministre d’Etat Anicet Parfait Mbay assurant l’intérim du Premier Ministre Faustin Touadéra qui se trouvait lui aussi absent du pays, précisément à Bamako pour représenter Bozizé aux festivités de l’indépendance du Mali.

Il lui a annoncé en substance qu’il venait de balancer un pavé dans la marre sur Martin Ziguélé et qu’il va falloir gérer les conséquences politiques qui en résulteraient. Parfait Mbay n’avait pas l’air de partager l’initiative car il n’en était nullement informé. C’est ainsi que lorsque quelques jours plus tard, alors qu’il accueillait le Premier Ministre Touadéra au salon d’honneur de l’aéroport Bangui Mpoko de retour de Bamako, il a dû lui faire part de sa désapprobation de l’acte posé par Gouandjika.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique