Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 23:16

 

 

vote d'une Africaine

 

 

 

 

FRONT POUR L’ANNULATION ET LA REPRISE

DES ELECTIONS DE 2011 (FARE – 2011)

 

 

« E  Boungbi-E sô Kodro ti é »

 

 

 

DECLARATION N° 1

 

 

 

Le Général François BOZIZE, proclamé élu le 12 février 2011 au 1er tour d’un scrutin entaché de fraudes massives et d’irrégularités avérées, prêtera serment le 15 mars 2011 devant une Cour Constitutionnelle dont l’impartialité et l’indépendance sont sujettes à caution.

 

Le choix du 15 mars n’est pas fortuit : il atteste le mépris de François BOZIZE pour la démocratie car c’est la date anniversaire de son coup d’Etat du 15 mars 2003.

 

En effet, l’Opposition centrafricaine avait à maintes reprises attiré l’attention de tous les acteurs et partenaires sur les risques de dérapage du processus électoral (listes électorales manuscrites non fiables, récépissés de deux modèles différents tenant lieu de carte d’électeur, absence de sécurisation du matériel électoral sensible, violation du code électoral sur le nombre et la localisation des bureaux de vote et centres de dépouillement, la désignation des Présidents de bureaux de vote et leurs Assesseurs, etc.).

 

Malgré cette situation, l’Opposition et le Candidat indépendant Ange-Félix PATASSE ont décidé de participer à ces élections afin de préserver la paix et sauvegarder la stabilité politique de notre pays.

 

Force cependant est de constater que le 23 janvier 2011, jour du 1er tour du scrutin, de nombreuses et très graves irrégularités ont été relevées sur toute l’étendue du territoire, comme le confirment les rapports des Observateurs internationaux les plus crédibles tels que l’EISA et l’OIF (absence et omission délibérées des personnes dûment recensées des listes électorales, circulation des cartes d’électeurs parallèles, existence de listes d’électeurs et d’urnes parallèles, création de bureaux de vote fictifs, refus de délivrance des PV de dépouillement et feuilles de résultats aux représentants des candidats de l’Opposition, intrusion des forces de défense et de sécurité ainsi que les représentants de l’Administration dans les bureaux de vote et leur immixtion dans les opérations électorales, nombre excessif de votants par dérogation, falsification des résultats et non comptabilisation des résultats de 1262 bureaux de vote représentant plus de 500 000 électeurs environ soit 27% du corps électoral, etc.).

 

Face à cette situation, dès le lendemain du scrutin, les Candidats de l’Opposition et le Candidat Indépendant Ange-Félix PATASSE ont solennellement pris la décision de rejeter en bloc les résultats qui en seront issus.

 

Ensuite, tirant les leçons des résultats du 1er tour des législatives, ils ont décidé de retirer l’ensemble de leurs candidats retenus pour le second tour.

 

Suite à ces prises de position, l’Opposition politique dans sa globalité fait l’objet de tracasserie et de harcèlement de tous ordres de la part du pouvoir :

 

·         Arrestation-libération de Mr Apollinaire MBESSA,  Candidat du RDC aux élections législatives ;

 

·         Poursuites judicaires engagées contre Me HOTTO Fleurie-Blaise, Secrétaire Général Adjoint du RDC, ancien commissaire de la CEI ;

 

·         Interdiction de quitter le territoire fait à Me Nicolas TIANGAYE, Président de la CRPS, Porte parole du CFC et du FARE, à  Jean-Michel MANDABA, Secrétaire Général du MLPC, et à Guy-Simplice KODEGUE, Porte parole du Candidat Indépendant Ange-Félix PATASSE et Porte parole Délégué du FARE-2011 ;

 

·          Arrestation de Monsieur SAYO – NINGATOLOUM Armel, Responsable de la sécurité de l’Ancien Chef de l’Etat Ange-Félix PATASSE, du Pasteur BAKA Fulgence ;

 

·         Le lynchage médiatique des leaders de l’opposition par des responsables gouvernementaux sans la moindre réaction du Haut Conseil de la Communication (HCC).

 

C’est pourquoi, le FARE 2011 :

 

·         Exige l’annulation pure et simple des élections groupées du 23 janvier 2011 dont les résultats ne reflètent nullement la volonté du peuple centrafricain ;

 

·         Exige la reprise de ces élections dans le strict respect de la Constitution, du Code électoral, des recommandations du Dialogue Politique Inclusif (DPI) et ce de manière consensuelle ;

 

·         Met solennellement la Cour Constitutionnelle devant ses responsabilités face à l’échec du processus électoral ;

 

·         Maintient le retrait de ses candidats du 2ème tour, et dénonce avec force les tentatives de la CEI d’imprimer des bulletins de vote au nom des candidats du FARE dûment retirés de la course ;

 

·         Interpelle la Représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies, Mme Sahle-Work ZEWDE, Co Présidente du comité de pilotage des élections, afin qu’elle assume ses responsabilités avec objectivité et courage, condition sine qua non du maintien d’une paix durable  et de la stabilité en RCA, conformément au mandat des Nations Unies ;

 

·         Exhorte la Communauté internationale, partenaire de la RCA dans son processus électoral et membre du comité de pilotage notamment l’UE, L’OIF, l’UA, la France, les USA, le Nigéria, la CEAC et la CEMAC afin d’œuvrer pour sauver la démocratie en RCA, gage de paix, de stabilité et de bonne gouvernance ;

 

·         Lance un vibrant appel aux partis et associations politiques, aux organisations de la société civile (syndicats, mouvements de Jeunesse, des Femmes, les Démocrates, militants des droits de l’homme, confessions religieuses) afin de prendre conscience de la grave menace qui pèse sur la démocratie centrafricaine par un retour au monopartisme et à la dévolution dynastique du pouvoir de l’Etat et de rejoindre massivement le FARE en vue d’exiger l’annulation et la reprise des élections de 2011 ;

 

·         Se réserve le droit d’organiser des actions de masse multiformes  pour atteindre ses objectifs ;

 

·         Exige la libération sans condition de Monsieur SAYO – NINGATOLOUM Armel, du Pasteur Fulgence BAKA, la cessation des poursuites judiciaires à l’encontre de Me HOTTO, le respect de la liberté de circulation des responsables de l’opposition et l’arrêt des lynchages médiatiques à leur encontre.

 

 

Fait à Bangui, le 09 mars 2011

 

ONT SIGNE :

 

 

 

Emile Gros Raymond NAKOMBO

Candidat à l’élection Présidentielle

Coordonnateur de FARE-2011

 

 

Martin ZIGUELE                                                Ange – Félix PATASSE

Président du MLPC                                       Candidat Indépendant

Candidat à l’élection Présidentielle           à l’élection Présidentielle

 

 

Louis Pierre GAMBA                            Me. Nicolas TIANGAYE

Président du RDC,                                Président de la CRPS,

Président du CFC                 Porte parole du CFC et du FARE- 2011

 

 

 

Christophe BREMAÏDOU                              Ferdinand DAGO

Président de l’ASD                                        Président de LONDÖ

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique