Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 22:53

 

 

 

Bonne année 2012

 

 

 

entête FARE 2011

 

 

**************


Déclaration du FARE -2011 relative au discours du Premier Ministre à l’occasion de l’examen du rapport du Secrétaire Général des Nations Unies sur la République Centrafricaine


 

         Le 14 Décembre 2011, du haut de la Tribune des Nations Unies, le Premier Ministre Monsieur Faustin Archange Touadéra, devant le Secrétaire Général de cette organisation politique et diplomatique, s’est livré à des propos démagogiques, teintés de contre vérités,  pour tenter de sauver un régime en naufrage.

        Les Partis Politiques de l’opposition démocratique, regroupés dans le FARE- 2011, réunis ce jour, ont adopté la déclaration suivante en vue de clarifier leur position sur les propos démagogiques du Premier Ministre, Chef du Gouvernement illégitime et illégal du général François Bozizé.

 

1°) A propos d’un « Gouvernement de large ouverture avec ses membres aux appartenances diverses ».

 

      Le FARE-2011 rappelle que les élections présidentielle et législatives du 23 Janvier 2011, émaillées de fraudes massives, avaient été dénoncées par les Partis Politiques, le candidat indépendant feu Ange Félix Patassé, les observateurs nationaux et internationaux. Ainsi donc le FARE 2011 avait décidé de rejeter en bloc, les résultats  de ces élections et avait exigé leur annulation et leur reprise pure et simple.

      Non seulement le général François Bozizé, n’a cru devoir prêter une quelconque attention à cette légitime prise de position, mais  a continué sa fuite en avant.  C’est ainsi qu’en formant son gouvernement, il a procédé aux débauchages  des militants du Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC) et du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC), lesquels ont été immédiatement radiés de leur parti politique respectif.

 

2°) A propos du Parlement qui « fonctionne librement et joue son rôle au service de la Nation ».

 

       L’honnêteté voudrait que le premier Ministre, qui est en même temps, le 2ème vice Président du Parti KNK, donnât la configuration réelle du Parlement du Haut de la Tribune des Nations Unies.

      Le FARE -2011 se fait le devoir de donner la configuration exacte d’une Assemblée dite nationale dans un pays démocratique du 21ème siècle.

 Nombre total de sièges : 105 ;

Nombre de sièges occupés par le KNK : 79 ;

Nombre de sièges occupés par les indépendants KNK : 10 ;

Nombre de sièges occupés par les alliés du KNK : 10 ;

Nombre de siège en compétition entre les candidats KNK et alliés du KNK : 1 (Bouar 1) ;

Nombre de sièges pour les autres appartenances ou non –inscrits : ;

            En considérant cette configuration, le parti KNK et ses alliés disposent de 100 sièges sur 105 à l’Assemblée dite Nationale.

            Il s’agit bien d’une Assemblée monocolore et familiale où le débat politique se mène à domicile et est transposé à l’hémicycle pour être validé par un vote mécanique à 100% ou par acclamation.

 

3°) A propos de « l’ouverture d’un espace de dialogue entre le gouvernement et les différentes familles politiques nationales ».

 

       Il était important que le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, précisât à l’auguste Assemblée des Nations Unies à quel espace de dialogue faisait-il allusion dans son allocution. S’il s’agit de la réunion du Comité de Concertation sur la révision du Code Electoral, tenue à Bangui du 28 au 30 Novembre 2011, le Premier Ministre a abusé de la confiance des Nations Unies en se livrant à des contre –vérités  éhontées.

 

       En acceptant d’aller à cette rencontre purement technique, les Partis Politiques composant le FARE-2011 avaient adopté une position politique très claire, sans équivoque suivante :

« Aujourd’hui plus que jamais, le FARE-2011 maintient son exigence non négociable d’annulation et de la reprise des élections groupées de Janvier 2011, et réaffirme sa non reconnaissance des institutions issues de cette mascarade électorale. Notre présence ici ce jour et notre participation à cette réunion de concertation ne constituent ni une caution ni une quelconque reconnaissance du régime en place, qui pour nous est aussi illégitime qu’illégal. Nous considérons cette concertation comme une simple réunion technique devant mettre en place des instruments électoraux consensuels et impartiaux devant désormais régir le processus électoral dont nous exigeons la reprise immédiate ».

 

        Le FARE -2011 dénonce avec force les propos démagogiques du Premier Ministre qui, au lieu de répondre avec précision aux questions posées par le Conseil de Sécurité en vue de sortir la République Centrafricaine de la situation dans laquelle le régime de Bozizé a plongé le pays,  a préféré tenir des propos mensongers à la tribune des Nations Unies.

 

      A propos du dialogue, le FARE -2011 signale que le Général François Bozizé préfère dialoguer avec les rebelles plutôt qu’avec l’Opposition Démocratique car il comprend mieux le langage des armes  que celui de la  Démocratie.

 

       Le FARE -2011 s’étonne de l’interprétation tendancieuse de cette rencontre technique et se donne le droit de se retirer des prochaines rencontres si ses revendications ne sont pas prises en compte.

 

                                                                Fait à Bangui, le 28 Décembre 2011

 

      Pour le FARE – 2011

 

        Le Coordonnateur

 

 

Maître  Nicolas TIANGAYE

 

 

 

Communique-FARE-2011-janvier-2012-1-.JPGCommunique-FARE-2011-janvier-2012-2-.JPGCommunique-FARE-2011-janvier-2012-3-.JPGCommunique-FARE-2011-janvier-2012-fin.JPG

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique