Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 16:20

 

 

afp patasse

 

 

 

 

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 06 Avril 2011 14:30

 

Toute la Centrafrique, pouvoir et opposition confondus rendent hommage au défunt président Ange Félix Patassé. L’ancien chef de l’Etat centrafricain qui a dirigé le pays pendant 10 ans, de 1993 à 2003 est décédé mardi 5 avril dans l’après-midi à l’Hôpital Général de Douala au Cameroun.

Le premier hommage est celui de  Martin Ziguélé, président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC), arrivé 3ème de la dernière présidentielle. Ziguélé a été Premier ministre sous le magistère du défunt et compagnon de lutte au sein du MLPC jusqu’à l’exil du défunt président au Togo après le coup d’Etat qui l’a renversé. Il témoigne : « Le décès de Patassé a été pour moi, ma famille et mon parti, une surprise et provoqué  une grande tristesse. Cette sortie tardive de Patassé occasionnée par les autorités du pays devrait lui permettre de recouvrer sa santé ».

Interrogé sur l’avenir du Front pour l’Annulation et la Reprise des Elections (FARE 2011), dont l’ancien candidat malheureux à la présidentielle du 23 janvier dernier est l’un des fondateurs, Ziguélé rassure que cette entité « n’est pas une question de personne mais de principe. Il s’agit d’une lutte pour le respect du suffrage des centrafricains ».

De son côté, au nom de la mouvance présidentielle, Fidèle Gouandjika, ministre du développement rural et par ailleurs porte-parole du gouvernement, affirme que « Patassé a été l’un des  piliers  du développement socio-économique du pays. Patassé est un baobab de la démocratie,  un homme sincère, Patassé pensait toujours à l’intérêt général. Il était véritablement le chef de l’opposition centrafricaine. Le score qu’il a réussi à obtenir lors des dernières élections, alors qu’il n’a presque pas fait campagne, montre qu’il y a de nombreux Centrafricains qui adhèrent à ses idéesPatassé est mort, mais ses idées restentL’opposition devrait suivre son exemple. Il a dirigé le pays avec de réelles ambitions. Il pouvait réussir mais l’opposition armée et certains de ses collaborateurs ne lui ont pas laissé les mains libres pour bien conduire le pays quand il était au pouvoir».

L’ancien chef de l’Etat a été empêché à deux reprises par les autorités du pays de se rendre à Malabo pour se faire soigner. Il souffrait du diabète et a été hospitalisé deux fois à la clinique Chouaib à Bangui. Patassé est décédé en pleine crise électorale. Arrivé 2ème de la présidentielle du 23 janvier, il a été battu par François Bozizé.

 

NDLR : Il y a certains hommages qui sonnent très faux, en particulier lorsqu’ils émanent de ceux-là mêmes qui ont passé le plus clair de leur temps et leur énergie à combattre la personne qui vient de décéder. Il est encore moins recevable quand il sort de la bouche de ceux qui sont aujourd’hui les bras droits de celui-là même qui a renversé le défunt président par un odieux coup d’Etat qui lui a valu un second exil mortifère à l’origine des ennuis de santé qui viennent de l’emporter. Certains politiciens centrafricains sont spécialistes des éloges post mortem parfaitement hypocrites et franchement indécents qu’ils avaient déjà proclamés lors du décès des défunts présidents Jean Bedel Bokassa, David Dacko, Abel Nguendé Goumba, André Kolingba et maintenant Ange-Félix Patassé.   

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nécrologie