Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 15:20

 

 

 

 

 

babaladdé

 

 

 

Bangui, 5 sept (CAP)- Tôt le matin du mercredi 5 septembre 2012, sous bonne escorte, le célèbre chef rebelle tchadien Baba Laddé est rentré tranquillement chez lui. Deux heures avant qu’il n’arrive à l’aéroport pour embarquer dans l'avion devant le ramener à N'djaména, les ministres Claude Richard Gouandja de la sécurité publique, Francis Bozizé de la défense, Paulin Pomodimo médiateur de la République ainsi que Mme Margaret Vogt représentante du SG des Nations unies.


Baba Laddéarrive à bord d’un pick-up de la FOMAC avec à ses côtés son fils armé et tenant une mallette noire et vêtu d’un boubou noir. La presse a été empêchée de s’approcher ou de filmer. Francis Bozizé a donc voulu que la presse ne puisse pas faire son travail ni entrer en possession d’informations fiables sur ce qui se passe autour de cette rocambolesque affaire. Il faut noter que cet homme qui est aujourd’hui très riche, tire toutes les sources de ses richesses sur le dos de la population et certaines personnalités en ont tiré aussi profit.


De source proche d’un ancien compagnon du chef rebelle, celui-ci possèderait propriétés immobilières à Garoua au Cameroun, à Maiduguri et Sokoto au Nigeria, à Diffa, Niamey et Tillabéry au Niger, à Koufra et Sebha en Libye. Sa femme qui vient de s’échapper de la prison pour femmes de Bimbo à Bangui, arriverait tout droit  de la concession de Baba Ladde où vit sa mère à Maiduguri.


Notre source de préciser que Joachim Kokaté qui affirmait récemment dans une interview à CAP qu’il avait été en contact avec Baba Ladde pour le convaincre de négocier était en réalité en contact avec lui depuis longtemps ainsi que Marie Reine Hassen et Youssoufa Yérima Mandjo. Baba Ladde serait aussi en contact permanent avec le colonel Yves Dépit, attaché de défense de l’ambassade de France à Bangui. De mystérieux conseillers français conseillaient également Baba Laddé depuis fort longtemps et l’auraient même aidé à se réfugier à Boro Medina au Sud-Soudan. 


Si Baba Ladde a annoncé qu’il déclarait la guerre à Ahidjo le salafiste de Goré et dissident de son mouvement le FPR, il faut savoir que la majorité des guerriers de Baba Ladde ont gardé des contacts avec Ahidjo et aussi avec la LRA. Baba Ladde n’a que 400 hommes qui lui sont restés fidèles, les autres ayant refusé de choisir entre lui et Ahidjo. Youssoufa Mandjo quant à lui, est un ami et complice en affaires de Francis Bozizé depuis longtemps. Tout cela pourrait expliquer la complicité et le soutien dont a bénéficié Baba Laddé pendant toute sa rebellion sur le sol centrafricain.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers