Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 00:27

 

 

Bozize-Y.jpg

 

Tout dans le comportement de Bozizé et de sa clique montre que non seulement ils souhaitent maintenant et font tout pour que les élections aient lieu le plus tard possible, le mandat de Bozizé ayant été prorogé de façon anticonstitutionnelle par les députés, mais, et c’est ce qui est plus préoccupant, celui qui est candidat à sa propre succession compte s’imposer de toute façon par la violence et la force des armes. Rien ne dit non plus qu’il acceptera de se soumettre au verdict des urnes s’il était battu.

Incapable d’éradiquer les différentes rébellions armées qui occupent la moitié du territoire national, Bozizé entretient exprès l’insécurité dans les zones dont le contrôle lui échappe pour en prendre prétexte et justifier ainsi la nécessité de pacifier préalablement le pays avant la tenue des élections. Comme il ne fait rien pour cela, c’est un peu le serpent qui se mord la queue.  

Le financement par Bozizé, en réalité par le Trésor public, d’une association dénommée Bozizé doit rester (BDR), au-delà du côté provocateur, est en soi d’une extrême gravité dont les Centrafricains devraient prendre conscience en se posant quelques questions sur la signification d’une telle méthode. Pourquoi Bozizé doit rester à la tête du pays après sept années si catastrophiques pour le pays et les Centrafricains. Le bilan de sa gestion des affaires du pays est tellement désastreux que plus vite il partira de la présidence, mieux notre pays s’en portera.

Sous Bozizé, la RCA détient tous les plus tristes records mondiaux. Ce n’est pas par le plus pur des hasards qu’elle est classée 179ème sur 182 pays dans le monde pour l’indice de développement humain (IDH) du PNUD de 2009. L’espérance de vie des Centrafricains n’est plus que 39 ans actuellement. Elle est au 10ème rang mondial pour le taux de prévalence du VIH/SIDA et détient aussi le taux de mortalité infantile parmi les plus élevés au monde. 176 enfants sur 1 000 meurent avant l'âge de 5 ans. Le pays est en proie à une malnutrition infantile sévère quasi généralisée suite aux incessants rackets et à la spoliation des collecteurs et la fermeture massive des bureaux d’achat de diamant sous de fallacieux prétexte. Récemment encore, la RCA s’est distinguée négativement en défrayant la chronique par le scandale révélé par la presse internationale, celui des malversations au CNLS et du détournement des ARV pour les malades du SIDA. Depuis 2008 et en 2009 et de manière constante, la RCA est placée au dernier rang du classement mondial du climat des affaires par la revue « Doingbusiness » de la Banque Mondiale. Dès lors, quel investisseur osera mettre pied dans un tel pays !

La moitié du territoire est minée et occupée par des rébellions armées et échappe totalement au pouvoir central. La RCA est aujourd’hui un état fantôme, virtuel. Avec un tel bilan, comment peut-on sérieusement imaginer que celui qui est à la tête de ce pays qui affiche ces paramètres doit encore demeurer au pouvoir ! Il devrait même rendre son tablier de lui-même sans qu’il y ait besoin de le lui demander. Quels chantiers Bozizé a initiés qui nécessitent qu’il reste encore au pouvoir un certain laps de temps pour mener à bout ? Mamadou Tandja au Niger avait pris prétexte sur sa volonté de poursuivre des chantiers inachevés pour s’agripper au pouvoir. On connaît la suite.  

Bozizé lui, n’a absolument rien à faire valoir qui puisse convaincre le dernier des Centrafricains à voter pour lui. C’est ce qui prouve que la seule façon de conserver le pouvoir pour Bozizé est d’utiliser l’intimidation des électeurs, la force, la violence armée, les techniques bien connues de fraudes électorales, le bourrage des urnes, l’achat des consciences etc…pour sortir vainqueur des prochaines élections. Bozizé fait la honte du pays et n’est pas à hauteur des responsabilités liées aux fonctions de président de la République. IL NE DOIT PLUS RESTER !

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique