Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 01:15

 

 

 

 

Ntsimi et Boz

 

 

 

 

L'idée d'expulser Antoine NTSIMI a été cogitée depuis un moment dans la bozizie. Outre ce que Bozize lui reproche, il y a aussi le fait qu’il ne voyait pas le Camerounais lui apporter de l'argent à titre personnel ou au titre d'appui à l'Etat, Bozizé croyant que dans le fonctionnement de la CEMAC, de l’argent serait généré dont une partie devrait lui être reversée.

Monté par le Ministre d'Etat aux Finances Sylvain NDOUTINGAI, celui de la Justice Firmin FINDIRO et aussi ses enfants Bozize, l’opération de refoulement de NTSIMI était pensée et conçue de telle sorte que s'il y avait eu une quelconque résistance de la part de ce dernier, il se serait copieusement fait tabasser et cela aurait été mis sur le compte de la « légitime défense ».

Selon nos informations d’une source proche du dossier ayant requis l’anonymat, c’est Mme Léocadie FINDIRO également d’origine camerounaise et du même groupe ethnique que NTSIMI, (Etone) qui aurait fourni les informations utiles à son ministre de mari en ces termes : " Ntsimi lorsqu’il fut ministre des finances, était très ordurier, violent, insolent, et bagarreur. C'est pour cette raison qu'on l'a surnommé au Cameroun « CHICAGO BOY ». Il aimait exiger des hommes d'affaires 30% de commissions sur toutes affaires qui lui étaient soumises, d'où son surnom de « M.30% » que les Camerounais lui ont trouvé. Lors de la dévaluation du FRANC CFA en  1994, NTSIMI ayant eu vent en tant que ministre des finances avant tout le monde, s'est mis à informer les banques et à leur signer des autorisations de transfert d'argent à coups de milliards, ce qui a fait qu'il a gagné beaucoup de milliards qui lui ont tourné la tête au point de construire une somptueuse villa de 12 mètres de haut. Ces informations ont permis àBozizé et son clan de projeter de le violenter au cas où il aurait tenté de résister à la notification de son interdiction de débarquer à Bangui.

Un autre scénario devait consister en une tentative de braquage à mains armées à sa résidence par des éléments qui avaient même déjà commencé à effectuer des tours de reconnaissance autour de ladite résidence.

Bozizé et son camp, galvanisés par l'interview accordée à Alain FOKA sur RFI par le Président gabonais Ali ONDIMBA au sujet de la présidence de la CEMAC qui dans sa réponse, a abondé dans le même sens que Bozizé, ont été déterminés à passer à l'acte sur, toujours selon nos informations. Il aurait également confié à son entourage avoir le soutien de ses autres pairs de l’Afrique centrale, Paul Biya mis à part.

Pour Bozizé, seuls ses opposants Martin ZIGUELE, Emile NAKOMBO et PATASSE, accorderaient beaucoup d'importance au Cameroun.

Toute cette opération NTSIMI aurait été effectuée contre l’avis du général Antoine GAMBI ministre des affaires étrangères, toujours d’après nos informations.

 

Olivier Guimbioko

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers