Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 17:47

 

 

Bozizé Déby

ParRFImardi 14 février 2012

Des opérations de ratissages sont toujours en cours en Centrafrique contre le FPR (Front populaire pour le redressement), un groupe de rebelles tchadiens qui sévit dans le nord de la République centrafricaine. Trois semaines après le déclenchement de l'offensive des armées tchadiennes et centrafricaines, à Ndjamena, le bilan officiel n’est toujours pas communiqué. Hier, lundi 13 février 2012, Hassan Sylla Ben Bakari, porte-parole du gouvernement tchadien, a affirmé que le FPR n'était qu'un groupe de bandits et non pas de rebelles.

Le 23 janvier dernier, les armées tchadiennes et centrafricaines lançaient l'offensive conjointe dans le nord de la Centrafrique, contre le FPR d'Abdelkader Baba Laddé. D'après des informations concordantes, le Tchad a mobilisé un millier de soldats et quatre hélicoptères MI-24 pour cette opération. Le Tchad qui refuse de parler du FPR comme d'un groupe rebelle, comme le confirme Hassan Sylla Ben Bakari, porte-parole du gouvernement tchadien.

« Il n’existe pas de rebelles tchadiens en République centrafricaine. Il n’y a que des malfrats et des coupeurs de route qui écument cette région. Ce sont en clair, des voleurs de bétail, des racketteurs, des bandits de grand chemin qui n’ont aucune représentativité politique ».

Après l'attaque contre ses bases de Gondava et Ouandago, où quelques villages centrafricains ont été pilonnés par les hélicoptères tchadiens, le FPR s'est éparpillé en étoile, en groupes relativement importants, et Baba Laddé est en fuite. Du 3 au 5 février, une centaine de soldats tchadiens ont été signalés dans la ville de Ndélé, au nord-est. Selon une source humanitaire, quelques cas de viols ont été enregistrés.

Depuis, les militaires tchadiens sont stationnés dans la ville frontalière de Sido, côté Tchad. Selon plusieurs sources, Ils peuvent revenir à tout moment s'ils estiment que le besoin s'en fait sentir.

 

NDLR : Il ne sert à rien de nier l’existence du FPR de Baba Laddé qui a fait de la région de Kaga-Bandoro en Centrafrique son sanctuaire. La preuve de cette existence est la mobilisation des armées nationales de deux pays voisins pour tenter de venir à bout de Baba Laddé et son FPR. Si N’djaména a réussi à déloger de la zone frontalière du Tchad avec le Soudan tous les mouvements de rébellion qui veulent renverser Idriss Déby et qui y écumaient grâce au pacte conclu avec le président soudanais, le territoire centrafricain, compte tenu de la porosité de ses frontières septentrionales, est devenu le maillon faible dans lequel les éléments de certaines rébellions tchadiennes peuvent refluer.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers