Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 04:31

 

 

 

babaladdé

 

Les circonstances dans lesquelles la base des soldats du détachement des FACA de Kabo a été attaquée mardi dernier par surprise par des assaillants qui voulaient dit-on se ravitailler en armes et munitions, doivent faire réfléchir quelque peu la hiérarchie de ces malheureux soldats et leur état-major. Des leçons doivent impérativement être tirées de la mort de ces soldats et en particulier celle du capitaine Loutomo qui commandait la base, tué non pas par arme à feu mais suite aux tortures et tabassage qu’il a subis des assaillants qui l’ont littéralement enlevé et amené avec eux, chose inadmissible (on n’aurait d’ailleurs toujours pas retrouvé son corps selon nos informations).

Deux de leurs véhicules ont été incendiés et deux autres emportés, cinq soldats faits prisonniers d’après certaines sources, bref, une véritable bérézina. Les habituels communiqués triomphalistes et indécents de l’état-major qui parle généralement de FACA à la poursuite d’assaillants en débandade, prêtent à sourire si ce n’est à pleurer.

Selon des informations dignes de foi, seulement 100 éléments sur les 800 hommes de Baba Laddé qui avaient été conduits tambour battant sous bonne escorte en octobre dernier par les ministres Francis Bozizé et Josué Binoua depuis Ippy et remis aux autorités tchadiennes à Sido, auraient été admis à intégrer les effectifs de l’armée nationale tchadienne. Les 700 restants ont tranquillement regagné le territoire centrafricain, la région de Ouandago et Gondava, qu’ils connaissent bien et considèrent comme leur sanctuaire et où ils vivent comme poisson dans l’eau. Comment donc s’étonner du niveau de recrudescence de l’insécurité que connaît à nouveau la zone de Kabo depuis bientôt deux mois.

Toujours d’après nos sources dans la région de Batangafo et Kabo, des rumeurs persistantes circulaient depuis une dizaine de jours dans le coin, faisant état d’une attaque imminente de la base FACA de Kabo par des forces rebelles. Seuls l’état-major des Faca et le commandement du détachement de Kabo ne s’en sont pas inquiétés outre mesure. C’est un secret de polichinelle que lorsqu’ils sont envoyés en détachement dans l’arrière-pays, les soldats des FACA ont la vilaine et fâcheuse habitude de s’enivrer plus que de raison et d’être aveuglés par la gente féminine locale au point même de perdre de vue l’objet de leur mission. Puisse ce genre de situation dramatique comme celle de Kabo, leur donner à réfléchir et les aider à revenir sur le droit chemin.

Tout cela, ajouté à d’autres faits encore de la bozizie, augure du climat de fin de règne que vit actuellement ce régime désormais à l’agonie. La mise en débandade du seigneur de guerre de  l’UFDR Zakaria Damane dans la Vakaga par Djotodia Amnon Droko revenu militairement en force dans la région et l’allégeance que s’apprêtent à faire à ce dernier d’autres chefs rebelles du coin, n’augure pas des lendemains tranquilles dans la région de la Vakaga et de la Haute-Kotto. La politique de la mallette de billets d’argent de Bozizé vis-à-vis des chefs rebelles trouve désormais ses limites. La paix n’en est pas revenue pour autant dans le pays.

La rédaction

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers