Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 21:53

 

 

cour constitutionnelle RCA

 

 

Radio Ndéké Luka Samedi, 05 Février 2011 13:50

Trois des candidats malheureux à l’élection présidentielle du 23 janvier 2011 exigent l’annulation du double scrutin en Centrafrique. Il s’agit de Ange Félix Patassé candidat indépendant, Martin Ziguélé du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) et Emile Gros Raymond Nakombo du Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC). Leur décision commune a été prise vendredi 4 février au cours d’une rencontre tenue au domicile de l’ancien président Patassé à Bangui.

Dans un communiqué signé du trio perdant à la course présidentielle et lu par leur porte-parole Simplice Kodégué, ces candidats ont déclaré que « les élections ont été volontairement viciées du fait exclusif du pouvoir et de la Commission Electorale Indépendante (CEI) ». Ils demandent en conséquence «l’annulation de ce double scrutin et rejettent avec force les résultats qu’ils ne reconnaissent pas ».

Dans une déclaration recueillie par Radio Ndeke Luka, après lecture du communiqué, Ange Félix Patassé a interpellé le président François Bozizé, déclaré vainqueur par la CEI à l’issue du premier tour avec un score de 66,8%, en ces termes : « nous allons imposer la paix. Je dis à Bozizé (à trois reprises) qu’il abandonne  la voix de la violence qu’il veut imposer au peuple avec ce truquage éhonté des élections. On ne joue pas avec la vie d’un peuple ».

Ange-Félix Patassé a ajouté que tous trois ont décidé d’organiser une marche pacifique à une date non encore fixée, pour réclamer cette annulation.

Jean-Jacques Démafouth de la Nouvelle Alliance pour le Progrès (NAP), autre candidat à cette élection présidentielle n’est pas partie prenante à cette action politique. Il avait d’ailleurs  déclaré sur les ondes de Radio Ndeke Luka, au lendemain de la publication par la CEI des résultats provisoires des élections, « que ça ne vaut pas la peine de recourir à l’annulation desdites élections, car selon lui, la Cour Constitutionnelle ne changera rien des résultats ».

Simplice Kodégué, porte-parole du Candidat Patassé qui a lu la déclaration commune, a été interdit le même soir de sortir de Centrafrique. Il s’était rendu à l’aéroport international de Bangui Mpoko pour prendre l’avion pour une destination qui n’a pas été précisée. La Police de l’Air l’a empêché d’embarquer et les raisons de ce refoulement ne sont toujours pas connues.

 

 

NDLR : Bozizé continue avec ce côté honteux et "république bananière" qui consiste à empêcher certains citoyens de prendre leur avion comme on vient de le faire avec le porte-parole de Patassé. Selon nos informations, l'interdiction de sortie du territoire aurait été décidée par Bozizé lui-même à l'égard dit-on de tous les hommes politiques. Pourquoi ? Allez-y savoir !

Toujours selon nos informations, Bozizé aurait également communiqué le numéro d'immatriculation de la voiture de Martin Ziguélé non pas à l'armée parce qu'il n'a pas confiance aux Faca mais à la police et à sa garde présidentielle afin qu'il soit arrêté on ne sait pour quelle raison ou quel crime qu'il aurait commis. Un chef d'Etat qui s'occupe de relever les numéros de plaques d'immatriculation des véhicules des citoyens, il ne doit pas en exister plusieurs dans le monde. Toutes ces mesures arbitraires et dictatoriales sont autant des violations des droits de l'homme et traduisent le profond désarroi de Bozizé qui malgré le hold-up électoral qu'il vient d'effectuer, manque totalement de sérénité et continue dans son registre paranoïaque bien connu.    

A Bangui, le sigle KNK, parti de Bozizé est tourné en dérision dans les quartiers comme  "Kala Na Kala" ("Kala" pour Kalachnikov). Tout cela contribue énormément à détendre le climat politique après cette véritable honte nationale qui est le pseudo scrutin du 23 janvier 2011. On attend par ailleurs impatiemment l'explication que donnera la CEI de Binguimalé et la Cour constitutionnelle au sujet des 1262 bureaux de vote dont les résultats n'ont pas été pris en compte et dont l'information vient d'être révélée par Radio France Internationale.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique