Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 23:08

 

 

Adrien-Poussou.jpg

 

                 Adrien Poussou

 

Paris 2 juin (C.A.P) - Venu couvrir avec un cameraman de Africa 24 où il travaille comme journaliste stagiaire, Adrien Poussou a été brutalement agressé par les nervis de Bozizé cet après midi à l’hôtel Méridien Porte Maillot où les responsables du KNK avaient convié les Centrafricains de la diaspora pour soi-disant discuter avec Bozizé le mercredi 2 juin de 17 à 19 h. La salle pouvant contenir quatre cents personnes et dont la location a dû coûter sans doute chère, n’était remplie qu’au quart.

Malgré la présentation par Adrien Poussou de son badge d'Africa 24, un certain Bienvenu Guinon du KNK est venu un quart d'heure après le début de la réunion le prier avec insistance de sortir. Rejoint peu de temps après par un certain Teddy Bozizé, un rejeton de Bozizé venu également prier Poussou de quitter la salle. Le clan de Bozizé semble ne pas digérer les critiques souvent acerbes que publie régulièrement sur son site internet ce compatriote.

Obligé de s’exécuter, une fois à l’extérieur, Guinon assène un coup de poing au visage d’Adrien Poussou, lui cassant ses lunettes dont les débris de verre lui ont blessé la figure. Informée, la rédaction d'Africa 24 a dû envoyer un véhicule conduire Poussou à l'hôpital pour recevoir les soins médicaux nécessités par son état. Une attestation de 3 jours d'incapacité temporaire de travail (ITT) lui a été délivrée.

Bozizé et ses sbires du KNK transportent sur les bords de la Seine leurs méthodes fascisantes habituelles à l’égard de la presse. Tous les journalistes de la presse même d’Etat de Bangui, les connaissent pour ces pratiques brutales et violentes consistant à virer sans ménagement des réunions publiques où se trouve Bozizé, les journalistes qui ne sont pas de la presse présidentielle comme s’il avait à chaque fois des choses à cacher.

C’est particulièrement scandaleux et inadmissible de convier les Centrafricains de la diaspora pour une prétendue rencontre avec un chef d’Etat aussi craintif qui n’avait en réalité aucun message particulier à délivrer. Il s’est contenté de distiller à une poignée de ses partisans surexcités KNK en présence de ses minables ministres guignols venus de Bangui, sa haine viscérale contre certains leaders de l’opposition et notamment Jean Jacques Demafouth, ses litanies habituelles contre la communauté internationale représentée à Bangui.

La France est un pays de droit aux antipodes des pratiques de républiques bananières du pouvoir bozizéen. Adrien Poussou saisira naturellement la justice pour voie de fait ainsi que pour les coups et blessures qu’il a reçus. Comme ils en ont l’habitude, certains ministres de Bozizé ont appelé ensuite Poussou pour lui présenter des excuses mais cette grave agression gratuite ne saurait demeurer sans suite judiciaire.

Le mal hélas est déjà fait. C’est comme dans les affaires de passeport confisqués par la police à l’aéroport Bangui Mpoko conformément aux instructions des supérieurs hiérarchiques. Une fois que le pouvoir te fait rater ton avion, on te restitue le passeport avec les plates excuses du gouvernement. C’est bien connu. Bozizé reste à Paris jusqu'à vendredi selon nos informations, puis gagnerait Cotonou pour assister aux obsèques sans doute d'un membre de sa secte de l'église du christianisme céleste avant de se rendre à Brazzaville pour prendre part à la réunion de la CEMAC.   

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique