Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 15:21

 

 

 

chutes-de-Boali.jpg

 

                                               Chutes de Boali

 

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 06 Juillet 2011 13:08

Deux vieux projets remis sur le tapis. La République Centrafricaine espère obtenir rapidement des fonds pour remettre à flots un secteur électrique parmi les plus vétustes du continent.

Le Plan d’actions prioritaires pour la période 2011-2015, présenté le 17 juin par le gouvernement centrafricain à la table-ronde des bailleurs de fonds du pays, réunis à Bruxelles, prévoit un total de 220 milliards F CFA dans le secteur de l’électricité. C’est la revue spécialisée Africa Intelligence qui fait cette révélation dans son dernier numéro.

Selon la revue, la plus grande partie de ce montant porte sur l’aménagement de barrages sur la rivière Kotto (est), qui a déjà fait l’objet d’études 1986. Il est prévu l’installation d’un barrage de 45 Mégawatts près de la ville de Kembé (sud-est), proche frontière congolaise.

Le Plan d’Actions Prioritaires souligne également l’aménagement du site de Mongoumba (sud)  (24 Megawatts) sur la rivière Lobaye. Tout ceci représente un investissement de 40 milliards F CFA. Et ce n’est que la première étape d’un projet du Pool énergétique d’Afrique Centrale qui a déjà fait l’objet d’une étude de faisabilité économique. Il vise à la construction de trois barrages (Mongoumba et Lotemo), de 24 Megawatts chacun.

En outre, un montant de 500 millions F CFA est prévu pour financer les études du barrage de Dimboli (100 Mégawatts) sur la rivière Kadeï (ouest) estimé à 200 milliards F CFA. Enfin, 37 millions F CFA sont prévus par le Plan d’Actions Prioritaires pour étudier l’interconnexion de Zongo, de l’autre côté du fleuve en RDC, à partir de Bangui. Pour cela le concours de la BAD a été sollicité. Celle-ci a promis de doubler le montant de ses engagements durant la période considérée. L’un des espoirs du gouvernement centrafricain est que de nouveaux bailleurs de fonds apparaissent, attirés par le profil minier du pays : à savoir l’Australie, la Russie et le Brésil.

 

NDLR : Tous ces plans de prétendues actions prioritaires ne sont que des chimères et des mirages. Les prédateurs au pouvoir à Bangui ne sont intéressés que par du cash et lors des négociations avec les investisseurs, tout projet de développement est d'office écarté au profit d'empocher des espèces sonnantes et trébuchantes. Depuis plus de huit ans que Bozizé et sa fine équipe sont aux commandes du pays, l'énergie, pourtant un préalable à toutes perspectives de développement, n'a jamais été leur préoccupation. Il n'y a donc rien d'étonnant qu'ils se retrouvent dans la situation de devoir à présent éteindre à Bangui l'incendie des révoltes populaires pour le courant électrique et l'eau potable.   

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation