Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 00:50

 

 

carte_centrafrique_432.gif 

 

Selon une information datée du 30 Novembre 2012 de l'AGENCE CENTRAFRIQUE PRESSE,  neuf leaders de l'opposition politique centrafricaine ont fait preuve d'une maturité politique notoire susceptible de donner beaucoup d'espoir au peuple centrafricain quant au calvaire que lui fait subir le pouvoir en place aujourd'hui à BANGUI.

 

En effet, à travers une « lettre de vœux » adressée à leurs militants à l'occasion de la célébration de la fête nationale du 1er Décembre à BOUAR, ces leaders ont eu la clairvoyance, qu'il faut saluer ici, de demander à leurs adhérents de ne pas prendre part aux festivités de cette fête, qui aurait dû être une liesse nationale en temps normal.

 

Comment peut-on accepter d'un « Président », qu'il se déplace dans un chef-lieu de Préfecture plongé depuis belle lurette dans l'obscurité, pour célébrer une fête qui n'est que sa propre fête ? Pourquoi a-t-il laissé BOUAR longtemps dans l'obscurité pour l'éclairer juste parce qu'il devait aller  y célébrer la fête nationale ? Et les habitants de BOUAR, pour ne pas parler des centrafricains en général, sont-ils assez naïfs, assez dupes pour avaler allègrement une telle pilule si amère ?

 

Les ponts qui se sont écroulés ailleurs sur toute l'étendue du territoire doivent-ils attendre une célébration nationale pour être enfin réparés ? Pauvre CENTRAFRIQUE ! Pauvres CENTRAFRICAINS !

 

Le pays n'est pas aussi pauvre que cela !

 

CENTRAFRICAINS, vous n'êtes pas aussi pauvres que cela !

 

On ne peut pas tromper un pays, un peuple à ce point. On ne peut pas tromper ce pays et son peuple de cette matière, tout le temps !

 

Quand est-ce que l'homme fort de BANGUI comprendra-t-il,  que la souffrance des banguissois qui doivent faire de longs détours pour contourner les ponts cassés dans la capitale, est une chose insupportable ? Quand comprendra-t-il, en tant que « soldat aguerri, s'il l'est vraiment », que la source de l'invasion d'une partie du territoire par des troupes rebelles vient du fait qu'on a été chercher des « soldats » ailleurs pour conquérir le pouvoir dans le pays et permettre ensuite à ces derniers de connaître le territoire pour y patrouiller en toute tranquillité et y exploiter les situations exploitables ?

 

A travers son déplacement à BOUAR pour y célébrer « sa » fête nationale, après avoir apporté la lumière à la ville qui est restée dans l'obscurité pendant des années et des années, l'homme fort de BANGUI fait la preuve que pour que ce pays sorte de son marasme, il suffit de multiplier les « fêtes nationales », pour lui donner l'occasion d'électrifier les villes de province, de réparer les ponts cassés en province, bref, de donner de la joie au peuple affamé et de le soigner de toutes les maladies dont il souffre.

 

Drôle de manière de gouverner un pays, de lui donner une orientation positive durable.

 

Le Palais omnisports de BANGUI est resté en état de délabrement pendant des années et des années. Il a fallu qu'une descendance de l'arbre royal soit hissée au-dessus de la hiérarchie basket-ballistique centrafricaine pour qu'en moins de deux mois, cet édifice, qui fut jadis le joyau du basket africain, renaisse de ses cendres.

 

Nous n'écrivons pas cet article parce que nous sommes farouchement opposé à ce qui se fait dans ce pays de BOGANDA, mais pour montrer tout simplement qu'avec un peu plus d'amour patriotique, un peu plus d'amour de nos pauvres parents, un peu plus de fierté,  beaucoup moins d'égoïsme, beaucoup moins de tribalisme, d'esprit recroquevillé sur la cellule familiale, et avec davantage d'amour pour le bien-être de tous, il est possible de soulever des montagnes avec le peu de moins dont on dispose, pour alléger les souffrances d'un plus grand nombre, et faire que la vie soit supportable pour tous.

 

Nous saluons les leaders de l'opposition qui ont pris une bonne initiative en demandant à leurs militants d'adopter un comportement qui n'est pas antinational, loin s'en faut, mais une attitude qui permet de mettre le doigt sur une dérive qui mérite d'être corrigée, corrigée le plus rapidement possible.

 

POUR LE BONHEUR DU CENTRAFRIQUE,

 

                                                                            QUE NE FERONS-NOUS PAS ?????????

 

ZAPA  AYEKE

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion