Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 23:01

 

 

 

 

Faustin-Bambou.jpg

 

 

DECLARATION 04/PPI/II

Condamnant l’arrestation et la détention arbitraires de M. FAUSTIN BAMBOU,      Directeur de Publication du Journal « LES COLLINES DU BAS OUBANGUI »

_________________________

L’arrestation et la détention arbitraires de M. Faustin BAMBOU, Directeur de Publication du Journal «Les Collines du Bas-Oubangui » sont ressenties sur le plan national et international avec une profonde indignation.

La République Centrafricaine a déjà une image suffisamment épouvantable sur le plan international et ses dirigeants ne posent malheureusement que des actes qui discréditent davantage le pays.

La poursuite d’un journaliste dans un monde où la démocratie et la liberté de l’information s’implantent de plus en plus est regardée à la loupe. Dans le cas de M. BAMBOU, elle constitue un abus de pouvoir inadmissible dès l’instant où les activités de la presse sont de surcroît protégées par une loi de dépénalisation votée et promulguée en 2005.

Faire arrêter et  détenir en prison un journaliste à la fois en violation de ce texte, mais surtout du principe du droit de réponse, ressemblent fortement à faire mettre sous le verrou un député pour une opinion émise dans le cadre de ses activités parlementaires.

La dépénalisation n’est certes pas une immunité, mais elle a néanmoins pour but de protéger le journaliste dans un Etat démocratique où le parlementaire doit critiquer librement la gestion de l’Exécutif, où le juge doit appliquer librement, en son âme et conscience, avec équité la loi, où les partis politiques de l’opposition ont accès aux médias d’Etat et se prononcent librement sur la conduite des affaires du pays, où la presse donne librement un aperçu régulier sur la vie quotidienne de la nation.

Dans notre pays prétendument démocratique où l’Assemblée Nationale n’existe que de nom, ne jouant nullement son rôle de représentation nationale,  silencieuse sur tout, cautionnant toutes les graves dérives du pouvoir,  où le pouvoir judiciaire s’est dilué dans le pouvoir exécutif, perdant totalement la confiance du peuple au nom duquel la justice devrait être rendue, il ne restait jusqu’ici que la presse privée indépendante qui apporte de la lueur sur le pays.

En arrêtant arbitrairement un journaliste, le pouvoir s’attaque désormais à la presse privée indépendante pour anéantir le dernier et véritable élément de la démocratie dans le pays afin de terminer son œuvre d’assujettissement de l’ensemble des institutions, tout ceci à la recherche d’un totalitarisme aveugle après un demi-siècle d’indépendance et de recul national.

Le pouvoir doit néanmoins prendre conscience que chaque fois qu’un journaliste sera arrêté arbitrairement comme c’est le cas actuellement, un tel acte sera porté à la connaissance du monde entier et dénoncé sans relâche non seulement à  cause de son refus de respecter la loi portant dépénalisation des délits de presse, mais surtout à cause de sa volonté affichée de mettre en péril la république en rassemblant l’ensemble des pouvoirs de l’Etat entre les mains d’un seul individu ou groupe d’individus.

La politique ne comporte pas que des honneurs et le bonheur. Elle nécessite des dirigeants, c'est-à-dire de ceux qui détiennent des prérogatives de puissance publique, de la sagesse, de la tolérance, de l’honnêteté, de la justice, de la transparence, ce qui impose naturellement l’obligation pour tout homme public de rendre compte de sa gestion, du respect de la loi, faite pour l’ensemble des citoyens sans exception, depuis le sommet de l’Etat jusqu’à la rue.

Cela parait certes difficile pour des réflexes passéistes de totalitarisme, mais il s’agit là des vertus nécessaires pour conduire véritablement notre nation pour son bien.

 Je condamne avec la plus grande fermeté l’arrestation et la détention illégales de M. BAMBOU, tout en exigeant sa libération immédiate et inconditionnelle.

 

                                       Fait à Paris le 10 juin 2011

 

Olivier Gabirault

                                     Emmanuel Olivier GABIRAULT

                              Personnalité Politique Indépendante

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique