Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 16:00

 

 

Barack.jpg

 

Obama cible les assassins de la LRA

 

Washington 25/05/2010 à 15h:46 AFP- Le président américain Barack Obama a promulgué une loi réclamant la mise en place d'une stratégie par son administration pour combattre l'Armée de résistance du seigneur (LRA). Cette rébellion ougandaise, qui opère également en Centrafrique, en RD Congo et au Soudan, est considérée comme l'une des plus violentes du monde.

 

Le président américain Barack Obama a signé la promulgation d'une loi demandant à son administration de mettre au point une stratégie pour combattre la violente rébellion ougandaise de l'Armée de résistance du seigneur (LRA), a annoncé la Maison Blanche tard lundi.

Le texte, adopté mi-mai par le Congrès, demande à l'administration Obama de mettre au point une stratégie globale pour aider les Etats de la région à désarmer la LRA et traduire ses chefs en justice, à protéger les civils et appelle à accroître l'aide humanitaire aux personnes touchées.

"S'il vous plaît, sauvez-nous"

La LRA, réputée pour être une des guérillas les plus brutales au monde, est active depuis 1988 dans le nord de l'Ouganda, mais depuis 2005, ses combattants se sont installés dans l'extrême nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), ainsi qu'en Centrafrique et au Sud-Soudan.

Vendredi, l'organisation Human Rights Watch (HWR) avait
accusé les rebelles de la LRA d'avoir "sauvagement tué 96 civils et enlevé des dizaines d’autres entre janvier et début avril 2010", dans le nord-est de la RDC.

L'ONG avait à cette occasion rendue publique une lettre de sept ONG congolaises du nord-est de la RDC, qui lançaient "un appel au secours" pour mettre fin aux attaques de la LRA, demandant notamment au président Obama de promulguer la loi en question.

"Cette lettre est un appel au secours. Nous connaissons la bonté de votre coeur et nous savons que vous seul pouvez apporter une réponse concrète, rapide et déterminante avant que nos femmes et nos enfants ne soient tous exterminés. S'il vous plaît, sauvez-nous", avait écrit à M. Obama les 31 signataires de la missive.

 

 

Les USA renforcent leur aide à l'Ouganda

Reuters  25/05/2010 | Mise à jour : 06:38

Le président américain Barack Obama a promulgué hier soir une loi permettant l'octroi d'une aide à l'Ouganda dans sa lutte contre les rebelles de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Obama a qualifié les actions de la LRA d'"affront à la dignité humaine" devant être stoppé. Les rebelles se sont rendus coupables de multiples assassinats, viols et enlèvements d'enfants enrôlés de force au cours de 23 ans d'activité en Afrique centrale.

Le texte signé par Obama prévoit l'envoi d'une aide humanitaire à l'Ouganda et aux Etats voisins, afin de soutenir les efforts visant à mettre fin au conflit et à traduire en justice les dirigeants de la LRA.

"Cette loi incarne la volonté des Etats-Unis d'aider à mettre fin aux brutalités et aux destructions qui caractérisent vingt ans d'actions de la LRA dans plusieurs pays", affirme Obama dans un communiqué. Outre l'Ouganda, la LRA est active au Soudan, en République centrafricaine et en République démocratique du Congo, selon un rapport publié en mars par l'ONG Human Rights Watch.

Selon les Nations unies, le groupe a tué plus de 1.200 personnes en l'espace de dix mois entre 2008 et 2009. Human Rights Watch parle de 321 morts lors d'un massacre commis en décembre dans le nord-est de l'Ouganda.

Le commandement militaire américain en Afrique (Africom) fournit des moyens de communication, logistiques et de renseignement à l'armée ougandaise pour l'aider à venir à bout de la LRA.

 

 

 

1187810232m7car.jpg

 

NDLR : Face à la couardise et à l'incapacité du général d'armée d'opérette François Bozizé qui a préféré sous traiter sans grand succès la guerre contre le criminel Joseph Kony et ses hordes d'assassins à l'armée de Yoweri Museveni, cette information est une bonne nouvelle qui doit redonner quelque espoir aux innocentes populations du Sud Est centrafricain qui n'en finissent pas d'être massacrées et subir les atrocités de ces bandits dits de l'armée du Seigneur.

 

 

 

 

États-Unis:  Le Président Obama devrait agir pour mettre fin la violence de la LRA (Lord's Resistance Army) en Afrique centrale

Source: Human Rights Watch (HRW)

Date: 24 mai 2010


(Washington, DC, le 24 mai 2010) - Le président Barack Obama devrait agir rapidement pour mettre en œuvre une loi historique, il a signé aujourd'hui commis aux États-Unis pour aider les civils en Afrique centrale menacée par la Lord's Resistance Army (LRA), une coalition de 49 droits de l'homme, humanitaire et les groupes confessionnels, a déclaré aujourd'hui. Le groupe rebelle a réalisé une des plus longues du monde et le plus brutal des insurrections.

Le Lord's Resistance Army du désarmement et du Nord de l'Ouganda Recovery Act de 2009 a été signé en droit lors d'une cérémonie de la Maison Blanche aujourd'hui qui comprenait des membres clés du Congrès et les représentants des organisations de la société civile. Il affirme que c'est la politique des États-Unis à soutenir les efforts »pour protéger les civils contre la Lord's Resistance Army, d'appréhender ou de supprimer Joseph Kony et ses hauts commandants du champ de bataille en l'absence prolongée d'une solution négociée, et à désarmer et démobiliser les autres LRA combattants. " Il faut aussi Obama à développer une stratégie globale et multilatérale pour protéger les civils en Afrique centrale contre les attaques de la LRA et prendre des mesures pour arrêter définitivement la violence de la guérilla. En outre, il invite les États-Unis à accroître l'aide humanitaire aux pays actuellement touchés par la violence de la LRA et à soutenir la reprise économique et les efforts de justice transitionnelle en Ouganda.

La coalition des organisations de soutien comprend des groupes en République démocratique du Congo et au Sud-Soudan - où les communautés sont confrontées à des attaques continues par la LRA - ainsi que dans l'Ouganda, où le conflit est né.

Défenseurs des droits humains Niangara, une ville au nord du Congo profondément affectés par ces dernières attaques de la LRA, dans une lettre publique au Président Obama a publié la semaine dernière, a plaidé pour une action concrète et urgente contre la LRA. «Nous nous sentons oubliés et abandonnés. Notre souffrance semble porter peu d'attention de la communauté internationale ou de notre propre gouvernement», dit la lettre. «Nous vivons chaque jour avec la crainte d'attaques LRA plus. Quelle chance nous avons, si personne n'entend nos cris et si personne ne vient à notre secours?"

La loi a été introduite au le Sénat et la Chambre des Représentants en mai 2009, et est depuis devenu la législation la plus large soutien spécifiques à l'Afrique dans l'histoire récente du Congrès. La loi a été parrainée par un groupe bipartisan de 65 sénateurs et 201 représentants, représentant 49 Etats et 90 pour cent des citoyens des États-Unis. Des dizaines de milliers d'Américains mobilisée en faveur de la législation, en participant à des centaines de réunions avec les bureaux du Congrès à travers le pays.

"Pour les civils ans en Afrique centrale ont beaucoup souffert de violences de la LRA», a déclaré Anneke Van Woudenberg, chercheuse senior sur l'Afrique à Human Rights Watch. «Cette loi donne au président Obama un mandat clair pour travailler avec des partenaires nationaux et internationaux pour appréhender et inculper les commandants de la LRA dans le cadre d'une stratégie globale visant à arrêter définitivement les atrocités de la LRA."

"Le président Obama devrait agir rapidement pour profiter de cette occasion historique pour aider à la fermeture de l'une des pires crises des droits humains de notre époque", a ajouté Anneke Van Woudenberg.

violences de la LRA sévit en Afrique centrale depuis plus de deux décennies. Dans le nord de l'Ouganda, des milliers de civils ont été tués et près de deux millions déplacées par le conflit entre les rebelles et le gouvernement ougandais. En Juillet 2005, la Cour pénale internationale a délivré des mandats d'arrêt contre les principaux dirigeants de la LRA pour les crimes qu'ils ont commis dans le nord de l'Ouganda, mais les suspects sont toujours en fuite. Bien que le groupe rebelle terminé attaques en Ouganda du Nord en 2006, elle a ensuite déménagé ses bases au nord de la République démocratique du Congo et a depuis commis des actes de violence contre les civils au Congo, le Soudan et la République centrafricaine. Kony et ses hauts commandants de soutenir leurs rangs par l'enlèvement de civils, y compris les enfants, à les utiliser comme soldats et esclaves sexuels.

En Décembre 2008, suite à l'effondrement d'un processus de négociations, le Soudan, l'Ouganda et le Congo ont lancé une offensive militaire conjointe, l'opération "Lightening Thunder», contre le groupe rebelle, avec le soutien des États-Unis. Dans les 17 mois suivants la LRA s'est dispersée en plusieurs petits groupes et a brutalement assassiné plus de 1.500 civils et enlevé plus de 1.600 personnes, dont de nombreux enfants. violences de la LRA ont souvent ciblé des églises, écoles et marchés, et notamment le massacre de plus de 300 civils congolais dans une dernière attaque Décembre.

"Si rien n'est fait, la direction de la LRA continuera de tuer et d'enlever toute l'Afrique centrale, menaçant la stabilité dans quatre pays et risque de compromettre le référendum dans le sud du Soudan. La LRA est une menace manifeste pour la paix et la sécurité internationales", a déclaré John Prendergast, co -fondateur du projet Enough. "Les Etats-Unis est désormais chargé de diriger un effort mondial pour mettre fin à cette menace une fois pour toutes."

La loi vise également à contribuer à garantir une paix durable en Ouganda, en augmentant l'aide aux communautés touchées par la guerre dans le nord de l'Ouganda et à soutenir les initiatives visant à aider à résoudre les divisions de longue date entre le nord de l'Ouganda et du Sud. Il vise à accroître le financement des initiatives de justice transitionnelle et invite le gouvernement ougandais pour son engagement à relancer un processus de reconstruction transparente et responsable dans les zones touchées par la guerre.

«Jusqu'à maintenant, le monde a tourné le dos à la souffrance de notre peuple", a déclaré l'évêque Samuel Enosa Peni de l'Église épiscopale du Soudan de Nzara diocèse, qui a été profondément touchés par la violence de la LRA. "Nous prions pour les dirigeants américains et internationaux pour entendre nos cris et mettre fin à cette violence une fois pour toutes."

Pour lire la lettre au Président Obama de défenseurs des droits de l'homme dans Niangara, s'il vous plaît visitez: http://www.hrw.org/en/news/2010/05/19/public-appeal-human-rights-defenders-northeastern-dr-congo-president-barack-obama

appuyer des organismes suivants:

Human Rights Watch

Résoudre l'Ouganda, Etats-Unis

Projet Enough, Etats-Unis

Invisible Children, Etats-Unis

Refugees International, Etats-Unis

Les athlètes de l'Afrique / GuluWalk, Etats-Unis

Réseau d'intervention sur le génocide, États-Unis

Global Action for Children, Etats-Unis

Citizens for Global Solutions, Etats-Unis

Institut sur la religion et la démocratie, Etats-Unis

Centre international pour la Religion & Diplomatie, Etats-Unis

Fondation pour l'Initiative de droits de l'homme, de l'Ouganda

Coalition plaide pour le développement et l'environnement, de l'Ouganda

Groupe de réconciliation Grassroots, de l'Ouganda

Centre d'Intervention Psychosociale (CIP), Niangara, République démocratique du Congo

Voix des Opprimes, Niangara, République démocratique du Congo

Commission Justice et Paix Paroissiale, Niangara, République démocratique du Congo

Société Civile Niangara, République démocratique du Congo

Société Civile Faradje, République démocratique du Congo

Commission Justice et Paix (Dungu-Duru), République démocratique du Congo

Encadrement des Femmes Indigènes et Vulnérables menages (EFIM), République démocratique du Congo

Centre de Recherche sur l'Environnement, la Démocratie et les Droits de l'Homme (CREDDHO), République démocratique du Congo

Action Humanitaire pour le Développement Intégral (AHDI), République démocratique du Congo

Centre d'Appui pour le Développement Rural Communautaire (CADERCO), République démocratique du Congo

Fondation Mère et Enfant (FME), République démocratique du Congo

Campagne pour la Paix (CPP), République démocratique du Congo

Fondation Point de vue des Jeunes Africains pour le développement (FPJAP), République démocratique du Congo

Action Sociale pour la Paix et le Développement (ASPD), République démocratique du Congo

Programme d'Appui à la Lutte Contre la misère (PAMI), République démocratique du Congo

Groupe d'Hommes Pour la Lutte Contre les Violences (GHOLVI), République démocratique du Congo

Association des Jeunes Engagés pour le Développement et la Santé (AJDS), République démocratique du Congo

Action Globale pour la promotion sociale et la Paix (AGPSP), République démocratique du Congo

Union d'Action pour les initiatives des Développement (UAID), République démocratique du Congo

Justice de paix en Afrique et le développement (AJPD), République démocratique du Congo

Synergie des Femmes Victimes des Verser les Violences Sexuelles (SFVS), République démocratique du Congo

Ligue pour la Solidarité Congolaise (LSC), République démocratique du Congo

Collectif des organisations des Jeunes Solidaires des du Congo (COJESKI), République démocratique du Congo

Diocèse Nzara, Église épiscopale du Soudan, au Sud Soudan

Soudan diocèse Tombura-Yambio, l'Église catholique du Sud

Agence de développement Nabanga, Sud SudaMaridi Agence de la fonction, au Sud Soudan

Association des jeunes femmes chrétiennes, du Sud-Soudan

Relief Mundri & Development Association, au Sud Soudan

Soudan New Women Association, au Sud Soudan

Construction Company Gbudue, au Sud Soudan

Association pour le développement Yubu, au Sud Soudan

Zande Association culturelle, au Sud Soudan

Yambio Farmers Association, au Sud Soudan

Effort conjoint pour le soutien aux orphelins, au Sud Soudan

Copyright ©, Human Rights Watch 350, avenue Fifth, 34e étage York York, NY 10118-3299 USA

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales