Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 01:21
 
 
 
 
 émeute du 2 août à Bangui
Calme précaire à Bangui après les manifestations du 2 Août
Radio Ndéké Luka Samedi, 04 Août 2012 14:47
Le calme est revenu dans la capitale centrafricaine après les différentes manifestions dans plus de 3 arrondissements de Bangui ce 3 août 2012. C’est le constat fait par Radio Ndeke Luka après avoir fait un tour dans quelques arrondissements et le centre-ville de la capitale centrafricaine. Toutefois, des militaires sont placés à certains endroits stratégiques pour renforcer la sécurité dans la ville.
Hier, les candidats malheureux au concours de recrutement dans les rangs des forces armées centrafricaines ont contesté les résultats arrêtés par le ministère de la défense nationale. Jugeant que le dénouement du concours a fait l’objet d’une injustice et d’un favoritisme, les candidats malheureux en colère ont violemment manifesté, d’abord dans le 4ème arrondissement dans la matinée du 2 août ensuite dans le 7ème arrondissement et enfin légèrement dans le 5ème arrondissement en début de soirée.
Routes barricadées, pneus incendiés en pleine avenues, jets de pierre sur les forces de l’ordre, destructions de quelques édifices publics dont l’effigie du Président François Bozizé à la place du cinquantenaire et le pont de Kassaï. L’arme du que portait le militaire sculpté tenant le drapeau national, symbole du monument des libérateurs à l’intercession du 4èmearrondissement, a été enlevée de son dos par les manifestants dans l’après-midi.
L’incident qui a couronné la journée du 2 août a été la libération de tous les prisonniers de la prison centrale Ngaragba dans le 7ème arrondissement.
Dans la soirée, le Ministre délégué à la défense nationale, Francis Bozizé, dont le passage dans le 7ème arrondissement a suscité la colère des habitants, s’est adressé à la population sur les incidents de la journée. Le ministre délégué à la défense a, dans sa déclaration, déploré ce qui s’est produit à la maison d’arrêt Ngaragba et il a aussi indiqué que les candidats retenus seront encore filtrés afin que les meilleurs poursuivent leur formation à Bouar avec ceux du Congo et du Gabon.
Il a appelé les manifestants à se ressaisir même s’ils ont été les malheureux ou sujets de manipulations quelconques, « vous avez déjà vos noms dans notre base de donnés », les a-t-il rassuré. Des inquiétudes ont continué à planer sur les banguissois relatives à une intensification des manifestations dans la nuit obscure de la capitale. Mais  aucun incident majeure n’a été signalé ou ne s’est produit.
Toutefois, quelques échanges de tirs entre des personnes civiles et les porteurs de tenues d’environ 5 minutes ont eu lieu dans le 4ème arrondissement vers la tombée de la nuit du 2 août.
 
 
La SODECA sous le joug de l’ENERCA
 
SODECA.jpg
 
Radio Ndéké Luka Samedi, 04 Août 2012 14:49
 
La Société de distribution d’Eau en Centrafrique (SODECA) porte elle aussi le poids des délestages liés aux travaux de maintenance de l’usine de l’ENERCA  de Boali 2. Elle se dit dans l’incapacité d’établir un planning de distribution d’eau par secteur en ce temps de crise dans la capitale Bangui.
 
Le Directeur Technique de la SODECA, Pierre-Alfred Lebaramo, confirme que le délestage a considérément bouleversé la production d’eau potable au profit de toute la population banguissoise. Selon lui, les groupes électrogènes de la société ne sont pas en mesure de faire face à tout le besoin de la capitale en eau potable. Il a expliqué que « pour la SODECA ce n’est pas aussi simple que l’ENERCA de déconnecter les gens. Ce sont des conduits de canalisations hydrauliques qui sont fixes et en profondeurs ».
 
Le Chef du Service Electromécanique de ladite société, Jacob Feidea, a attesté que « les groupes électrogènes ne produisent que 950 à 1.000m3 par heure contre 1.500 avec l’ENERCA pour toute la zone de Bangui ».
 
Cette situation met des ménages en difficultés dans la capitale centrafricaine. Ayant parcouru quelques arrondissements de Bangui, Radio Ndeke Luka a pu constater que la majorité des points de vente d’eau visités sont fermés et déserts ce 3 août.
 
Pourquoi ? « Par ce qu’il n’y pas d’eau », a répondu sèchement un jeune homme vendeur d’eau au quartier Dédéngué 5 dans le 4eArrd de Bangui. Quelques curieux venus inspecter les lieux pour ‘’on ne sait jamais si l’eau est  à la fontaine ‘’de Dédéngué 5 ont désespérément laissé entendre que « la fontaine est fermée depuis le matin, nous attendons jusqu’au soir pour revérifier si l’eau reviendra ».
 
les ménagères des quartiers Mandaba et Boy-rabe (4ème arrd) se sont dites dépassées par les allers et retours quotidiens inutiles. « Tous les matins c’est les mêmes tracasseries de la recherche d’eau. Après avoir servi les 10 premiers récipients, le gérant annonce la rupture totale de l’eau», ont-elles martelé. Une habitante du quartier Mandaba, Hortense Songomale, a expliqué que « nous puisons de l’eau de puits, ce n’est pas de l’eau potable. Nos enfants souffre de la diarrhée à cause des eaux de puits ».
 
De toutes les façons, c’est une crise passagère, car dans une émission de Radio Ndeke Luka, ce 4 août, dénommée ‘Education Civique’’, les responsables de l’ENERCA dont la Directrice de Production a rassuré les habitants de Bangui que les délestages prendront fin d’ici peu, quitte aux centrafricains d’user encore de patience pour que la lumière revienne et que la SODECA distribue à nouveau de l’eau aux banguissois.
 
 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société