Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 14:43

 

 

 

 

 

 

Des hommes armés sèment la terreur dans le Centre nord centrafricain

 

081010paoua

 

Radio Ndéké Luka Lundi, 23 Juillet 2012 12:45

L’insécurité tend à s’installer confortablement en République Centrafricaine et particulièrement dans le Centre-nord du pays.  Les populations de  Bocaranga et ses environs ont de plus en plus de difficultés à se livrer librement à leurs occupations.  Selon le correspondant de Radio Ndeke Luka, la présence d’une  bande armée non identifiée signalée dans la région en serait la principale cause.

Le sous-préfet de cette zone a  confirmé cette information  le dimanche 22 juillet à Radio Ndeke Luka.

Selon cette autorité locale, « il s’agit des hommes armés qui opèrent de manière irrégulière. Ils pillent, rackettent et dépossèdent les populations de tous leurs biens. Les dernières victimes en date ont été deux conducteurs de taxi moto sur qui ils ont pris des téléphones portables, d’importantes sommes d’argent et bien d’autres matériels. A cela s’ajoute l’abattage abusif des bœufs appartenant aux éleveurs de la région ».

Le sous-préfet de préciser qu’ « il est difficile pour la population de Bocaranga de se rendre à Bozoum (nord) et vice versa.  Cette bande armée a installé sa base au niveau du village Tolé situé entre les villes de Bozoum et Bocaranga ».

Il ne se passe plus un jour sans que des plaintes s’élèvent pour dénoncer l’insécurité en Centrafrique.

En mi-juin dernier, Radio Ndeke Luka a diffusé des informations selon lesquelles des hommes aux apparences de maquisards se dirigeaient vers la ville de Markounda. Récemment encore, une autre faction non identifiée a eu un accrochage avec les forces armées centrafricaines à Boali dans l’Ombella M’Poko faisant 3 morts du côté des assaillants.

Qu’est ce qui serait la cause de cette propagation des rebellions en RCA ?

Pour les jeunes de Bozoum, ce début juillet sur Radio Ndeke Luka, c’est« la perméabilité des frontières et du territoire ». Seulement, ils constatent que les  autorités centrafricaines ne réagissent pas pour lutter contre cette instabilité.

 

Un basketteur mort en pleine séance d’entrainement à Bangui

Lundi, 23 Juillet 2012 12:35

Junior Maudy, âgé de 25 ans, est mort sur le plancher du Centre National de Basketball suite à un  arrêt cardiaque ce 22 juillet à Bangui. C’est lors d’une séance d’entrainement que l’ailier du Club le Plateau s’est éteint devant ses coéquipiers et les spectateurs.

Junior se préparait avec son club à affronter le « All Star Game » initié par l’international centrafricain Max Kouguéré, dans le but de détecter les nouveaux talents évoluant dans la ligue de basket de Bangui.

Selon le reporter de Radio Ndeke Luka, « Junior Maudy a bénéficié des premiers soins de la part d’un médecin de l’équipe nationale. Or, d’après les analyses finales au niveau de l’hôpital, le joueur était décédé sur le champ ».

Au-delà de cette triste nouvelle qui vient de frapper la famille du basketball centrafricain, l’on indique tout de même que ladite discipline est en pleine reconstruction avec la réhabilitation du palais Omnisport sport de Bangui.

L’autre défi majeur sur lequel s’attèle la nouvelle équipe de la Fédération Centrafricaine de Basketball est, non seulement l’identification de nouveaux talents locaux, mais aussi mener la réflexion sur le regroupement à temps des poulains pour ces compétitions internationales.

 

NDLR : Selon nos informations, les cas du ministre des sports Jean Serge Bokassa et du président du CNOSCA Jacob Gbéti empêchés jeudi dernier d’embarquer sur le vol d’Air France pour Paris, auraient été finalement résolus et que ces deux larrons devraient en principe prendre le prochain vol pour Londres via Paris afin de prendre part à l’ouverture prochaine des JO d’Angleterre.

Compte tenu du contexte de tension actuelle ouvert par l’affaire Ndoutingaï,  la jurisprudence Findiro et Sinfei, Bozizé a dû serrer les vis pour les personnalités devant quitter le pays pour l’étranger. C’est lui-même en personne qui autorise les sorties du territoire pour les personnalités y compris aux membres de son cabinet comme Jacob Gbéti. C’est ainsi en bozizie… !

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation