Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 20:54

 

 

 

 

Kony fri

 

 

La LRA représente-t-elle toujours une menace pour la RCA ?

Radio Ndéké Luka Mardi, 19 Juin 2012 11:32

Après la capture du numéro 4 de la LRA, Caesar Acellam par l’armée ougandaise, Joseph Kony aurait quitté la République Centrafricaine et se trouverait actuellement en République Démocratique du Congo, révèlent les Journaux centrafricains ce 19 juin.

Ayant rendu la vie amère à de nombreux centrafricains vivant dans le Haut Mbomou (Sud-est) avec des actes de violences, des enlèvements, des pillages, des vols et des viols, les habitants de la région vont devoir respirer la paix avec ce décampement plausible de la LRA.

Le dernier rapport de l’Agence Française de Développement (AFD) largement diffusé et commenté par les médias le 18 juin, confirme cette information en se complimentant du fait que « de nombreuses insurrections politico-militaires ont accepté le principe d’une trêve et que Joseph Kony ne représente plus aujourd’hui un grave risque sécuritaire en RCA ». Selon les journaux, la traque du chef de la LRA entamée par les forces américaines, centrafricaines et ougandaises a poussé Joseph Kony à lever le camp en République Centrafricaine où il se serait sentit vulnérable pour se réfugier en République Démocratique du Congo.

D’après une dépêche de Radio France Internationale du 12 mai dernier, Joseph Kony a changé de méthode depuis la capture du 4ème   plus haut responsable de la LRA Caesar Acellam. Joseph Kony qui avait pour habitude de rester 1 ou 2 mois en un même endroit, se déplace actuellement chaque jour et divise ses 200 à 500 miliciens en de petits groupes de 10 personnes.  Cette nouvelle tactique prouve que la chef de la LRA est sous pression et se sent en permanent danger.

Par ailleurs, les milices dispersés de Joseph Kony continuent d’enlever les jeunes et de terroriser les populations là où ils mettent pieds, « les éleveurs peulhs étaient venus se procurer de vivres à Mboki, à leur retour, ils ont été attaqués et battus. Les rebelles de Joseph Kony ont emporté toutes leurs provisions.  Les blessés ont été transférés dans un centre santé de la RDC» lit-on dans le RJDH ce 19 juin. Le site annonce  aussi que 2 combattants de LRA ont été tués tandis que 7 personnes ont été libérées suite à un affrontement avec l’armée ougandaise ce 16 juin.

De ce fait,  le Gouvernement centrafricain se libère d’un lourd fardeau si le dangereux Kony se trouverait réellement en RDC. Mais la LRA n’est qu’une entité parmi tant d’autres, car dans l’un des articles de Radio Ndeke Luka repris par Le Démocrate ce 19 juin, une rébellion est actuellement en gestation dans le Nord centrafricain. Le mal semble quitter le Mbomou pour s’installer dans l’Ouham et l’Ouham Péndé.  

 

Composition du Bac à Birao, une première dans l'histoire

bac-birao2.jpg

 

Radio Ndéké Luka Mardi, 19 Juin 2012 14:43

C’est du nouveau qui se produit ce 19 juin dans la Préfecture de la Vakaga (Nord-est). Pour la première fois dans l’histoire, la ville de Birao enregistre la composition du  baccalauréat pour la session de juin 2012 à l’instar des autres villes de provinces centrafricaines.

Exceptionnellement pour cette ville, 15 candidats étaient initialement inscrits mais 1 cas d’abandon a été constaté tandis que les 14 présents  ont composé les 2 épreuves prévues pour cette première journée notamment la philosophie et l’anglais, rapporte le correspondant de Radio Ndeke Luka.

Le correspondant de poursuivre que, c’est ce matin 19 juin que le sous-préfet de Birao, Albertine Marigot a procédé au lancement du déroulement des épreuves en présence du président du jury, Didier Lawé et des autorités administratives de la ville. Il poursuit que le proviseur du lycée de Birao, Guy Vincent Sangho, et les parents des élèves se sont réjouis et ont vivement salué cette première organisation mémorable du bac dans la zone, ouvrant désormais la voie des études supérieures aux enfants dudit secteur.

Cette première séance a été une réussite car aucun incident n’a été signalé durant le déroulement de ces premières épreuves par les candidats en dépit de l’insécurité accablante de la région indique Radio Ndeke Luka sur place à Birao.

Or, à Bouar dans la Nana Mambéré, l’effectif est 20 fois plus élevé que celui de Birao avec plus de 382 candidats dont 76 candidats libres qui composent pour cette première session de juin 2012 au Lycée Moderne de Bouar. Ce centre numéro 19 a enregistré 45 cas d’omission dont 4 candidats qui ont refusé de composer par simple fait de découragement, détaille le correspondant de Radio Ndeke Luka à Bouar.

Les candidats omis du centre 19 ont révélé à Radio Ndeke Luka que le problème des cas d’omission est dû au détournement des frais de dossier par un professeur malveillant. Les lycéens ont exprimé leurs mécontentements ce 18 juin en renversant des tables bancs aussi en effaçant les différents numéros de candidats marqués sur ces tables bancs. Ils ont enfin mis le drapeau situé dans l’enceinte dudit lycée en berne.

Un professeur, couvert sous l’anonymat a expliqué que les candidats omis sont bel et bien reconnus par la Direction des Examens et Concours(DEC). Toutefois, elle ne leur a pas affectés les numéros et les codes-barres.

Devant ce problème, le président du centre, Jean Zonoguira et le proviseur dudit lycée, Maurice Sangama ont trouvé comme palliatif de trouver une salle spéciale pour les candidats omis afin de pouvoir composer au même titre que  les autres candidats.
Malgré le léger retard accusé au démarrage des épreuves, le calme est tout de même revenu et comme ceux de Birao, les candidats au baccalauréat de Bouar ont aussi composé les épreuves d’anglais et de la philosophie pour cette journée du 19 juin.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation