Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 22:34

 

 

 

RADIO ND K LUKA

 

Pénurie d’eau à Berberati, les femmes montent au créneau

Radio Ndéké Luka Samedi, 02 Juin 2012 13:29

Les femmes de Berberati (ouest) ont marché ce 1er juin 2012 dans les rues de la ville pour exprimer leurs ras-le bol par un concert de casseroles.  Elles se disent dépassées par la rareté de l’eau et les distances parcourues pour y accéder. Après avoir effectué de nombreux tours dans la ville, c’est devant la Société de Distribution d’Eau en Centrafrique (SODECA) qu’elles ont décidé de tenir un bref sit-in.

La SODECA est l’unique distributeur d’eau courante de la ville, mais qui malheureusement ne parvient plus à ravitailler ses dépendants depuis plus de 3 mois.

Elle justifie cette pénurie par le fait que le groupe de ladite société est endommagé, ce qui ne permet plus aux motopompes d’acheminer l’eau dans le château et les nombreux tuyaux qui lui sont reliés.

Privées  d’eau courante, les femmes de Berberati n’ont pas trouvé d’autres options que de faire recours aux eaux de sources et forages pour les besoin de la famille. Pour la population de la Mambéré Kadéï, la consommation des eaux non hygiéniques serait à l’origine de nombreuses maladies qui affectent la région.

En outre, un projet travaille actuellement sur certaines mesures en vue de pallier ce problème devenu très lassant pour les femmes de Berberati qui doivent faire des allers et retours vers la brousse pour avoir de l’eau potable.

Pour mettre un terme à cette crise, les populations exigent que  la SODECA répare d’abord ses motopompes délabrées afin de les ravitailler en eau courante car longue sont les routes menant aux sources d’eau.

Il y a aussi lieu de rappeler qu’à Berberati, la plupart des points d’eau de la SODECA porte le nom du ministre des finances et ministre résident de la Mambéré Kadéï, Sylvain Ndoutingai, limogé du gouvernement ce 1er juin.

Pour une lutte contre l’exploitation illégale de la faune à Nola

Radio Ndéké Luka Samedi, 02 Juin 2012 13:31

Le programme régional de l’environnement en Afrique Centrale a effectué une mission de sensibilisation ce 1er juin 2012 à Nola dans la Sangha Mbaéré (ouest). L’objectif de la mission est d’expliquer aux ONG, aux autorités locales et aux  populations l’importance et la valeur de la  faune sauvage.

Au cours de ses activités, cette mission a fortement déploré la manière dont les sociétés d’exploitations forestières, implantées dans ces zones, abattent les arbres et tuent les animaux sauvages.

Selon le programme, ce gaspillage raisonné par les institutions locales ainsi que les populations constitue un manque à gagner pour l’économie du pays. Pour l'un des responsables de ce programme, Paul Docko« les autorités judiciaires des régions concernées doivent faire preuve de vigilance afin de préserver ces richesses nationales ».

Après la préfecture de la Sangha Mambéré, cette mission de sensibilisation compte se rendre dans 2 autres préfectures notamment la Mambéré Kadéï (ouest) et la Lobaye (sud-ouest) pour les mêmes raisons.

Elles s’affairent pour la fête des mères

Radio Ndéké Luka Samedi, 02 Juin 2012 13:33

Les Centrafricains, particulièrement les femmes, ont pris d’assaut les points de commerce et de beauté pour se préparer à la célébration de la fête des mères. Il suffit de faire un tour dans les salons de coiffure, ateliers de couture, marchés ou encore dans les boutiques de Bangui et des provinces de la République Centrafricaine pour se rendre compte de la préparation de la fête des mères édition 2012.

La bonne nouvelle à Bangui par rapport à cette festivité est que le gouvernement a versé le salaire plutôt que prévu. Une fête d’ailleurs très prisée par les femmes au détriment de la journée du 8 mars consacrée à la réflexion sur le rôle qu’elles ont à jouer dans la société.

Dans certaines familles c’est la joie, les derniers réglages, ou encore des petits soucis avec ses coiffeuses ou tailleurs. Une situation loin d’être comparée à d’autres familles qui tirent le diable par la queue.

Les débits de boissons, restaurants et autres gargotes sont déjà pris d’assaut par non seulement les femmes, mais aussi par les hommes durement impliqués dans cette fête, ont remarqué les reporters de Radio Ndeke Luka.

A Boali (95 kilomètres de Bangui), les discussions vont bon train : « nos époux devraient nous honorer pour cette fête qu’on célèbre une fois l’an. Il n’ya pas de raison à fournir pour que celle-ci passe inaperçue », ont déclaré certaines fêtardes au correspondant de Radio  Ndeke Luka.

Cet avis n’est pas partagé par certains hommes : « on vit tous les jours et non uniquement au jour de la fête ! Nous ne pouvons que faire les gestes en fonction de nos moyens. Il n’est pas question que nos conjointes nous imposent quoique ce soit », ont rétorqué ces hommes.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches