Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 22:58

 

 

 

RADIO ND K LUKA

 

 

Un élément de la garde présidentielle tue son épouse et la dépouille

Radio Ndéké Luka Mercredi, 25 Avril 2012 14:20

Il ne se passe pas un seul jour, ni un mois sans que  les femmes centrafricaines ne soient victimes de traitements cruels inhumains ou dégradants, quel que soit leur rang social. Le dernier exemple en date est celui d’une enseignante, la trentaine et professeur au Lycée Saint Charles de Bangui.

Elle a été mortellement torturée le 24 avril 2012 par son amant, un Sergent-chef  de la garde présidentielle. L’acte s’est produit au PK 13 dans la commune de Begoua, périphérie de la ville de Bangui.

Selon les témoignages des collaborateurs de la victime, « son amant l’a accusée de sortir avec un autre homme. En guise de correction, ce sergent-chef de la garde présidentielle l’a mortellement agressée. Conduite à l’Hôpital Communautaire de Bangui par son bourreau accompagné de ses frères d’armes, la victime s’est éteinte sans tarder ».

« Une fois constater le décès de son épouse, ce militaire s’est retiré de l’hôpital en question pour se rendre au camp de Roux, abandonnant ainsi la victime. Et, c’est à la morgue que ses frères d’armes ont pris le soin d’informer les parents de l’enseignante »,ont mentionné ces sources.

Selon Moïse Kotayé, un des parents de la victime interrogé par Radio Ndeke Luka, « le corps de cette dernière porte des tuméfactions et son crâne est presque broyé ».Mais après ce forfait, le présumé criminel, accompagné de ses amis d’armes, a emporté tous les biens de la maison dont ceux acquis par la défunte ».

Pour lui, « c’est comme si le militaire a tué leur fille pour la voler. Beaucoup de ses biens ont été emportés : ordinateur portable, moto-dame, matériaux de construction voire des vêtements ».

« Ce qui est plus grave dans cette affaire est que, ce militaire se balade sans état d’âme, sans se rendre à la gendarmerie, moins encore sans être inquiété par la Justice. Simplement parce qu’il travaille auprès du Chef de l’Etat centrafricain François Bozizé », a indiqué Moïse Kotayé.

Pourtant, les associations et ONG font de multiples sensibilisations sur le respect des Droits de l’Homme dont celui de la femme en Centrafrique. Cette situation est loin de connaitre une amélioration dans le pays.

 

RCA, le paludisme tue plus que les autres maladies dont le VIH/SIDA

Radio Ndéké Luka Mercredi, 25 Avril 2012 14:18

Les récentes consultations dans les formations sanitaires de la République Centrafricaine relèvent que le paludisme arrive en tête avec plus de 40% par rapport aux autres maladies dont le VIH/SIDA. Ce chiffre vient d’être rendu public ce 25 avril 2012, par le ministère de la santé lors de la célébration de la journée mondiale du paludisme.

Le thème retenu cette année est « Maintenir les progrès, sauver des vies, investir dans la lutte contre le paludisme ». EnCentrafrique, c’est la ville de Sibut (186 kilomètres nord de Bangui) qui a été choisie pour abriter les festivités.

Selon docteur Louis Namboua, Directeur général de la santé publique, « le paludisme continue d’être la première cause de morbidité en RCA. Il tue en particulier les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes. Ce qui occasionne parfois plus de décès c’est le fait que certains parents conduisent tardivement leur progéniture à l’hôpital. Pour d’autres, le paludisme est assimilé à la sorcellerie, au charlatanisme ».

Pour lutter efficacement contre cette maladie explique-t-il, « le gouvernement, avec l’aide de ses partenaires, érige le programme de lutte contre le paludisme en service comportant plusieurs sections et supervisions. Ajouter à cela, le changement du protocole du traitement : la chloroquine est remplacée par plusieurs nouveaux produits dont le coartem, et les moustiquaires imprégnées sont gracieusement distribuées.  Seulement ces moustiquaires sont utilisées à d’autres fins : pêche ou encore protection des cadavres par certaines familles ».

Outre ces stratégies mises en place par le gouvernement, éviter le paludisme passe aussi par l’assainissement du milieu. Or, il se trouve que pour la ville de Bangui par exemple, plusieurs quartiers ne sont pas urbanisés, des canaux d’évacuation d’eau manquent cruellement.

La Journée mondiale de lutte contre le paludisme,  instituée par l'Assemblée Mondiale de la Santé lors de sa 60ème  session en mai 2007, a pour but de faire prendre conscience de l'effort mondial nécessaire pour lutter efficacement contre le paludisme.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches