Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 20:03

 

 

 

 

RADIO ND K LUKA

 

La LRA en route pour le Tchad, l’ONU et l’UA s’affairent

Radio Ndéké Luka Mardi, 24 Avril 2012 12:09

La prochaine destination de l’incursion des rebelles de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) serait le Tchad, pays frontalier à ceux déjà affectés. Pour parer à toutes éventualités, une mission des Nations Unies et de l’Union Africaine partie le 21 avril 2012, s’entretient ce mardi  avec Idriss Deby Itno, président de la République du Tchad. Avant la rencontre avec le numéro un tchadien, une série de réunions sont au menu avec les autres autorités de ce pays, notamment sur la question de la LRA.

Elle est dirigée par le Représentant Spécial du Secrétaire général de l’ONU et chef du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), Abou Moussa, et l’Envoyé spécial de l’Union africaine (UA) pour la question de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), Francisco Madeira.

Cette mission a été décidée suite aux analyses de plusieurs observateurs indiquant que la pression actuelle contre les rebelles de la LRA pourrait les amener à organiser une incursion dans d’autres pays partageant une frontière avec ceux affectés.

Le Tchad, qui est situé au nord de la République centrafricaine (RCA), constituerait donc une destination possible pour Joseph Kony et ses éléments, d’autant plus que la RCA est considérée par les autorités centrafricaines comme « l’épicentre de la LRA ».

La démarche conjointe de l’ONU et l’UA vise à sensibiliser le gouvernement tchadien et les partenaires au développement sur cette question, afin que des mesures préventives soient prises pour éviter un tel scénario. Cette diplomatie préventive sera aussi déployée en faveur du Soudan, limitrophe avec la RCA à l’ouest et avec le Soudan du Sud au sud.

La mission conjointe de l’ONU et de l’UA au Tchad s’achève ce mardi même. Elle survient une semaine après celle effectuée en République Démocratique du Congo (RDC) et en RCA du 10 au 15 avril.

Celle-ci a permis d’évaluer le chemin parcouru dans la mise en œuvre de l’Initiative de coopération régionale de l’Union africaine contre la LRA. Aussi,  constater qu’il est de plus en plus urgent de mettre rapidement fin aux atrocités de ce groupe armé à l’origine, depuis 2008, de plus de 2400 morts, au moins 3400 enlèvements et plus de 440 000 déplacés internes ou réfugiés.

 

La population exige le DDR à Ndélé

Mardi, 24 Avril 2012 12:09

 « Malgré le respect de l’accord de cessez-le-feu de 2011 entre les ex-rebelles de la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) et ceux de l’Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR), nous sommes toujours inquiets pour notre sécurité. Car, ces rebelles détiennent encore par devers eux leurs armes de guerre. Nous exigeons que le gouvernement accélère le processus du Désarment, Démobilisation et Réinsertion (DDR) ».

Ces réactions ont été recueillies le 23 avril 2012 à Ndele (nord) par un envoyé spécial de Radio Ndeke Luka. Il fait partie d’une mission d’évaluation de la situation sécuritaire dans cette région. Une mission conduite par le Conseil National de la Médiation (CNM) et le Bureau Intégré des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix en République Centrafricaine (BINUCA).

La mission en question, en provenance de Bria (nord-est), fait suite à une caravane de la paix organisée en janvier dernier par ces mêmes institutions. Elle avait pour but de sensibiliser les populations de ces régions affectées par les affrontements meurtriers de 2011 entre la CPJP et l’UFDR.

Interrogées sur la cohabitation entre ces rebelles et les Forces Armées Centrafricaines (FACA), les autorités militaires de la région ont affirmé qu’ « il n’y a aucune zone d’ombre. Les rebelles circulent librement dans la ville de Ndélé avec leurs armes ».

Même son de cloche du côté des rebelles qui ont d’ailleurs « parlé d’une cohabitation au beau fixe. Toutefois, ont-ils remarqué, certains éléments des FACA ne cessent de proférer de menaces à leur endroit ».

 

Indemnisation des victimes sexuelles du procès Bemba retardée

Mardi, 24 Avril 2012 12:06

Les victimes de violences sexuelles et sexistes du procès de Jean-Pierre Bemba sont toujours dans l’attente de leurs indemnisations. Elles ne savent quand ce réparation sera faite. Cette préoccupation vient d’être rendue publique ce 24 avril par un envoyé spécial de Radio Ndeke Luka à Arusha en Tanzanie. Il suit un atelier sur la Justice Internationale organisé par la Cour Pénale Internationale.

Pourtant, a indiqué l’envoyé spécial, la CPI avait depuis 5 mois envisagé un programme destiné à mettre à la disposition de ces victimes un fonds nécessaire pour leurs indemnisations. Une campagne avait été déjà réalisée dans le sud et nord de la République Centrafricaine par le bureau local de la CPI.

Selon la section Communication du bureau local de la CPI en RCA, « aucune information n’est encore disponible au sujet des projets soumis par certaines ONG et retenus par la CPI pour la mise en œuvre de ce programme en faveur des victimes concernées ».

Pour Me Edith Douzima Lawson, représentante légitime des victimes, « il est difficile de comprendre ce qui se passe avec ce fonds au profit des victimes. Aussi, les représentants légaux n’ont pas été associés dans ce programme depuis son lancement en novembre 2011. Il s’agit en fait d’un programme qui devrait prendre en compte l’ensemble des victimes de violences sexuelles et sexistes ».

Ce qu’il faut dire dans ce programme, c’est que l’inquiétude grandissante vient surtout de la part des victimes dites de crimes de guerre et crime contre l’humanité. Des crimes qui seraient bien sûr attribués aux éléments du Mouvement de Libération du Congo (MLC) de Bemba. Le leader du MLC est toujours à la barre à la CPI.

Il a été poursuivit pour les mêmes crimes commis entre 2002- et 2003 en RCA. Ce dernier, en compagnie de ces éléments, volait au secours du président défunt Ange-Félix Patassé alors acculé par la rébellion de l’actuel Chef de l’Etat François Bozizé.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dépêches