Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 22:26

 

 

 

 

Séjour d’un Nobel de médecine à Bangui


 

Francoise_Barre-Sinoussi.jpg

 

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 24 Octobre 2012 10:44


Une sommité scientifique attendue à Bangui dans les prochaines heures. Il s’agit de Mme Françoise Barré-Sinoussi, qui a reçu le prix Nobel de médecine en 2008 avec le professeur Luc Montagnier pour leurs travaux sur la découverte du virus du Sida. Elle va séjourner à Bangui jusqu’au 27 octobre.


Mme Barré-Sinoussi effectue cette visite sous l’égide de l’ambassade de France et de l’Institut Pasteur. Demain jeudi, elle sera faite docteur honoris causa de l’Université de Bangui. A cette occasion, M. François Bozizé, Président de la République, lui remettra les insignes d’officier de l’Ordre national de la Reconnaissance centrafricaine. Elle prononcera ensuite  à 15h une conférence sur l’histoire de la découverte du virus du Sida et les défis de la recherche actuelle


Le programme de la visite de Mme Barré-Sinoussi prévoit également une étape au complexe pédiatrique en compagnie du ministre de la santé publique, de la population et de la lutte contre le Sida. A l’Institut Pasteur de Bangui, avec le ministre d’État à l’enseignement supérieur et à la recherche scientifique, le Nobel de médecine inaugurera un nouveau bâtiment dont la construction a été financée par la France et une exposition ainsi qu’une salle dédiées à la mémoire du Médecin-général Alain-Jean Georges, directeur de l'Institut Pasteur de Bangui de 1979 à 1991, décédé le 10 août 2012.

 


 

NDLR : Voilà une vraie distinction de Dr honoris causa de l’Université de Bangui, celle qui sera faite à Mme Françoise Barré-Sinoussi, contrairement aux pitreries de Bozizé, Willybiro Sako et autre Georgette Débalé.Boz-et-Vidon.JPG

 


 

Renvoi du procès des présumés conspirateurs

 

Radio Ndéké Luka Mercredi, 24 Octobre 2012 10:32


Le procès des 3 personnes arrêtées pour atteinte à la sureté de l’Etat devait s’ouvrir ce mercredi 24 octobre 2012 à Bangui. Il a été renvoyé sine die. Le Substitut du Procureur a indiqué à Radio Ndeke Luka que l’enquête n’est pas encore bouclée et que des recherches sont en cours  pour retrouver d’autres personnes que la justice veut absolument entendre au sujet de cette affaire.


Les 3 personnes déjà arrêtées ont été présentées la semaine dernière à la presse par le Procureur de la République. Elles sont accusées d’atteinte à la sureté de l’Etat,  d’avoir voulu prendre le pouvoir et d’attenter à la vie du Chef de l’Etat.


La nouvelle de ces arrestations avait été rendue publique par le Procureur de la République, Alain Tolmo le 18 octobre 2012. Il confirmait ainsi une rumeur circulant depuis plusieurs jours auparavant concernant une atteinte à la sureté intérieure de l’Etat. Les personnes arrêtées sont Saint Clair Wokpamapa et Makpayen Le Centrafricain (deux centrafricains) etJob Mendobé (un tchadien).


Le magistrat avait indiqué notamment qu’au cours de l’interpellation de ces présumés auteurs de putsch manqué, des pièces à conviction telles que 2 téléphones Thuraya, 11 Kalachnikovs, 8 chargeurs, 1 arme SCKM, 3 grenades, une tenue militaire, un béret rouge, une somme de 200 euros et bien d’autres objets ont été saisis.


 

NDLR : A qui peut-on sérieusement faire avaler qu’avec un butin aussi dérisoire, si ce n’est pas un pur et simple montage, peut permettre de faire un coup d’état ? Bozizé qui lui-même est un putschiste avisé peut-il concevoir qu’on puisse renverser un chef d’Etat et prendre le pouvoir avec une somme de 200 euros, même si certaines informations font état d’une somme de 800.000 de F CFA qui aurait été prise sur ces pieds nickelés que la bozizie présente comme de dangereux putschistes.  

 

 


 

RCA/ONU, vers la prise en charge des enfants malnutris


Radio Ndéké Luka Mercredi, 24 Octobre 2012 13:19

 

Ce 24 octobre est célébrée la Journée des Nations Unies. « La sécurité alimentaire et nutritionnelle pour tous en République Centrafricaine, c’est possible ! ».  C’est le thème retenu par la RCA pour sa célébration, jour anniversaire de la création de l’Organisation des Nations Unies (ONU), il y a 67 ans. Les festivités marquant cette journée se sont déroulées à l’hémicycle de l’Assemblée Nationale à Bangui, en présence du Premier ministre Faustin Archange Touadéra et des représentants du système de cette organisation basés en Centrafrique.


L’occasion a permis aux  différents acteurs du système des Nations Unies de présenter leurs actions menées dans le cadre d’appuis au développement humain durable dans le pays.


La célébration de cette journée a coïncidé avec le cadre du partenariat dit « quinzaine de la Coopération RCA-ONU ». A cet effet, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a mis en œuvre 3 programmes visant à réduire la faim dans différentes régions du pays.


Le premier programme prend ainsi en charge 146 954 enfants à travers le programme des cantines scolaires dans les écoles primaires. Des enfants malnutris, des femmes enceintes et mères allaitantes qui sont en déficit pondérale sont également concernés par ce programme.


Le second volet de ce programme assure la prise en charge des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Et, le 3ème programme concerne la relance agricole avec plus de 20.000 groupements dans le centre-sud du pays.


De son côté, la FAO participe à la relance de l’agriculture. Une manière de faire face aux récurrentes crises alimentaires que connait le pays. L’organisation entend appuyer les producteurs du riz dans 5 régions pilotes avec le soutien de ses partenaires. A cela s’ajoute la valorisation des produits forestiers non ligneux au niveau de la sous-région, dont la RCA y est pleinement impliquée.


Saluant ces différentes actions de ses partenaires en faveur de son peuple, le gouvernement a lancé un appel pour la promotion de la production agricole, « seule voix de lutte contre l’insécurité alimentaire » selon le Premier Ministre.


Il faut rappeler que selon de nombreux observateurs de la vie sociale, malgré ces multiples appuis  onusiens, les Centrafricains sont loin de manger à leur faim. Dans un passé récent, un membre du gouvernement avait déclaré que les centrafricains allaient manger 3 repas par jour. Une promesse toujours décriée par les populations qui font face à une crise alimentaire sans précédent. Pour preuve, des zones considérées comme les greniers du pays sont fragilisées par une insécurité provoquée par des groupes armés.

 


 

NDLR : . Selon les agences de l’ONU en Centrafrique,  69% de la population du nord et du nord-est du pays souffre de l’insécurité alimentaire. Environ 62 000 personnes vivent sous le seuil de la pauvreté. Les préfectures les plus touchées, sont entre autres  l’Ouham, l’Ouham-Péndé, la Nana-Gribizi et la Vakaga. C’est une honte pour Faustin Touadéra de prendre part à ce genre de journée thématique au sujet de la malnutrition en RCA car son bilan à la tête du gouvernement de ce pays depuis quatre est si catastrophique qu’il devrait lui-même en avoir tellement honte et remettre son tablier avant d’être viré un de ces quatre matins.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation