Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 22:00

 

 

 

 

 

Touadéra instruit son gouvernement à rendre compte aux centrafricains

 

 

Faustin-Touadera.jpg

 

 

Radio Ndéké Luka Mardi, 16 Octobre 2012 14:03


« Chaque membre du gouvernement va désormais passer à la radio et à la télévision pour exposer les réalisations de son département. Les auditeurs et téléspectateurs de Bangui, de l’arrière-pays et de l’étranger pourront leur poser les questions auxquelles ils souhaitent avoir des réponses ». C’est en ces termes que le Premier ministre Faustin Archange Touadéra a inauguré le 15 octobre 2012, une nouvelle ère de sa politique gouvernementale.


Il a mis en place cette nouvelle stratégie politique lors de la présentation du bilan des activités réalisées par son gouvernement pendant les 18 derniers mois en République centrafricaine. Un bilan axé sur 3 objectifs majeurs à savoir, la consolidation de la paix, la gouvernance et l’Etat de droit et la relance de l’économie.

Dans une déclaration de presque une heure de temps, le Chef du gouvernement a commencé par justifier son acte comme étant un droit pour les Centrafricains et un devoir pour le gouvernement.


« Le bilan de l’action gouvernementale présentée, répond aux aspirations légitimes des centrafricains qui attendent des réponses de leurs Dirigeants. Ils veulent savoir l’état de la gouvernance et si leur pays est en intelligence avec le reste du monde », a indiqué Faustin Archange Touadéra.


Toutefois, a-t-il précisé, si le bilan laisse percevoir des efforts fournis par le gouvernement, nous avons l’obligation de souligner que malgré les bonnes intentions souvent exprimées, de nombreuses lacunes et disfonctionnements du système de gouvernance freinent le développement du pays.


Pour lui, « ce beau tableau ne saurait cacher la déception et l’incompréhension de nos citoyens face à une certaine mal gouvernance toujours persistante : la mauvaise gestion des deniers publics, l’absentéisme chronique dans les services publics, l’abandon de poste, la corruption et le gaspillage. Il s’agit là des maux mis à nus par les institutions de contrôle qui appellent un sursaut au risque de voir nos efforts s’annihiler ».


« Face à cette situation presque catastrophique, le gouvernement mettra tout en œuvre pour aller davantage vers les principes d’une société démocratique et moderne. Aussi, le gouvernement ne manquera pas de fermeté lorsqu’il s’agira de rétablir l’autorité de l’Etat quand celle-ci est menacée pour le seul intérêt du peuple centrafricain », a mentionné le Premier ministre.


Interrogés sur les réalisations du gouvernement Touadéra III pendant 18 mois par Radio Ndeke Luka, certains compatriotes ont déclaré que, contrairement aux régimes précédents, l’actuel gouvernement a fourni des efforts notamment au plan social à travers le payement des arriérés de salaire et de pensions. Cependant, beaucoup restent à faire sur le plan éducatif, des infrastructures, sur le plan sanitaire voire sécuritaire.


Soulignons que la déclaration de la politique générale du gouvernement Touadéra III a été présentée devant l’Assemblée nationale le 18 mai 2011.

 

 

 

NDLR : C'est plutôt Bozizé qui aurait ordonné à ses ministres le Premier d'entre eux y compris, de présenter leur bilan aux Centrafricains. C'était aussi ce qui ressort du conseil des ministres du mardi de la semaine dernière, selon les informations parvenues à la rédaction de CAP.


 

La grève des élèves médecins paralysent les hôpitaux à Bangui

 

Radio Ndéké Luka Mardi, 16 Octobre 2012 14:11


Les élèves médecins sont actuellement en grève et les répercussions se font enregistrer dans les hôpitaux de la capitale centrafricaine. Ces stagiaires réclament du gouvernement le paiement de leurs indemnités de stage et de garde qui datent de plusieurs mois. Les médecins titulaires se disent dépassés par l’affluence des malades et comptent sur le Gouvernement pour que ces étudiants puissent revenir à leurs postes.


Ce matin, un journaliste de Radio Ndeke Luka a fait une descente  à l’hôpital de l’Amitié. Selon son constat, les médecins stagiaires ne sont pas dans cet hôpital et seuls les médecins titulaires, en effectif insignifiant, s’occupent  de nombreux malades qui les attendant devant leurs services.


Selon le reporter, la tâche n’est pas facile pour les médecins titulaires. Ces derniers se voient en nombre insuffisant devant le grand nombre des malades. C’est ce que reconnait le neurologue à l’hôpital de l’amitié, Dr Gilbert Nazimbaye, qui, pour sa part, juge que ces médecins stagiaires « ont raison de réclamer leurs indemnités. Cette grève pèse sur nous ».


Pour que la situation ne tourne pas au désastre, Gilbert Nazimbayesouhaite que « les concernés puisse trouver une solution le plus rapidement pour que ces étudiants reviennent auprès des malades».

Cette grève déclenchée hier par les médecins stagiaires va prendre fin demain. Toutefois, les responsables des élèves médecins laissent entendre qu’en cas d’insatisfaction, il y aura possibilité de reprise.


 

Bozoum mange désormais à sa faim


Radio Ndéké Luka Mardi, 16 Octobre 2012 14:12

 

Un soulagement pour les habitants de l’Ouham Péndé (nord). Les prix de certaines denrées alimentaires sont revus à la baisse. Le manioc, les arachides et les champignons  s’achètent actuellement à des prix abordables par rapport à il y’a un mois. Le retour progressif de la paix, celui des agriculteurs et éleveurs dans cette zone en sont les principales raisons.


La cuvette du manioc, aliment le plus consommé des centrafricains, se vend actuellement à 2.000 FCFA (3.07 euros) contre 6.000 FCFA (9.23 euros) dans le passé. La cuvette d’arachides est passée de 10.000 FCFA (65 euros)  à 6000 FCFA (3.07 euros) pour l’heure. Un autre aliment très consommé en l’occurrence la cuvette du champignon coûte 7.000 FCFA (10.76 euros) au lieu de 15 000 FCFA (23.07 euros) il y a de cela un mois.


Certaines villes voisines se laissent attirées par les prix abordables de certains vivres de Bozoum, rapporte notre correspondant à Bozoum.


Le retour des cultivateurs et des éleveurs ont contrecarré les actions de spéculation des commerçants sur les prix des produits alimentaires pendant plusieurs mois, rapporte le correspondant de Radio Ndeke Luka. Ces cultivateurs reviennent après qu’ils aient abandonné les activités champêtres au profit des chantiers miniers, ajoute également le correspondant.


Pour l’heure, les habitants de la ville de Bozoum et de ses environs n’éprouvent presque pas de difficultés à se procurer des vivres. Ils peuvent dorénavant, avec un peu de moyens, manger à leur faim.

Selon le correspondant de Radio Ndeke Luka à Bozoum, les habitants de la ville se réjouissent de cette réduction de prix des denrées alimentaires.


Le Préfet de l’Ouham Péndé, Elie Bertin Béorofei, a sensibilisé la population dans les églises, les quartiers de la place de continuer à travailler la terre pour maintenir cette baisse de prix dans la Préfecture de l’Ouham Péndé.


Pour rappel, cette région a connu une crise alimentaire due à l’insécurité il y a moins de trois mois. Face à cette question de sécurité flottante, de nombreux agriculteurs et éleveurs ont quitté la région pour une autre.

 


 

L’arbitrage mis en cause dans la défaite des Fauves face aux Etalons

 

Radio Ndéké Luka Mardi, 16 Octobre 2012 14:13


Le but assassin inscrit avec la bénédiction de l’arbitre marocain a barré la route aux Fauves du football centrafricain de participer à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2013, prévue en Afrique du Sud. Cette déclaration a été faite le 15 octobre 2012 par Jean-Jacques Ombi, Directeur Technique National des Fauves.


Une déclaration qui intervient après la défaite dimanche dernier des poulains de Hervé Loungoundji, sur un score de 3 buts à 1, en match retour face aux Etalons de Burkina Faso. Il s’agit d’une rencontre dans le cadre des éliminatoires de la CAN-2013.


Selon Jean-Jacques Ombi interrogé par un envoyé spécial de Radio Ndeke Luka depuis Ouagadougou, « l’arbitrage africain reste à désirer. En première partie, l’arbitre a eu à ajouter plus de 5 minutes à la récupération et plus 8 minutes aux temps additionnels. Des occasions qui ont permis à l’équipe burkinabée de prendre de l’avance et de gagner. La victoire des Etalons a été acceptée avec beaucoup de contraintes liées justement à l’arbitrage. Malgré tout, c’est la loi du sport : il y a toujours un gagnant et un perdant ».


Toutefois, a mentionné le Directeur Technique National, « mes poulains sont encore très jeunes. Le dernier n’a que 19 ans. L’espoir en l’avenir demeure. Nous allons simplement doubler d’efforts pour les prochaines campagnes internationales dont les éliminatoires de la Coupe du Monde de 2014 prévue au Brésil ».


Il faut dire que la déclaration de Jean-Jacques Ombi vient ainsi couper court aux rumeurs selon lesquelles, les Fauves seraient qualifiés suite à l’invalidation du 3ème but des burkinabés par la Confédération africaine de Football (CAF). Des rumeurs qui ont bien sûr provoqué une liesse populaire dans l’après midi du lundi par les fanatiques du ballon rond de la RCA.


Au match Aller le 8 septembre dernier à Bangui, les fauves de la République centrafricaine avait battu leurs adversaires du Burkina Faso sur un score de 1 but à zéro. Un but inscrit par Vianney Mabidé.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation