Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 00:31

 

 

 

 

RADIO ND K LUKA

 

 

 

Retrait AREVA de Bakouma, la population exige des indemnisations

 

 

Bakouma sur carte google

 

 

(Radio Ndeke Luka Jeudi, 27 Septembre 2012 05:46)

 

 La société française d’exploitation de l’uranium centrafricaine AREVA basée dans la sous -préfecture Bakouma (sud-est) décide de suspendre ses activités dans la région. Les habitants de cette zone se plaignent de ce retrait et réclament d’AREVA, 19 ans d’indemnisation de chômage.

Selon le correspondant de Radio Ndeke Luka à Bangassou, c’est avec regret que les habitants de cette localité ont appris la nouvelle du retrait de cette institution. Les uns redoutent de renouer avec le chômage tandis que les autres veulent à ce qu’avant son retrait, la société leur paie toutes les années d’exploitation restantes. Ces années couvrent initialement la période de 2012 à 2033.


Entre autres raisons, la population de Bakouma affirme que, c’est à cause d’AREVA que l’armée de la LRA s’est intéressée à leur zone pour leur faire subir des exactions.

Pour les populations de la région, AREVA n’a rien fait pour développer leur ville de Bakouma et ses environs malgré les 6 années qu’elle a faites dans le Mbomou (sud-est). Les différents projets qui ont été émis par ladite société ne se sont jamais réalisés, reconnait un habitant.

© Copyright Radio Ndeke Luka

 

 

 

L’armée ougandaise donne 2 mois pour capturer Joseph Kony 

 

 

 

Kony chef LRA

 

 

 

(Radio Ndeke Luka Jeudi, 27 Septembre 2012 05:41)

 
Le chef rebelle Joseph Kony de l’armée pour la résistance du seigneur (LRA) sera capturé dans les deux prochains mois. Après sa capture, il sera automatiquement remis à la Cour pénale internationale pour répondre de ses actes. C’est ce qu’a annoncé l’armée ougandaise sur les ondes d’une radio internationale ce 25 septembre 2012.


Le commandant de l’armée ougandaise qui a fait cette déclaration sur une chaine internationale précise que, Joseph Kony, sera automatiquement livré à la Cour pénale internationale après sa capture.

 

Toujours en mouvement, le numéro I de la LRA et le reste de ses hommes se trouveraient actuellement dispersés dans la forêt d’Afrique Centrale. Selon certaines sources, le territoire dans lequel se trouve le chef de la LRA et ses milices est « aussi grand que la France », ce qui pourrait rendre difficile la chasse de ces fugitifs.


Pour en finir avec la LRA, l’Union Africaine avec ses forces coalisées d’environs 5.000 hommes, composées de soldats ougandais, sud-soudanais, et centrafricains, a pris les commandes des opérations depuis ce début septembre.


Ce chef rebelle est depuis 2005 recherché par la plus grande instance judiciaire mondiale pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. A en croire cette source militaire ougandaise, les jours de Joseph Kony sont désormais comptés.


Pour rappel, le 24 août, la base militaire de la troisième personne la plus respectée après Joseph Kony, Dominic Ongwen, située dans le Haut-Mbomou en RCA, avait été détruite par l’armée ougandaise.

 

© Copyright Radio Ndeke Luka

 

 

Des éléments de la garde présidentielle kidnappent deux hommes à Bangui

 

 

 

 

GP-Bozize.JPG

 

 

 

Radio Ndéké Luka Vendredi, 28 Septembre 2012 14:37


Un caporal du Bataillon des Services et de Soutien (BSS) et son frère, commerçant exerçant au PK 12, ont été kidnappés le 24 septembre 2012 par certains éléments de la garde présidentielle. L’enlèvement a eu lieu dans la soirée aux alentours du bar dancing Tangawissi, situé dans le 5ème arrondissement de la ville de Bangui.

Les épouses des deux hommes ont fait des recherches en vain et ont décidé, 4 jours plus tard,  d’annoncer la nouvelle à Radio Ndeke Luka ce vendredi.


Attristées, larmes aux yeux, ces femmes ne savent à quel saint se vouer. « Nous avons parcouru tous les centres de détention de la ville sans retrouver nos époux. Nous ne savons pas exactement ce qu’on leur reproche encore moins, où les trouver », ont-elles raconté.


L’une d’entre elles a expliqué que les « 2 hommes ont été enlevés au bord de la grand route, alors que ces derniers étaient en pleine conversation. Ils ont été passés à tabac avant d’être conduits dans un lieu tenu secret ».


Signalons que les cas d’enlèvement par les hommes en uniformes deviennent ces derniers temps monnaie courante dans la ville de Bangui.

 

 

 

 

Blessé, égorgé mais il est toujours vivant


Radio Ndéké Luka Vendredi, 28 Septembre 2012 14:36

 

Un cultivateur centrafricain a été blessé et égorgé par un groupe d’éleveurs transhumants  dans la commune de Mbrés (centre-nord). Chose inhabituelle, cet homme a survécu malgré ses profondes blessures. L’acte s’est produit il y a de cela un mois. Cet homme est appelé par la population de la région « le ressuscité ». Actuellement, il jouit pleinement de la vie.

 

Selon les faits rapportés par le correspondant de Radio Ndeke Luka ce 27 septembre, le cultivateur  a été surpris  dans son champ par 4 éleveurs qui l’ont accusé d’avoir volé leurs bœufs. Les éleveurs en question étaient armés de coutelas, arc et flèches. Jean Yandegaza leur a juré son innocence, par tous les dieux, qu’il n’est pas la personne qu’ils cherchent.  Convaincus qu’ils ont entre les mains le dérobeur de leur bétail, ces éleveurs ont blessé le cultivateur au bras, à la poitrine et à la tête avant de l’égorger.

 

Pendant 2 jours, la victime gisait dans son sang sous la pluie et le soleil, jusqu’à ce qu’un autre cultivateur l’ait retrouvé. Les habitants du village informés, se sont rendus sur les lieux et ont conduit l’homme à moitié mort au service des urgences de l’Hôpital de Mbrés. Ayant passé deux semaines à l’Hôpital de Mbrés, Jean Yandegaza a été ensuite transféré à Kaga Bandoro.


Le correspondant indique de plus que, pendant les 3 semaines d’hospitalisation, ses repas lui étaient directement mis dans le trou de la gorge. En outre, tout ce qui venait de la bouche sortait aussitôt par la gorge.

 

Après plus d’un mois de souffrance, Jean Yandegaza dit le « miraculé » se tient actuellement sur ses deux jambes, parle et mange.  Stupéfaits, les habitants de Kaga Bandoro ont qualifié ce phénomène de miracle.

 

Il convient de rappeler que les éleveurs et les agriculteurs se sont toujours fait la guerre. Les premiers accusent souvent les seconds de tueurs ou voleurs de leur bétail. Les seconds accusent les premiers de faire détruire leurs champs par leurs troupeaux.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation