Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 21:38

 

 

 

 

carte-RCA-zonessecurit2010

 

 

Plus de 250 sans-abris après une pluie diluvienne à Paoua


Radio ²Ndéké Luka Dimanche, 26 Août 2012 13:03

 

Plusieurs quartiers de Paoua sont dans l’eau, signale de nouveau le correspondant de Radio Ndeke Luka dans la Préfecture de l’Ouham-Pendé. Des inondations causées par les pluies diluviennes du 23 août dans la ville ont fait plus de 250 sans-abris dont 82 femmes.


Le correspondant parle d’un bilan provisoire faisant état de beaucoup de dégâts matériels et humains. Plus de 48 maisons se sont effondrées. Ces sinistrés se trouvent dans plus de 7 quartiers de la ville de Paoua.


L’information est confirmée par Donatien Dila, travailleur humanitaire au conseil danois pour les réfugiés (DRC) basé à Paoua.  Cet humanitaire a révélé que « 2 personnes respectivement un ex rebelle de l’APRD et un élève de la classe de 5ème ont été emportés par la rivière Nana alors qu’ils voulaient traverser de l’autre côté de la rive ».


La rivière ayant atteint la crue,  a emporté ces deux personnes et jusqu’ici, leurs corps demeurent introuvables, a témoigné Donatien Dila.


Le responsable de Caritas paroissiale de Saint Kisito de Paoua, Bravo Banaguéné, indique quant à lui qu’ « actuellement, tous les effets des sinistrés baignent encore dans l’eau ».


Aucune intervention d’assistance n’est encore mobilisée en faveur des victimes. Ceux-ci lancent un SOS au Gouvernement et aux organisations humanitaires de voler à leurs secours.

Les habitants de Paoua expliquent qu’à l’heure actuelle, beaucoup de maisons dans la ville présentent encore des risques d’écroulement.

 

 

 

 

Des escrocs recrutent frauduleusement dans la Mambéré Kadéï


Dimanche, 26 Août 2012 13:02


Des recrutements frauduleux se font actuellement dans la ville de Berberati. Au quartier Sambanda dans le 7ème arrondissement de la ville, quelqu’un a déjà versé 3000 FCFA. Non loin de là à Mambèrè, à environ une centaine de kilomètres de Berberati, la somme fixée pour le faux recrutement s’élève à  5 000 FCFA.


Ceux qui encaissent les sous disent qu’ils le perçoivent pour le compte d’une nouvelle entreprise. « Une société minière est en voie de s’installer dans la sous préfecture de Sosso Nakombo. Les machines sont stockées à la Gendarmerie de Berberati pour des dernières formalités », laissent-ils entendre aux services de la Gendarmerie.


Le préfet intérimaire de la Mambéré Kadéï, Michel Apollinaire Bangui, s’est saisi de l’affaire et a déclenché des enquêtes au niveau de la capitale Bangui pour mettre la main sur ceux qui organisent cette fraude.


Il déclare qu’en principe, « un recrutement relève du ressort de l’Agence Centrafricaine pour la Formation Professionnelle et l’Emploi », rapporte le correspondant de Radio Ndeke Luka à Berberati.

 

En juin 2012, le Programme des Nations Unies pour le Développement en Centrafrique (PNUD), a dans un communiqué largement diffusé à la radio, mis en garde le public centrafricain contre certaines personnes aux intentions malveillantes, qui usurpent les titres et le logo de quelques sociétés pour arnaquer à Bangui et dans certaines provinces centrafricaines.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Société